Jean Venturini

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Venturini.

Jean Venturini, poète et marin français (Nabeul, 17 septembre 1919 — Au large de Sfax, 17 juin 1940), écrivain précoce, n'a eu le temps de publier qu'un seul recueil de poèmes, Outlines, avant de périr en mer, au large de la Tunisie, dans un sous-marin, avec tout l'équipage. Il est cité au Panthéon.

Outlines, 1939[modifier]

Couverture de l’édition originale d’Outlines.
Dans mes veines ce n’est pas du sang qui coule, c’est l’eau, l’eau amère des océans houleux…
  • Outlines (1939), Jean Venturini, éd. Vaillant, 2009, p. 44


J’ai des ressacs mugissants dans mes mains aux heures d’amour…
Et trop souvent j’étreins d’irréelles écumes blanches qui fuient sous mon désir de chair…
  • Outlines (1939), Jean Venturini, éd. Vaillant, 2009, p. 44


J'ai brisé ces chaînes que l'on croit éternelles
Et j'ai durci mon âme et tué les souvenirs
Famille, amour, amitié, haine, j'ai tout vendu,
J'ai tout renié. J'ai étranglé les joies tranquilles
Et les bonheurs monotones...
  • Outlines (1939), Jean Venturini, éd. Vaillant, 2009, p. 57


Regarde-moi, regarde-moi... Je veux

Que mon visage reste au fond de tes yeux

Aussi longtemps que tu vivras...
...Je n'ose te prendre dans mes bras...
  • Outlines (1939), Jean Venturini, éd. Vaillant, 2009, p. 87


Dans des îles onduleuses de palmes bleues — réflexions
D'arbres tordus sur les eaux des lagons irisés —
Je sais qu'il est des havanes en révolution
Où des soldats masqués de haine fouaillent leurs officiers.
  • Outlines (1939), Jean Venturini, éd. Vaillant, 2009, p. 54


D'autres auteurs le concernant[modifier]

Il est l'un des morts de cette guerre: le submersible où il servait disparut de la surface. Peu de jours avant, il nous écrivait : « En route pour la poésie des fonds marins. » Prescience. Singulière prescience [...]. Nous qui nous épuisons en plongées au plus obscur du monde et de la vie, et qui en revenons si souvent désappointés et les mains vides, comment oublierions-nous Jean Venturini, ce camarade demeuré, avec son secret, dans un silence plus vrai que nos paroles ? À cet enfant du silence, gardons, pour ne pas trahir, le meilleur du nôtre.
  • Hommage à Jean Venturini (1940), Max-Pol Fouchet, éd. Revue « Fontaine », 1940, p. 12