Jean-Philippe Jaworski

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Philippe Jaworski.

Jean-Philippe Jaworski, né en 1969, est un écrivain français de fantasy. Il est également l'auteur de plusieurs jeux de rôles.

Janua Vera (2007)[modifier]

Des trompes d'airain ont salué le jour. De grands oiseaux ont passé dans le ciel, où s'étiolent de délicats pastels. Les premiers rayons du soleil ont jeté des éclats dorés sur les tours et les coupoles du palais. Monumentale, arrogante, inachevée, Chrysophée, la capitale du Roi-Dieu, émerge des brumes du petit matin.
  • Janua Vera, Jean-Philippe Jaworski, éd. Les moutons électriques, 2007, Janua Vera, p. 11


Je m'appelle Benvenuto Gesufal. J'ai longtemps habité dans la via Mala, dans le quartier des abattoirs. Même si je n'y vis plus, j'y ai gardé des habitudes. Chaque matin, je retourne rôder dans les venelles, en descendant de la colline de Torrescella. Au petit jour, j'aime voir les toits de tuiles se réchauffer dans les sourires du soleil et la mer se couvrir de brumes légères. Puis je dégringole les ruelles en escaliers, et je m'enfonce dans la via Mala. C'est le moment de la journée que je préfère. Les ivrognes cuvent, les camelots ne sont pas encore là pour vous casser les oreilles. Des valets lavent à grande eau le seui ldes tavernes qui ferment et celui des boutiques qui ouvrent. Des filles descendent au lavoir, les yeux pudiques mais le déhanchement lascif, avec la corbeille à linge appuyée contre le flanc. Les patriarches sortent et s'assoient sur le pas de leur porte. Ils n'en bougeront plus jusqu'au soir.
  • Premières lignes de la nouvelle Mauvaise donne.
  • Janua Vera, Jean-Philippe Jaworski, éd. Les moutons électriques, 2007, Mauvaise donne, p. 33


Je m'appelle Benvenuto. C'est un prénom qui me va mal. Je suis tueur à gages.
  • Janua Vera, Jean-Philippe Jaworski, éd. Les moutons électriques, 2007, Mauvaise donne, p. 34


Et ceci est le château de Combe Noire, poursuivit la dame. Je ne puis plus monter sur mes murs sans voir se dresser cette tour arrogante, sur mon horizon. C'est le repère de mon voisin, Hywel. Hywel, le meurtrier de mon époux. Comprenez-vous ce que l'on peut attendre de vous ?
  • Janua Vera, Jean-Philippe Jaworski, éd. Les moutons électriques, 2007, Le Service des dames, p. 142


Gagner la guerre (2009)[modifier]

Croyez-moi, les paltoquets qui se gargarisent sur la beauté des flots, ils n'ont jamais posé le pied sur une galère. La mer, ça secoue comme une rosse mal débourrée, ça crache et ça gifle comme une catin acariâtre, ça se soulève et ça retombe comme un tombereau sur une ornière ; et c'est plsu gras, c'est plus trouble et plus limoneux que le pot d'aisance de feu ma grand-maman. Beauté des horizons changeants et souffle du grand large ? Foutaises ! La mer, c'est votre cuite la plus calamiteuse, en pire et sans l'ivresse.
  • Gagner la guerre, Jean-Philippe Jaworski, éd. Les moutons électriques, 2009, chap. Chapitre 1. Héros de la République, p. 7


Même pas mort (2013)[modifier]

Je suis né dans une terre si lointaine qu'elle se confond, en moi, avec les forêts du dieu ténébreux d'où sont sortis les pères de mes pères. Depuis que j'ai atteint l'âge d'homme, j'ai marché ; j'ai foulé l'humus moelleux des sous-bois, la terre grasse des prairies, la roche éboulée des montagnes, la tourbe trompeuse des marécages ; j'ai connu des saisons étranges, des cieux différents, des peuples variés comme les arbres d'une futaie. Au cours de cette longue errance, j'ai perdu un à un les compagnons de ma jeunesse, la langue des miens a mué de façon insidieuse, et ma mémoire même a fini par s'user au spectacle sans cesse renouvelé du monde.
  • Même pas mort, Jean-Philippe Jaworski, éd. Gallimard, coll. « Folio SF », 2015, chap. La première nuit, p. 13-14


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :