Josette Abondio

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Josette Abondio (2011).

Josette Abondio est une enseignante, romancière et dramaturge ivoirienne née en 1947.

Kouassi koko… ma mère, 1993[modifier]

L’homme qui tue le gibier sans avoir faim est imprévisible.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 18


On ne parle mieux qu’à soi-même.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 33


Le marché aux maris se tient à l’aube ; la fille qui se lève tard ne trouve que les rebuts.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 44


L’habitude est un allié du temps et la routine en est la substance.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 68


Les serpents deviennent audacieux quand ils sentent la présence des poules pondeuses.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 64


Pourquoi refuser le fruit alors qu’il est mûr ?
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 64


La maturité s’attrape souvent dans les bras d’un homme comme une maladie contagieuse.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 80


L’igname trop chaude cache sa saveur au palais gourmand.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 85


Une chèvre sans corde ne retrouve jamais son piquet.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 172


La jeunesse n’a jamais su s’accorder ; il faut la sagesse pour brider la fougue de la jeunesse.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 172


Une monture docile, une écurie solide, cela suffit au passage que Dieu nous accorde sur terre.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 171


Le temps est la seule vérité de ce monde, il ramène tout aux vraies dimensions.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 171


Un cheval de labour est plus malléable qu’un coursier fougueux.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 171


le passé et le temps recouvrent les détresses et les plaies d’une mince couche d’oubli qui se déchire à la moindre occasion.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 162


Le monde est fait de labeur et de plaisir facile.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 150


Il ne fait pas bon de se frotter à plus fort que soi.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 141


Quand tous les espoirs sont déçus, les femmes se réalisent dans leurs filles.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 120


Le pire de toute catastrophe se goûte seulement à la fin.
  • Kouassi koko… ma mère, Josette Abondio, éd. EDILIS, coll. « Iroko », 1993  (ISBN 2-909238-07-5), p. 125


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :