Le Cœur des hommes

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Cœur des hommes est un film français réalisé par Marc Esposito et sorti en 2003.

Citations[modifier]

Antoine : On le sait que tous les commerçants font du black, Manu. C'est vrai, c'est comme les cyclistes et le dopage, c'est tellement dans votre culture que vous voyez même plus que c'est mal.
Manu : Tu connais le dicton : « Qui paie ses impôts vole sa famille. »

  • Bernard Campan et Jean-Pierre Darroussin, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Antoine : D'ailleurs, un goal de gauche ça existe pas. Oui, parfaitement. Un goal, c'est individualiste, pas vrai ? C'est au milieu de sa cage, ça défend son petit coin de terre contre l'assaut des étrangers. C'est xénophobe, c'est un poste de droite.
  • Bernard Campan, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Jeff : Et toi ? T'apprécies pas d'être peinard un peu ?
Manu : C'est pas mon but dans la vie d'être peinard. C'est peut-être une question d'habitude mais j'aime pas quand je rentre chez moi et qu'il n'y a personne.
Jeff : Paie-toi un chat. Ça le fait hein, je te jure.
Manu : Je préférerais une chatte.

  • Gérard Darmon et Jean-Pierre Darroussin, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Jeff : T'as été absente combien de jours depuis le début de l'année ?
Elsa : Zéro.
Jeff : Zéro ! Il faut demander la légion d'honneur. Tu vas faire l'ouverture du 20 heures, la seule salariée qui n'a pas été absente depuis quatre mois.
Elsa : T'es vraiment qu'un gros macho de patron de merde.
Jeff : Allez on coupe le portable et on passe la journée au lit. D'accord ? Allez appelle, appelle. Tu sais, si vous êtes moins bien payés que les hommes, c'est parce qu'on anticipe sur les absences. Du coup, si tu grattes jamais une journée, c'est tout bénef pour ta boîte.

  • Gérard Darmon et Zoé Félix, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Annette : C'est génial. On sait déjà qu'un jour j'en aurais marre de me faire baiser dans une chambre d'hôtel deux fois par semaine et que je te dirais, pendant que tu te rhabilleras pour la dernière fois : « On arrête, j'ai quelqu'un d'autre. »
Alex : Alors, si tu peux m'éviter le « j'ai quelqu'un d'autre » ça m'arrange. Te connaissant, c'est pas la peine de préciser.
Annette : Je te le dirais pas pour te l'apprendre, je te le dirais pour te faire chier.

  • Alice Taglioni et Marc Lavoine, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Alex (au téléphone) : Dis-moi. Monsieur, le vouvoiement, tout ça, c'est lourd.
Joëlle : Je préfère, monsieur, si un jour je vous attaque pour harcèlement sexuel c'est mieux.
Alex : Il entend Antoine là ?
Joëlle : Sauf s'il est sourd, monsieur.
(Joëlle fait entrer Antoine dans le bureau d'Alex)
Antoine : C'est chaud ici.
Alex : Elle, elle va bientôt vendre des merguez devant le Parc des Princes, ça je te le dis.

  • Marc Lavoine, Marianne Viard et Bernard Campan, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Juliette : C'est que j'aimerais dormir avec vous mais que je vais pas être capable de faire l'amour avec vous. Voilà, c'est dit. Alors oubliez, je peux pas vous demander ça.
Manu : Mais si vous pouvez, y a pas de mal à ça. Enfin d'un autre côté, si moi je peux m'endormir à côté de vous sans vous toucher, est-ce que c'est pas un peu vexant ? Vous allez supporter ?
Juliette : Je savais même pas que ça existait un homme gentil comme toi.
Manu : Y a le Dalaï-lama aussi.

  • Florence Thomassin et Jean-Pierre Darroussin, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Manu : T'es pénible, je t'assure. Qu'est-ce que ça veut dire de le traiter de malade ?
Jeff : Je dis ce que je pense.
Manu : C'est pas une raison. Si on disait toujours tout ce qu'on pense, on serait plus amis depuis longtemps.

  • Jean-Pierre Darroussin et Gérard Darmon, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Manu : C'est quand même con.
Antoine : Ah ben voilà une remarque de haute tenue qui fait bien avancer le débat.
Manu : Je maintiens. Oui, c'est con de quitter une femme qu'on aime parce qu'elle a dérapé une fois. J'ai un pote de gauche qui penserait que c'est facho même. Et il serait bon que ma remarque fasse avancer le débat parce que t'es en train de faire une grosse connerie.
Antoine : J'ai pas le choix, c'est une impossibilité physique. Je peux plus être en face d'elle.
Manu : C'est ce qu'on appelle une épreuve, et tu dois l'accepter.
Antoine : Il est devenu bouddhiste le charcutier là ?

  • Jean-Pierre Darroussin et Bernard Campan, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Alex (alors que quatre femmes entre deux âges passent sur la plage) : Ah elles ont morflé les Spice Girls dis-donc !
  • Marc Lavoine, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Jeff : Bon et ben moi, j'ai envie d'y aller à ce mariage comme de me pendre. Plus ça approche...
Antoine : Ben là, ça fait plus qu'approcher, tu y es là.
Jeff : Ne crois pas ça. Tant qu'elle a pas dit oui, y a espoir. Elle est capable de lui faire comme dans les films, dire non au dernier moment. Dans les films, ils sont catastrophés mais moi je sortirais de la mairie en faisant des claquettes. « Elle a dit non à Nono. »
Alex : Si c'est lui qui dit non, c'est pareil ?
Jeff : Si c'est lui qui dit non ? Le lundi, il est cloué sur sa porte avec ses tripes dans la bouche.

  • Gérard Darmon, Bernard Campan et Marc Lavoine, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


(Jeff, Manu, Antoine et Alex viennent de perdre au loto sportif parce que Marseille a battu Nantes alors que Jeff était le seul des quatre à vouloir jouer ce résultat)
Jeff : Voilà, voilà, qui c'est qui l'a dans le fion, c'est bibi. À trois contre un c'est pas compliqué, je l'ai dans le fion à tous les coups mais bien profond, hein, bien profond. Mais putain, je l'avais le pognon, il était là putain.
Antoine : Mais ça va, tu l'as le pognon. On a fait douze sur treize, on va avoir deux mille euros chacun.
Jeff : Mais si tu veux gagner des piécettes toi, vas jouer à la belote et me fais pas chier. Putain, ça me rend fou, ça me rend fou. Je devrais avoir le droit de vous faire un procès pour vol, mais oui c'est du vol. Je devrais avoir cent boules dans les fouilles et je les ai pas.
Manu : Ben, nous non plus.
Jeff : Non mais vous... non mais attends. Vous, c'est votre faute vous, parce que dans vos grosses têtes de veaux, y a que du mou de veau. « Aux chiottes l'OM ! Aux chiottes l'OM ! » Putain de merde. Mais j'étais sûr qu'ils allaient les taper vos canaris de mes couilles là. Je vous l'ai dit, re-dit et re-re-dit mais non, ça c'est comme si je chiais dans la mer.
Manu : Moi, j'aime bien chier dans la mer.

  • Gérard Darmon, Bernard Campan et Jean-Pierre Darroussin, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Manu : Alors j'avale, j'avale pas, c'est ça tout votre problème. Putain, moi je croyais qu'avoir de gros cerveaux comme les votres, ça servait à passer le cap digestif. À se poser deux, trois questions.
Jeff : Du genre ?
Manu : Du genre « Qu'est-ce que je ferais si j'étais moins con ? » Si ça se trouve, la réponse elle est peut-être pas au-dessus de vos forces. Encore faut-il se poser la question.

  • Jean-Pierre Darroussin et Gérard Darmon, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Nanou : Dans dix ans je me serais cassé depuis longtemps.
Alex : Mais non.
Nanou : La tête que tu vas faire, mon pauvre vieux, quand ça va te tomber sur la gueule.
Alex : Et ben n'oublie pas de faire une photo, ça nous fera un souvenir pour quand on sera vieux.
Nanou : On est vieux.
Alex : Écoute, si tu veux, on s'enferme dans la cuisine, on met la Traviata, puis on allume le gaz.

  • Catherine Wilkening et Marc Lavoine, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Jeff : Ah oui, à ce propos, quand on ira au bistrot vous déconnez pas, vous dites pas que vous êtes pour le PSG parce que je veux pouvoir y retourner quand même.
Antoine : Je peux crier « Aux chiottes l'OM » quand même ?
Jeff : Y a un crétin qui l'a fait l'an dernier ça. Ils l'ont bouffé sur la place du village avec de l'aïoli. Faut faire gaffe, c'est des primitifs ici.

  • Gérard Darmon et Bernard Campan, Le Cœur des hommes (2003), écrit par Marc Esposito


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :