Le Gala des vaches

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Gala des vaches est un journal tenu par Albert Paraz du 20 janvier 1947 jusqu'à sa date de publication en novembre 1948.

Citations[modifier]

— Allons, réfléchissez ! dis-je brusquement, ils n'accepteront pas d'être vus en public avec un Allemand, voyons.
— Comment cela ? Leur galerie est ouverte, quand un Allemand tire son chèque pour payer un Picasso, il est reçu avec le sourire, on le remercie bien poliment.
—- Dans un café c'est une autre histoire… Il ne me croyait pas et branla la tête : « Non, non les Français ne sont pas comme ça. Essayez ! Vous verrez bien ! »
— À votre aise…
Je me levai et m'approchai du groupe : « Le docteur Heller, chef de la censure, qui est un européen distingué, sollicite l'honneur… »
Comme s'ils obéissaient à un commandement chacun des trois, le peintre, le margis et sa femme tira ostensiblement sa montre, regarda l'heure d'un air affolé, et tous filèrent sans un mot, en tapotant sur le cadran, laissant les consommations avec un coup d'œil vers le garçon, très compréhensif. Je revins vers le docteur que je trouvais effondré.
— C'est donc bien vrai ce qu'on m'a dit ! Je ne voulais pas le croire…
— Quoi ?
— Que les Juifs font régner dans ce pays une véritable terreur…

  • Le Gala des vaches (1948), Albert Paraz, éd. L'Age d'Homme, 2003  (ISBN 2-8251-1819-2), p. 162