Jean Sylvain Bailly

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Jean Sylvain Bailly
Jean Sylvain Bailly par Jean-Laurent Mosnier (1789).

Jean Sylvain Bailly, né le 15 septembre 1736 à Paris et mort guillotiné le 12 novembre 1793 à Paris, est un mathématicien, astronome, littérateur, membre de l’Académie française et homme politique français.Il fut le premier maire de Paris

Citations[modifier]

Les nations de l’Europe divisées, occupées pendant des siècles à se déchirer, après avoir vieilli dans la barbarie, n’ont été éclairées que par l’invasion des Maures, et par l’arrivée des Grecs échappés à la prise de Constantinople.
  • Lettres sur l’origine des sciences et sur celle des peuples de l’Asie, Jean Sylvain Bailly, éd. M. Elmesly, 1777, p. 139


Le premier résultat que l’on peut admettre comme vérité, c’est que la terre a été originairement fluide ; ses parties animées par la pesanteur et liées par la cohésion, n’auraient pas obéi à la petite force centrifuge si elles n’avaient été molles, ou plutôt liquides et capables de glisser facilement, ou de rouler les unes sur les autres.
  • Histoire de l'astronomie moderne (1782), Jean-Sylvain Bailly, éd. Frères Debure, 1782, t. 3, p. 42


— Tu trembles Bailly ?
— Mon ami, c'est que j'ai froid.

  • Question posée par l'un de ceux qui se pressaient autour de lui et réponse de Bailly prononcée sur l’échafaud, avant d’être guillotiné.
  • La Révolution Française vue par son Bourreau, Journal de Charles-Henri Sanson, éd. Le Cherche-midi, 2007, p. 85-94


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :