Jean Pliya

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Pliya est un écrivain béninois, né le à Djougou (Bénin) et mort le à Abidjan (Côte d'Ivoire).

Kondo, le requin, 1966[modifier]

Les doigts sont inégaux, mais réunis ils font merveille.
  • Kondo, le requin (1966), Jean Pliya, éd. CLE, Yaoundé, 1981  (ISBN 2-7235-0055-1), acte I, scène III, p. 37


La voix d'une femme aimante est pareille à l'huile parfumée dont on oint son corps pour en délasser les muscles.
  • Kondo, le requin (1966), Jean Pliya, éd. CLE, Yaoundé, 1981  (ISBN 2-7235-0055-1), acte II, scène I, p. 45


Un ami sincère est parfois plus precieux que le plus prodigieux gris-gris, mais, malheur à qui compte uniquement sur ses amis; double malheur à qui se fie sans réserve aux gens de sa maison.
  • Kondo, le requin (1966), Jean Pliya, éd. CLE, Yaoundé, 1981  (ISBN 2-7235-0055-1), acte II, scène I, p. 46


La vie d'un homme, fût-il esclave, est sacrée et personne n'a le droit de la supprimer ou même de se donner à mort.
  • Kondo, le requin (1966), Jean Pliya, éd. CLE, Yaoundé, 1981  (ISBN 2-7235-0055-1), acte II, scène II, p. 54


Si la cadence d'un tam-tam change, il faut que change aussi le pas des danseurs.
  • Kondo, le requin (1966), Jean Pliya, éd. CLE, Yaoundé, 1981  (ISBN 2-7235-0055-1), acte II, scène II, p. 60


Tendre la main a un hôte n'autorise pas celui-ci à vous couper.
  • Kondo, le requin (1966), Jean Pliya, éd. CLE, Yaoundé, 1981  (ISBN 2-7235-0055-1), acte II, scène III, p. 64


On n'est jamais vaincu que par soi-même.
  • Kondo, le requin (1966), Jean Pliya, éd. CLE, Yaoundé, 1981  (ISBN 2-7235-0055-1), acte III, scène V, p. 97


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :