Aller au contenu

Laura Ingalls Wilder

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Laura Ingalls Wilder. Photo sans date.

Laura Ingalls Wilder, née le 7 février 1867 à Pepin dans le Wisconsin et morte le 10 février 1957 à Mansfield dans le Missouri, est une femme de lettres américaine, autrice de la série de romans pour enfants La Petite Maison dans la prairie, inspirée par sa propre enfance au sein d'une famille de pionniers américains à la fin du XIXe siècle.

Citations[modifier]

La Petite Maison dans la prairie, tome 1, 1935[modifier]

Il y a très longtemps, quand tous les grands-pères et toutes les grands-mères n'étaient que des petits garçons ou des petites filles, ou même de très petits bébés, s'ils étaient déjà nés, Papa, Maman, Laura et bébé Carrie quittèrent la petite maison où ils vivaient, dans les grands bois du Wisconsin. Ils montèrent dans un chariot bâché et l'abandonnèrent, solitaire et vide, au cœur de sa clairière cernée par les grands arbres. Ils ne devaient plus jamais revoir cette petite maison.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 1, p. 9


Charles Ingalls : Et qu'est-ce que nous allons devenir dans un pays sauvage comme celui-ci sans un bon chien de garde, je me le demande.
  • Après la disparition de leur chien Jack.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 2, p. 35


Caroline Ingalls : Il faut continuer à bien te tenir à table, même si nous sommes à cent kilomètres de n'importe où.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 4, p. 48


Ici, c'est le pays des Indiens, n'est-ce pas ? poursuivit Laura. Pourquoi est-ce que nous sommes venus dans leur pays, si tu ne les aimes pas ?
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 4, p. 55


Le vieux Dan Tucker était un très brave homme ;
Il se lavait le bout du nez dans une poêle pleine de rhum,
Il se peignait toujours avec un tire-bouchon,
L'est mort d'une rage de dents qu'il avait au talon.

  • Chanson de Dan Tucker, chantée par les Ingalls et M. Edwards.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 5, p. 77


Poursuis ton voyage dans le ciel, ô lune d'argent !
Inonde de ta lumière le ciel tout entier...

  • Chanson chantée par Charles Ingalls.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 6, p. 88


Il y a de petits bols qui ont de grandes oreilles.
  • Caroline Ingalls, par allusion aux enfants qui les écoutent, elle et son mari.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 7, p. 103


Au hasard errait une jeune Indienne,
Belle Alfarata,
Au pays où coulent tes ondes lointaines,
Bleue Juniata.
Robustes et fidèles, ainsi sont mes flèches,
Au carquois orné,
Léger, vole au fil de la rivière,
Mon fin canoë.

  • Chanson chantée par Caroline Ingalls.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 18, p. 247


Si certains de ces maudits politiciens de Washington n'avaient pas fait courir le bruit qu'on pouvait parfaitement s'installer ici, je n'aurais jamais pénétré de cinq kilomètres à l'intérieur du Territoire indien.
  • Charles Ingalls.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 25, p. 330-331


Nous avons tout le temps du monde devant nous.
  • Charles Ingalls.
  • La Petite Maison dans la prairie (1935), Laura Ingalls Wilder, éd. Flammarion, 1993 (11e édition)  (ISBN 9782081618305), t. 1, chap. 25, p. 335


Citations au sujet de Laura Ingalls Wilder[modifier]

Si vous regardez d'autres auteurs dits "pour enfants", vous verrez qu'ils n'ont jamais directement écrit pour les enfants. Bien que Lewis Carroll ait dédié son livre à Alice, j'ai l'impression que ça a été une pensée a posteriori, une fois que l'ensemble a eu été consigné sur le papier. Beatrix Potter a déclaré : "J'écris pour me faire plaisir !" Et je pense que la même chose vaut pour Milne, ou Tolkien, ou Laura Ingalls Wilder.
  • (en) If you look at other so-called children’s authors, you’ll see they never wrote directly for children. Though Lewis Carroll dedicated his book to Alice, I feel it was an afterthought once the whole was already committed to paper. Beatrix Potter declared, “I write to please myself!” And I think the same can be said of Milne or Tolkien or Laura Ingalls Wilder.
  • « P. L. Travers, The Art of Fiction No. 63 », P. L. Travers, propos recueillis par Edwina Burness & Jerry Griswold, The Paris Review, nº 86, hiver 1982 (lire en ligne)


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :