Jean Meslier

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Jean Meslier

Jean Meslier, né à Mazerny (Ardennes) le 15 juin 1664, est un prêtre, un philosophe français, un penseur matérialiste et curé d'Étrépigny où il est mort le 17 juin 1729. Il est considère comme communiste de par sa critique des puissants. Son existence n'a été connue qu'à partir de la publication en 1762 par Voltaire, sous le titre de Testament de J. Meslier, d'un texte qu'il présentait comme un extrait d'un texte beaucoup plus volumineux, retrouvé chez lui et dans lequel un curé professait avec détermination son athéisme. Voltaire en a détourné cependant le texte selon son point de vue. Les textes originaux de Jean Mesliers sont publié pleinement aujourd'hui sous le tire de Mémoire contre la religion.

Jean Meslier[modifier]

La religion est une vraie pépinière de fanatiques : c'est véritablement le théâtre où ils jouent le mieux leurs personnages
  • in Durette, S. (2008). Lire Jean Meslier, curé et athée révolutionnaire - introduction au mesliérisme et extraits de son œuvre, Jean Meslier, éd. Aden, 2008, p. 377


Ceux qui se mêlent de faire ce beau métier de prophétiser et contrefaire les confidents et les messagers des dieux, et qui nous viennent parler de leur part, ne sont que des impudents menteurs, des insensés, des visionnaires, des fanatiques, des méchants imposteurs, des moqueurs, ou de fins et rusés politiques, qui ne se servent du nom et de l'autorité de Dieu que pour mieux jouer leur personnage, en trompant ainsi les hommes.
  • in Durette, S. (2008). Lire Jean Meslier, curé et athée révolutionnaire - introduction au mesliérisme et extraits de son œuvre, Jean Meslier, éd. Aden, 2008, p. 392


Citations sur Jean Meslier[modifier]

L'une des plus hardies mystifications des temps modernes est sans contredit la création de ce personnage étrange, le prétendu curé Jean Meslier, qui, en mourant, avait renié, dit-on, la religion dont il fut le ministre. Cette légende est bien faite pour frapper l'esprit des personnes simples; aussi, est-elle exploitée de la belle façon par les anti-cléricaux.
  • Confession d'un ex-libre penseur, Léo Taxil, éd. Letouzet et Ané, Paris, 1887, p. 227


Ce testament, qui est intitulé Extraits des sentiments de Jean Meslier adressés à ses paroissiens, a été écrit, de la première ligne jusqu'à la dernière, par Voltaire, dont le style est, au surplus, facile à reconnaître. Mais l'affirmation de la phrase précédente reste à prouver sachant que Léo Taxil est lui-même le "roi du canular" et que lors de ses correspondances avec d'Alembert Voltaire dit de Meslier en mai 1763 "cela est écrit du style d'un che­val de car­rosse : mais qu'il rue bien à pro­pos !". Voltaire ment-il ?
  • À propos du testament de Jean Meslier.
  • Confession d'un ex-libre penseur, Léo Taxil, éd. Letouzet et Ané, Paris, 1887, p. 225

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :