Le monde ne suffit pas

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le monde ne suffit pas est le dix-neuvième film d'espionnage de la série britannique James BondPierce Brosnan y tient le rôle de l'agent fictif du MI6, James Bond. Il est sorti en salles le 1er décembre 1999.

Citations[modifier]

Bond : Si on ne peut plus faire confiance à un banquier suisse, où va le monde je vous le demande !

Julietta, The Cigar Girl : Je vous ai mis la somme en chiffres ronds.
Bond : J'apprécie énormément les rondeurs.


Moneypenny : James ! M'avez-vous apporté un petit souvenir de votre escapade ? Des chocolats ? Une bague de fiançailles ?
Bond : (Il lui montre l´étui à cigare) Je me suis dis que cela vous séduirai.
Moneypenny : Que c'est romantique... Je sais déjà où je vais mettre ça. (Elle le jette à la poubelle)
Bond : Ah Moneypenny ! Notre relation est toute dans ce symbole, proche... Mais sans cigare.
M : Pardon de vous arracher à une affaire d'état 007, vous voulez bien venir ?
Bond : Immédiatement.


Sir Robert King : Ah ! L'homme qui a retrouvé mon argent, je vous dois mille remerciements. Excellent travail. (Regardant M) Méfiez-vous M je pourrai tenter de vous le voler.
Bond : La construction n'est pas tout à fait ma spécialité.
M : C'est plutôt l'opposé en fait.


Bond : Il faut bien qu'un jour on paie ses écarts de conduite n'est-ce pas ?
Q : 007, zéro de conduite !
Bond : J'ai fais un écart de langage ?
Q : Non ! Mais vous avez détruit mon bateau de pêche pour la retraite que je vais prendre aux antipodes de vous !


Bond : Votre retraite n'est pas imminente, n'est-ce pas ?
Q : Un peu d'attention 007, j'ai toujours essayé de vous enseigner deux choses, la première, ne jamais laisser voir qu'on est blessé.
Bond : Et la seconde ?
Q : Toujours avoir un plan d'évasion...


Bond : S'il succède à Q il doit s'appeler R.


M : Je vois que notre docteur vous a trouvé d'attaque, elle note votre exceptionnelle vigueur ! (Bond sourit, fier)
Moneypenny : Elle a surement été touchée par la vitesse avec laquelle, il se remet en selle...


M : Souvenez-vous, l'ombre vient toujours de devant ou de derrière, jamais du sommet.


Bond : Bond, James Bond.


Elektra King : Le nouveau pipeline garantira notre avenir. Mais ce serait un crime de détruire le peu qu'il reste de notre passé...


Elektra King : Maintenant si vous le voulez bien, il faut que j'aille voir des mines de surveillance.
Bond : J'ai toujours rêvé de voir des mines de surveillance.
Elektra King : Vous n'êtes pas du genre à lâcher prise vous, hein ?
Bond : Non.
Elektra King : J'espère au moins que vous savez skier...
Bond : Je m'étais préparé à un accueil assez froid !


Bond : Vous attendez de la visite ?
Elektra King : Non.
Bond : Ca m'a pas l'air d'une visite de courtoisie !


Elektra King : Je ne peux pas me cacher dans l'ombre. Ce n'est pas la peur qui mènera ma vie... Je m'y refuse.


Valentin Zukovsky : Mademoiselle King ! Je suis ravi de vous voir. (Il baise la main d'Elektra King) Votre père à toujours place dans notre cœur.
Bond : Cœur ? Jamais rien ne vient du cœur pour un Zukovsky.


Elektra King : Vous êtes vraiment déterminé à me défendre...
Bond : Peut-être contre vous-même, vous n'êtes pas forcée de faire ça.
Elektra King : La vie ne vaut pas d'être vécue si on ne la vit pas comme un rêve.


Elektra King : Mais parlons un peu de vous... Comment faites-vous pour survivre ?
Bond : Je savoure un plaisir... Une absolue beauté. (Il embrasse Elektra King)


Bond : Vous attendiez Davidov ? Il a prit une balle, au lieu de l'avion ! Descendez, et bouclez-là !
Renard : Vous ne pouvez pas me tuer, je suis déjà mort.
Bond : Ouais... Pas assez mort à mon goût.
Renard : Ayez un peu de reconnaissance, je vous ai laissé la vie sauve dans le bureau du banquier. Bon c'est vrai, je ne pouvais pas vous tuer... Vous travailliez pour moi, vous avez livré l'argent ce qui a tué King ! Et là vous m'avez livré l'appareil.
Bond : Quel est votre plan pour la bombe ?
Renard : Vous d'abord ! Je ne peux pas croire que vous n'ayez pas de plan !
Bond : Cette bombe ne quittera jamais cette salle.
Renard : Vous non plus d'ailleurs. Quelle tristesse, d'être menacé par un homme qui saisit mal la situation présente.
Bond : L'individu qui ne croît en rien opte facilement pour l'idée de vengeance.
Renard : Et vous, en quoi croyez-vous, la préservation du capital ? Allez-y ! Tuez-moi ! J'y prendrai plaisir. Mes hommes entendront le coup de feu et ils vous tueront.
Bond : Et la fusillade alertera l'armée qui rappliquera dans deux minutes.
Renard : Mais si un certain coup de fil n'est pas donné dans les vingt minutes, Elektra mourra !
Bond : Vous bluffez !
Renard : Ha ha, ouais... Très belle fille hein ? Vous auriez du la prendre avant, quand elle était innocente. Quel effet ça vous fait, de savoir que c'est moi son premier dresseur ?
Bond : (Il frappe Renard à la tête avec son arme) En général je déteste tuer un homme sans défense. Un meurtre de sang froid... Répugnante besogne !...
Renard : Je suis fatigué d'être exécuté.
Bond : Mais envers vous, je n'éprouve rien. Tout comme vous.
Renard : Mais je vous le redis : la vie ne vaut pas d'être vécue si on ne la vit pas comme un rêve.


Renard : Sans rancune aucune, Mr. Bond, mais balle au centre. Bientôt vous ne ressentirez plus rien du tout.


M : S'il y a la moindre chance de succès Bond réussira. C'est notre meilleur élément. Mais je ne lui dirai jamais.
Elektra King : J'espère que vous avez raison...


Elektra King : J'ai été très mécontente que l'argent ne vous tue pas vous et lui. Je ne pensais pas avoir une deuxième chance et voilà qu'à mes pieds vous déposez la réponse à mes problèmes... Bond ! Comme vous dîtes, c'est votre meilleur élément, où devrais-je dire... c'était...


Christmas Jones : Qu'y a t'il entre vous et Elektra ?
Bond : C'est strictement plutonique.


Christmas Jones : Vous voulez bien mettre des sous-titres pour ceux d'entre-nous qui ne parlent pas espion ?


Renard : Depuis que vous avez envoyé votre homme pour m'assassiner, je regarde la lente fuite du temps pendant que je marche vers la mort... Vous allez connaître ce même plaisir. Observez ses aiguilles M, à midi demain votre heure aura sonnée. Et je vous le garantie, je mettrai dans le mille !


Valentin Zukovsky : (Il aperçoit le Dr. Christmas Jones à l'intérieur du bâtiment) Qui êtes-vous? Comment êtes-vous entrée ici? Je vais appeler la Sécurité... et la féliciter ! Un verre? (Il se rend compte que Bond est aussi présent dans la pièce et le menace d'une arme) Vous ne savez pas dire "bonjour" comme ça se dit normalement ?


Renard : Alors c'est la fin... ?
Elektra King : Non ! C'est le commencement... Le monde ne sera plus jamais le même.
Renard : (Il l'embrasse) L'avenir t'appartient, amuse toi bien.


Elektra King : J'aurai pu vous donner le monde.
Bond : Le monde ne suffit pas.
Elektra King : Théorie stupide.
Bond : Devise familiale.


Bond : Où est M ?
Elektra King : Elle sera bientôt un peu partout !


Elektra King : James ! Vous ne pouvez pas me tuez ! Pas de sang froid !


Bond : Dites-lui d'arrêter. Je ne le répéterai pas deux fois, dites-lui qu'il s'arrête... Dites-lui qu'il s'arrête !
Elektra King : (Prenant son talkie-walkie) Renard... ? (S'adressant à Bond) Vous ne me tuerez jamais, je vous manquerai tellement. (Reprenant son talkie-walkie) Plonge vas-y !
Bond : (Il tire sur Elektra) Je ne rate jamais mon coup.


Renard : Bienvenue dans ma famille nucléaire !


R : Pour moi c'est une manifestation précoce du bug de l'an 2000 !


Bond : Je me suis trompé à votre sujet.
Christmas Jones : Ah oui ? Et en quoi ?
Bond : Je croyais que Noel n'arrivait qu'une fois l'an.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :