Le Dîner de cons

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Dîner de cons est un film français réalisé par Francis Veber en 1998.

Répliques[modifier]

François Pignon : La tour Eiffel… entièrement faite avec des allumettes, 346 422 exactement !
  • Jacques Villeret, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


Pierre Brochant : Y'a pas de mal à se moquer des abrutis. Ils sont là pour ça, non ?
  • Thierry Lhermitte, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


François Pignon : Vous faites peine à voir. On dirait un cheval qui a raté une haie. On vous abattrait sur un champ de course.
  • Jacques Villeret, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


François Pignon : C'était votre sœur.
Pierre Brochant : J'ai pas de sœur.
François Pignon : Vous n'avez pas de sœur ? Je lui ai dit qui est à l'appareil, et elle m'a dit : « sa sœur ».
Pierre Brochant : Il a appelé Marlène !
François Pignon : C'est pas votre sœur ?
Pierre Brochant : C'est son nom, Sasseur. Marlène Sasseur.
François Pignon : J'pouvais pas savoir, moi. Elle me dit : « C'est Marlène Sasseur. » Avouez que c'est confusant.

  • Jacques Villeret, Thierry Lhermitte, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


François Pignon : Tous les types qui font de la planche à voile piquent la femme de leurs amis.
  • Jacques Villeret, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


Pierre Brochant : Il s'appelle Juste Leblanc.
François Pignon : Ah bon, il a pas de prénom ?
Pierre Brochant : Je viens de vous le dire : Juste Leblanc.
François Pignon : …
Pierre Brochant : Leblanc, c'est son nom, et c'est Juste, son prénom.
François Pignon : …
Pierre Brochant : Monsieur Pignon, votre prénom à vous, c'est François, c'est juste ?
François Pignon : Oui…
Pierre Brochant : Eh bien lui, c'est pareil, c'est Juste.
François Pignon : …

  • Thierry Lhermitte, Jacques Villeret, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


François Pignon : Je prends l'accent belge ?
Pierre Brochant : Non !
François Pignon : Allôô ! Je voudrais parler à monsieur Leblanc, juste une foè !
Juste Leblanc : C'est moi.
François Pignon : Bonsoèr monsieur Leblanc, George Van Brugel à l'appareil, je vous appelle parce que je suis producteur n'est ce pas, j'arrive de Belgique une foè et je suis très intéressé par votre roman, ...
Pierre Brochant : [En chuchotant] Le petit cheval de manège
François Pignon : Le petit cheval de manège. Et j'aimerais discuter l'achat des droè pour le cinémè.
Juste Leblanc : C'est une blague ?
François Pignon : Non non, pas du tout, pourquoi une blègue ?
Juste Leblanc : Arrête tes conneries Etienne, je t'ai reconnu !
François Pignon : prfft ... !
Pierre Brochant : [En chuchotant] Allez !
François Pignon : Vous faites erreur, monsieur Leblanc, je suis pas Etienne du tout, je suis producteur et j'arrive de Bruxelles.
Juste Leblanc : Quelle maison de production ?
François Pignon : Comment ? ...
Juste Leblanc : Le nom de votre maison, c'est quoi ?
François Pignon : heuuu ... Les film du plat pays ... c'est ça ... une maison de production jeune mais dynamique, monsieur Leblanc !
Juste Leblanc : Et c'est pour la TV ou pour le cinéma ?
Pierre Brochant : Pour le cinéma!
François Pignon : Pour le cinéma hein, monsieur Leblanc, le grand écran, pas pour la petite lucarne ...
Juste Leblanc : Je précise que j'aimerais faire l'adaptation moi-même ...
François Pignon : Ça devrait pas poser problème ça, monsieur Leblanc, mais vous devez seulement savoèèèr que nous commençons et si vous n'êtes pas trop gourmand ... que ...
Juste Leblanc : ... on parlera d'argent plus tard. Quand puis-je vous rencontrer, monsieur ... ?
François Pignon : Van Brugel. Alors écoutez, je sonne chez vous demain, et on prendra rendez-vous une foè !
Juste Leblanc : D'accord, à demain
François Pignon : A demaiiiin, monsieur Leblanc ...
François Pignon : Et voilà, on a les droits, houuu, ... et pour pas cher, à mon avis, il a marché ! Il a marché à fond le gars !

  • Thierry Lhermitte, Jacques Villeret, Francis Huster, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


Lucien Cheval : Allô ?
François Pignon : Lucien ? C'est François.
Lucien Cheval : Alors ? Comment il va monsieur l'Auxerrois ?
François Pignon : D'abord je suis pas Auxerrois, ensuite rien n'est perdu hein.
Lucien Cheval : Écoutez-le, le con, il se prend deux buts pendant la première mi-temps et il dit que c'est pas encore perdu, c'est des guignols, les Auxerrois, des petites bites, des j'en foutres ...
François Pignon : Ah oui ? Et qui c'est qui s'est fait déchirer la semaine dernière à Bordeaux, c'est Auxerre peut-être ? Dans le cul l'OM dans le cul-ul-ul, dans le cul !
Lucien Cheval : Va te faire foutre, tiens !
François Pignon : Toi aussi, va te faire foutre ! [Il raccroche]. Oh, mais quel connard celui-là, ... aux chiottes l'OM ! ... haha, ... quel connard ...
François Pignon : [Remarquant les regards froids de Pierre et Just] ... je le rappelle ...
Juste Leblanc : [à Pierre] Il est hors concours celui-là ...
Pierre Brochant : C'est comme ça depuis une heure, ça n'arrête pas.
François Pignon : C'est pas grave je vous dit, j'le rappelle, on s'engueule tout le temps, on s'adore ...
Lucien Cheval : [Laisse sonner plusieurs fois le téléphone volontairement] ... Pignon ? ...
François Pignon : Lucien ? Si je t'appelle, c'est parce que j'ai un service à te demander.
Lucien Cheval : Oui, mais à une seule condition.
François Pignon : Laquelle ?
Lucien Cheval : C'est que tu cries "aaallez l'OM !"
François Pignon : [paniqué, il fait signe qu'il peut pas le faire]
Pierre Brochant : Eh bien allez-y mon vieux ! "Aaallez l'OM, Aaallez l'OM ..." [Juste l'accompagne] ...
François Pignon : C'est vraiment pour vous que je le fais, Pierre ... [à Lucien] Allez l'OM, Lucien.

  • Francis Huster, Thierry Lhermitte, Jacques Villeret, Daniel Prevost, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


Juste Leblanc : Qu'est-ce que tu fais ?
Pierre Brochant : Je mets du vinaigre dans mon Château-Lafite. C'est un truc que je te donne si tu veux transformer un très grand vin en piquette. Et voila : le gros Lafite qui tache ! Goûte.
Juste Leblanc : Oh non, non… Goûte toi-même.
François Pignon : Non merci.
[Pierre Brochant goûte]
Juste Leblanc : Alors ?
Pierre Brochant : C'est bizarre, ça lui donne du corps, je trouve.
Juste Leblanc : [Il goûte] Merde, alors…
Pierre Brochant : Il est pas plus mauvais… Il serait même plutôt meilleur.
Juste Leblanc : Nettement.
François Pignon : Faites voir. [Il goûte] Ah oui, c'est bon à savoir, ça !

  • Francis Huster, Thierry Lhermitte, Jacques Villeret, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


Lucien Cheval : Comme on dit dans mon village : le coq est lâché, gardez vos poules.
  • Daniel Prévost, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


Pierre Brochant : J'avais dit « à gauche », Pignon...
  • Thierry Lhermitte, Le Dîner de cons (1998), écrit par Francis Veber


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :