Joséphine-Blanche Bouchet

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Joséphine-Blanche Bouchet, née le 4 février 1833 à La Roche-sur-Yon et morte le 18 septembre 1892 à Villerville, est une écrivaine française de romans pour la jeunesse. Epouse de Louis-Casimir Colomb, elle signera ses ouvrages "Mme Colomb".

Citations[modifier]

Pour la patrie (1885)[modifier]

Le soupçon une fois entré dans les coeurs ne trouve plus de chemin pour en sortir.
  • Pour la patrie, Mme Colomb, éd. Librairie Hachette et Cie, 1885, p. 145


Danielle (1888)[modifier]

Les grand'mères sont faites pour élever les petits-enfants; à la promenade, ils vont du même pas, et personne ne se fatigue.
  • Danielle, Mme Colomb, éd. Librairie Hachette et Cie, 1888, p. 30


Trop aimés ! quelle parole étrange ! Est-ce qu'on peut trop aimer ? Non ; ce n'est pas ainsi qu'il faudrait dire : ce n'est pas trop, c'est mal aimés. Des enfants mal aimés, c'est comme qui dirait des enfants gâtés; et des enfants gâtés, c'est... Pour le présent, de vraies peste, des fléaux de société, insupportables à tous et à eux-mêmes; pour l'avenir, de la graine d'égoïstes, de paresseux, de lâches, de vaniteux, etc.; il n'y a point de vices dont ne soient capables les gens qui ont été gâtés dans leur enfance. Et ici entendons-nous : je n'entends pas par enfants gâtés des enfants élevés tendrement, choyés, caressés; c'est la moitié de leur bonheur, il ne faut pas les en priver; mais les enfants qu'on flatte, à qui on chante perpétuellement leurs propres louanges, devant qui on dénigre les autres enfants, à qui on cède sans cesse contre toute raison, à qui on sacrifie tout, qu'on plaint avant qu'ils souffrent, qu'on console avant qu'ils aient du chagrin, qu'on habitue à se croire supérieurs au reste de l'univers et à faire passer leurs volontés, leurs goûts, leur fantaisies avant l'intérêt et la satisfaction d'autrui, voilà de véritables enfants gâtés; et ceux qui sont gâtés de cette façon-là ne s'en relèvent guère.
  • Danielle, Mme Colomb, éd. Librairie Hachette et Cie, 1888, p. 42-43


Le bonheur de Françoise (1889)[modifier]

C'est un tort qu'on a souvent de parler devant les enfants de ce qui les concerne, comme s'ils étaient des personnages de comédie, qui n'entendent plus rien dès qu'on ne s'adresse pas directement à eux.
  • Le bonheur de Françoise, Mme Colomb, éd. Librairie Hachette et Cie, 1907 (septième édition), p. 4


Mon oncle d'Amérique (1890)[modifier]

C'est comme cela en ce monde; souvent les noisettes vous arrivent quand on n'a plus de dents pour les casser.
  • Mon oncle d'Amérique, Mme Colomb, éd. Librairie Hachette et Cie, 1890, p. 10


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :