Jean-Paul II

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Paul II, 1980

Karol Józef Wojtyła (Wadowice, près de Cracovie, en Pologne, 18 mai 1920 - Vatican, 2 avril 2005) a été pape sous le nom de Jean-Paul II (en latin Ioannes Paulus II, en italien Giovanni Paolo II) du 16 octobre 1978 à sa mort, soit durant 26 ans et 173 jours.

Citations[modifier]

Mémoire et identité[modifier]

La dangerosité de la situation dans laquelle on vit aujourd’hui réside dans le fait que, avec l’usage de la liberté, on prétend faire abstraction de la dimension éthique, c’est-à-dire de la considération du bien et du mal moraux. Une certaine conception de la liberté, qui trouve présentement un large écho dans l’opinion publique, détourne l’attention de l’homme de sa responsabilité éthique. Ce sur quoi on s’appuie est la liberté seule. On dit : ce qui importe, c’est d’être libres, d’être délivrés de tout frein et de tout lien, de manière à se mouvoir selon ses propres jugements qui, en réalité, ne sont souvent que des caprices. Il est clair qu’un libéralisme de ce genre ne peut être qualifié que de primitif. Son influence est donc potentiellement dévastatrice.

  • Mémoire et identité, Jean-Paul II (trad. François Donzy), éd. Flammarion, 2005  (ISBN 2-08-210502-4), p. 48


Patriotisme signifie amour pour tout ce qui fait partie de la patrie : son histoire, ses traditions, sa langue, sa conformation naturelle elle-même. C’est un amour qui s’étend aussi aux actions des citoyens et aux fruits de leur génie. Tout danger qui menace le grand bien de la patrie devient une occasion pour vérifier cet amour.

  • Mémoire et identité, Jean-Paul II (trad. François Donzy), éd. Flammarion, 2005  (ISBN 2-08-210502-4), p. 83


Les voies fondamentales de la formation de toute société passent par la famille : sur ce point, il ne peut y avoir aucun doute. Mais il semble qu’une observation analogue s’applique aussi à la nation. L’identité culturelle et historique des sociétés est sauvegardée et entretenue par ce qui est inclus dans le concept de nation.

  • Mémoire et identité, Jean-Paul II (trad. François Donzy), éd. Flammarion, 2005  (ISBN 2-08-210502-4), p. 84


Naturellement, un risque devra être absolument évité : que la fonction irremplaçable de la nation dégénère en nationalisme. A ce sujet, le XXe siècle nous a fourni des expériences extrêmement éloquentes, même à la lumière de leurs conséquences dramatiques. Comment peut-on se libérer d’un tel péril ? Je pense que la manière la plus appropriée est le patriotisme. La caractéristique du nationalisme est en effet de ne reconnaître et de ne rechercher que le bien de sa propre nation, sans tenir compte des droits des autres ; À l’inverse, le patriotisme, en tant qu’amour pour sa patrie, reconnaît à toutes les autres nations des droits égaux à ceux qui sont revendiqués pour sa patrie et il constitue donc la voie vers un amour social ordonné.

  • Mémoire et identité, Jean-Paul II (trad. François Donzy), éd. Flammarion, 2005  (ISBN 2-08-210502-4), p. 84, 85


En disant que l'évangélisation a apporté une contribution fondamentale à la formation de l'Europe, nous n'entendons pas sous-évaluer l'influence du monde classique. Dans son action évangélisatrice, l'Église a assumé en son sein et a modulé en des formes nouvelles le patrimoine culturel qui la précédait. Tout d'abord, l'héritage d'Athènes et de Rome, et également, par la suite, celui des peuples qu'elle rencontrait peu à peu dans son expansion sur le continent. Dans l'évangélisation de l'Europe, qui garantissait une certaine unité culturelle du monde latin en Occident et du monde byzantin en Orient, l'Église avançait en appliquant les critères de ce que l'on qualifie aujourd'hui d'inculturation.

  • Mémoire et identité, Jean-Paul 2 (trad. François Donzy), éd. Belfond, 2005  (ISBN 2-08-210502-4), p. 113


Après la période du magnifique développement de l'évangélisation qui, au cours du premier millénaire, parvint à presque tous les pays européens, arriva le Moyen Âge avec son universalisme chrétien : le Moyen Âge d'une foi simple, forte et profonde ; le Moyen Âge des cathédrales romanes et gothiques, et des extraordinaires sommes théologiques. L'évangélisation de l'Europe semblait non seulement terminée, mais aussi mûre sur tous ses aspects : mûres non seulement dans le champ de la pensée philosophique et théologique, mais aussi dans le domaine des arts et de l'architecture sacrée, ainsi que dans le domaine de la solidarité sociale (association des Arts et Métiers, confréries, hôpitaux…).

  • Mémoire et identité, Jean-Paul 2 (trad. François Donzy), éd. Belfond, 2005  (ISBN 2-08-210502-4), p. 117


On pourrait aussi réfléchir utilement à la contribution que l'Europe centrale et orientale est en mesure d'apporter à la formation d'une Europe unie. J'ai parlé de cela en diverses occasions. La contribution la plus significative que les nations de cette aire géographique peuvent offrir me semble la défense de son identité. Les nations de l'Europe centrale et orientale ont conservé leur identité et l'ont même consolidée, malgré toutes les transformations imposées par la dictature communiste.

  • Mémoire et identité, Jean-Paul 2 (trad. François Donzy), éd. Belfond, 2005  (ISBN 2-08-210502-4), p. 172


Mon livre de méditations[modifier]

... La violation des droits de l'homme va de pair avec la violation des droits de la nation, avec laquelle l'homme est uni par les liens organiques, comme avec une famille agrandie.


Les années de la deuxième Guerre Mondiale, de l'occupation allemande à l'Ouest, et soviétique à l'Est, ont entraîné un nombre immense d'arrestations et de déportations de prêtres polonais dans des camps de concentration. Rien qu'à Dachau, il y en eut environ trois mille. Mais il y avait aussi d'autres camps, comme celui d'Auschwitz où le premier prêtre canonisé après la guerre, saint Maximilien Kolbe, franciscain de Niepokalanow, donna sa vie pour Jésus-Christ.
  • Mon livre de méditations, Jean-Paul II (trad. Claude-Henry Du Bord et Christophe Jeżewski), éd. Édition du Rocher, 2011  (ISBN 978-2-268-07126-8), p. 27


Je me souviens de mon école à Wadowice où au moins un quart des élèves de ma classe était des garçons juifs. Je dois ici évoquer mon amitié avec l'un deux, je veux parler de Jerzy Kluger. Cette amitié dure depuis le temps des bancs de l'école jusqu'à aujourd'hui. J'ai devant les yeux une image vivante des juifs se rendant le samedi à la synagogue qui se trouvait derrière le lycée. Les Catholiques et les juifs s'unissaient dans la conscience commune de prier le même Dieu. Malgré les différences de la langue, les prières à l'église et à la synagogue s'appuyaient, pour une bonne part, sur les mêmes textes.
  • Mon livre de méditations, Jean-Paul II (trad. Claude-Henry Du Bord et Christophe Jeżewski), éd. Édition du Rocher, 2011  (ISBN 978-2-268-07126-8), p. 47


Il faut absolument souligner l'influence croissante exercée par les mass média, surtout à la télévision, sur le processus de la formation des jeunes : la vision de l'homme, du monde et des relations humaines qu'ils montrent est souvent en opposition à celle que veut transmettre la famille. Nombreux sont les parents qui ne prennent pas ce problème assez à cœur. Ils font en général attention au milieu amical où évolue leurs enfants mais à un moindre degré au contenu que la télévision, la radio, les disques, la presse et les bandes dessinées font entrer dans l'abri « sûr » et « bien gardé » de leur maison. C'est ainsi que les mass média pénètrent dans la vie des plus jeunes, sans l'intermédiaire indispensable que sont les parents et les éducateurs pour les orienter.
  • Mon livre de méditations, Jean-Paul II (trad. Claude-Henry Du Bord et Christophe Jeżewski), éd. Édition du Rocher, 2011  (ISBN 978-2-268-07126-8), p. 49


Si je n'avais pas autrefois appris à vivre en votre compagnie — mais il m'est impossible de l'oublier —, si je n'avais pas appris ce qu'être jeune veut dire et comme cela est difficile et beau à la fois, je ne serai probablement capable de rien et, nul n'aurait, de partout, tiré ma soutane en me disant : « Viens, reste avec nous! »
  • Mon livre de méditations, Jean-Paul II (trad. Claude-Henry Du Bord et Christophe Jeżewski), éd. Édition du Rocher, 2011  (ISBN 978-2-268-07126-8), p. 58


Mon père était si exigeant envers lui-même qu'il n'avait nul besoin de se montrer exigeant à l'égard de son fils : son exemple suffisait à enseigner la discipline et le sens du devoir.
  • Mon livre de méditations, Jean-Paul II (trad. Claude-Henry Du Bord et Christophe Jeżewski), éd. Édition du Rocher, 2011  (ISBN 978-2-268-07126-8), p. 58


Le monde a besoin d'une Europe qui, une fois qu'elle aura pris conscience de ses fondements chrétiens, et de son identité, sera en même temps prête à forger son présent et son avenir à partir de leur puissance.
  • Mon livre de méditations, Jean-Paul II (trad. Claude-Henry Du Bord et Christophe Jeżewski), éd. Édition du Rocher, 2011  (ISBN 978-2-268-07126-8), p. 207


L'homme est aujourd'hui victime d'une peur terrible, comme s'il était menacé par ce qu'il produit, par les résultats de son travail et l'usage qu'il en fait. Pour ne pas permettre que la science et la technique soient dominées par un pouvoir tyrannique, aussi bien politique qu'économique, et pour soumettre la science et la technique aux justes intérêts de l'humanité, il est indispensable, comme nous avons l'habitude de le dire, de recourir à la spiritualisation, au nouveau souffle de l'esprit, à la fidélité aux normes morales qui règlent la vie de l'homme.
  • Mon livre de méditations, Jean-Paul II (trad. Claude-Henry Du Bord et Christophe Jeżewski), éd. Édition du Rocher, 2011  (ISBN 978-2-268-07126-8), p. 221


Messages[modifier]

[Le bien commun universel] englobe toute la famille des peuples, au-dessus de tout égoïsme nationaliste. C'est dans ce contexte qu'il faut considérer le droit à émigrer. L’Église reconnaît ce droit à tout homme, sous son double aspect : possibilité de sortir de son pays et possibilité d'entrer dans un autre pays à la recherche de meilleures conditions de vie.


L'appartenance à la famille humaine confère à toute personne une sorte de citoyenneté

mondiale, lui donnant des droits et des devoirs, les hommes étant unis par une communauté d'origine et de destinée suprême. [...] La condamnation du racisme, la protection des minorités, l'assistance aux réfugiés, la mobilisation de la solidarité internationale envers les plus nécessiteux, ne sont

que des applications cohérentes du principe de la citoyenneté mondiale.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :