Le Chat

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Chat est un personnage de bande dessinée créé par Philippe Geluck, apparu pour la première fois le 22 novembre 1983 dans un supplément du journal belge Le Soir. Cet anti-héros est un chat gris, aux oreilles pointues, au gros nez, à la bouche généralement indiscernable. Par anthropomorphisme il se tient debout, est vêtu comme un homme, a des comportements typiquement humains (aller au bistro, conduire une voiture...) et s'adresse directement au lecteur. Son humour est souvent fondé sur des jeux de mots assez recherchés. Le surréalisme à la belge y est également présent. Nous trouvons aussi plusieurs gravures détournées grâce à des phylactères déplacés ou des légendes inappropriées qui signent le gag.

Citations[modifier]

Le meilleur du Chat, 1994[modifier]

Quand un skieur juif rencontre un autre skieur juif, il lui dit "Slalom".
  • Jeu de mot sur "Shalom", en hébreu.


Je connais un gynécologue sourd qui est capable de lire sur les lèvres.


Les animaux se lavent en se léchant... sauf les hérissons et les oursins !


Du point de vue d'un belge, il y a sur Terre près de cinq milliards d'étrangers... tandis que pour un chinois, il n'y en a que trois milliards et demi ?!


Le mot "Long" est plus court que le mot "Court", c'est dingue non ?


Alors comme ça... c'est Dieu qui nous donne la vie... et c'est Dieu qui nous la reprend ?! Moi je dis : Donner c'est donner, reprendre c'est voler !


(Dormant à la belle étoile) Les hôtels des riches ont un maximum 5 étoiles... Celui des pauvres en a infiniment plus.


Je n'aime pas beaucoup qu'on partage mon opinion... J'ai l'impression de n'avoir plus qu'une demi opinion !


Les constipés chroniques et les écrivains ont un point commun : l'angoisse de la feuille blanche !


Plus je grossis, plus je m'aigris...


Une souris : Voulez-vous me prendre en photo avec mon chapeau ?
Le Chat : Ce serait plus facile avec un appareil photo !


On ne pourra jamais compter toutes les étoiles qui nous entourent. De toute façon, ce serait inutile... Il suffit d'en compter la moitié et de multiplier par deux.


Il y a malgré tout un avantage à tomber en panne sèche, c'est que c'est moins lourd à pousser que si le réservoir était plein.


Si le type qui me dessine meurt un jour... Je me suicide !


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :