Les Brigands

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Brigands est un opéra bouffe en trois actes de Jacques Offenbach, livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy, créé au théâtre des Variétés le 10 décembre 1869. Une seconde version sous forme de féerie fut élaborée au théâtre de la Gaîté en décembre 1878.

Citations[modifier]

Barbavano (à Falsacappa, chef des brigands) : Les affaires ne vont pas.
Domino : Il y a huit jours, vous nous avez fait faire trente lieues et passer vingt-quatre heures dans une cave…
Carmagnola : Et pour quoi faire ?… Pour voler… dix-sept francs !
Barbavano : Qu’il a fallu partager entre soixante-treize personnes.
Carmagnola : Et vous avez pris dix francs pour vous !

  • Théâtre de Meilhac et Halévy. Les Brigands (1869), Jacques Offenbach. Livret de Meilhac et Halévy, éd. Calmann-Lévy, 1901, vol. 7, Acte I, scène 2, p. 155


Dessin de Draner pour le costume de Fiorella dans Les Brigands en 1869.

Fiorella : Je sais courir de roche en roche,
Comme un chamois léger,
Et mon cœur bondit, quand approche
Le moment du danger ;
Cette main fluette et légère
A des muscles d’acier,
Elle a couché dans la poussière
Plus d’un carabinier !
Un fusil brille au clair de lune,
Puis un coup retentit :
Pan !… pan !…
Elle tire deux coups de pistolet.
C’est Fiorella la brune,
La fille du bandit !…
Je suis la fille du bandit !

  • Théâtre de Meilhac et Halévy. Les Brigands (1869), Jacques Offenbach. Livret de Meilhac et Halévy, éd. Calmann-Lévy, 1901, vol. 7, Acte I, scène 3, p. 158


Dessin de Draner pour le costume du baron de Campotasso dans Les Brigands en 1869.

Chœur des brigands : J’entends un bruit de bottes, de bottes, de bottes…
C’est le premier carabinier !
Ce sont les bottes, les bottes, les bottes,
Les bottes des carabiniers !

  • Théâtre de Meilhac et Halévy. Les Brigands (1869), Jacques Offenbach. Livret de Meilhac et Halévy, éd. Calmann-Lévy, 1901, vol. 7, Acte I, scène 11, p. 189


Le capitaine des carabiniers : Nous sommes les carabiniers,
La sécurité des foyers ;
Mais, par un malheureux hasard,
Au secours des particuliers
Nous arrivons toujours trop tard.

  • Théâtre de Meilhac et Halévy. Les Brigands (1869), Jacques Offenbach. Livret de Meilhac et Halévy, éd. Calmann-Lévy, 1901, vol. 7, Acte I, scène 11, p. 190


Comte de Gloria-Cassis : Y a des gens qui se dis’nt Espagnols
Et qui n’sont pas du tout Espagnols…
Nous, nous sommes de vrais Espagnols,
Ça nous distingu’ des faux Espagnols.

  • Théâtre de Meilhac et Halévy. Les Brigands (1869), Jacques Offenbach. Livret de Meilhac et Halévy, éd. Calmann-Lévy, 1901, vol. 7, Acte II, scène 9, p. 218


Comte de Gloria-Cassis : Jamais on ne s’est moqué à ce point de la morgue espagnole !
  • Théâtre de Meilhac et Halévy. Les Brigands (1869), Jacques Offenbach. Livret de Meilhac et Halévy, éd. Calmann-Lévy, 1901, vol. 7, Acte II, scène 9, p. 219


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :