Jean-Claude Barreau

Citations « Jean-Claude Barreau » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale no.png Tout ou partie de cet article est soumis à un désaccord de pertinence. Son contenu doit être considéré avec précaution jusqu'à disparition de cet avertissement. Pour toute information complémentaire sur les points remis en cause, consulter la page de discussion associée.

Jean-Claude Barreau, né le 10 mai 1933 à Paris, est un essayiste français.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël[modifier]

[L]a victoire éclatante de 1948 permit aux sionistes de chasser près de sept cent mille Palestiniens. Ils racontèrent ensuite que ceux-là étaient partis volontairement [..] par "antisémitisme" en quelque sorte !

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël, Jean-Claude Barreau, éd. Toucan, 2010, p. 73


Le judaïsme n'est pas une nation, encore moins une race, c'est une religion implantée dans des races très diverses.

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël, Jean-Claude Barreau, éd. Toucan, 2010, p. 106


[L]e judaïsme des débuts du XXe siècle, celui des pères fondateurs d'Israël, n'était plus que partiellement sémite, les palestiniens issus de la diaspora y étant minoritaire, mélangés à leurs convertis. Pour cette raison historique, le terme « antisémitisme » [...] est complètement inapproprié. Qu'y a-t-il de « sémite » chez un juif polonais ? Quand on pouvait voir l'un à côté de l'autre à la télévision les deux ennemis irréconciliables qu'étaient Sharon et Arafat, il sautait aux yeux, sans faire aucunement de « racialisme », que le plus sémite des deux n'était pas celui qu'on eût pu croire ! Sharon était un gros Polonais et Arafat un parfait sémite; leur apparence était à l'opposé de leurs dires.

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël, Jean-Claude Barreau, éd. Toucan, 2010, p. 107


Les rescapés de la Shoah avaient [...] accumulé une lourde réserve de haine, mais cette haine se trouva détournée sur les Arabes. Cette haine forte et comprimée se trompa d'ennemi. Les paysans et les citadins palestiniens, et non pas les Allemands, faisaient obstacle au projet sioniste. Les Palestiniens vont en subir les conséquences. Haïr l'Allemand est devenu impossible. Il paye. Alors haïr l'arabe, absolument étranger à la Shoah mais tellement menaçant, est un bon substitut. D'ailleurs le Mufti El Hadj Hussein de Jérusalem n'avait-il pas pactisé avec Hitler !

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël, Jean-Claude Barreau, éd. Toucan, 2010, p. 118


[P]our la plupart des Israéliens [...], les Palestiniens sont des squatters, des occupants sans titre... L'ironie de l'histoire, ironie tragique, c'est que les Palestiniens sont certainement beaucoup plus sémites que les Ashkénazes. [...] Ben Gourion lui-même s'en est aperçu en 1918 !

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël, Jean-Claude Barreau, éd. Toucan, 2010, p. 146


On appelle « négationnistes », les pseudo-historiens qui nient la Shoah. Ce sont des fous que leur fanatisme égare [...]. Mais nier la continuité ethnique entre les actuels Palestiniens et les juifs que les Romains ont dû laisser dans le pays est aussi du négationnisme.

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël, Jean-Claude Barreau, éd. Toucan, 2010, p. 147


Le sionisme a fini par occuper cette terre. Mais il lui est difficile d'admettre que cette occupation, violente elle aussi, ne fut pas faite, pour l'essentiel, par les descendants de ceux qui en avaient été chassés. Nous l'avons dit : la plupart des juifs d'Israel, à l'exception des Yéménites, des Irakiens et des Syriens, ne sont pas des sémites.

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Israël, Jean-Claude Barreau, éd. Toucan, 2010, p. 169


Toute la géographie du monde[modifier]

Les Maghrébins ne sont nullement des Arabes. Ce sont des Berbères, ou plutôt - car les influences orientales y furent fortes (phéniciennes avec Carthage, turques avec l'Empire ottoman) - des Méditerranéens occidentaux (en arabe Maghreb signifie "occident") islamisés par la conquête arabe et qui parlent (il existe des zones de survivance berbère, en Kabylie, par exemple) une langue incompréhensible à Damas : l'arabe dialectal. De la même façon que les Français sont des Celtes (et autres) latinisés, les Maghrébins sont des Berbères mâtinés de Libanais et de Turcs, arabisés et quelque peu francisés. Aujourd'hui divisé en trois pays différents, le Maghreb a également subi une forte influence française.


La France […] fut le résultat d'une action politique séculaire de la monarchie, puis des républiques. La France est donc une nation artificielle et « politique ». D'autres pays d'Europe sont des pays « ethniques ». […] Rien de tel en France. Il y a davantage de différence entre un Alsacien (ethnie germanique), un Breton (ethnie celte), un Dunkerkois (ethnie flamande) et un Marseillais (Méditerranéen métissé) qu'entre, par exemple, un Serbe et un Croate. Mais une volonté politique séculaire a tissé des liens affectifs forts […]. Une langue commune, imposée par Paris […] est parlée par tous. […] Surtout, une mentalité commune a surgi qui paraît aujourd'hui étrange aux étrangers.[…] Jamais le peuple français n'a été plus réel. Et pourtant il a génétiquement beaucoup changé […], l'immigration a considérablement métissé les ethnies françaises originelles. […] Le plus inattendu, c'est que l'intégration des nouveaux arrivants finit pas se faire quand même. La France, ce pays politique, est aussi un creuset puissant, un dissolvant efficace qui efface avec sa laïcité les différences trop marquées.


Le Français peut tenir des propos racistes à l'occasion, mais quand une femme lui plaît, il ne craint pas de la prendre pour compagne quelle que soit la couleur de sa peau. C'est la vraie raison de l'hostilité des Français au "foulard islamique". Symboliquement, le "tchador" dit aux non-musulmans: "ne touchez pas à nos femmes". Cette interdiction est intolérable au Français exogame. A l'inverse, elle ne gêne en rien l'Anglo-Saxon endogame, qui ne songe absolument pas à se mettre en ménage avec la Pakistanaise - ce qui n'empêche pas certains intellectuels français de confondre son indifférence au "voile" avec de la tolérance. En réalité, elle est de nature raciste : ne songeant pas à épouser la femme voilée, l'Anglais et l'Américain se moquent pas mal de la manière dont elle est habillée !


Toute l'histoire du monde[modifier]

La guerre d'Algérie fut absolument différente des deux autres [Vietnam, Afghanistan] : les Français étaient en Algérie depuis cent trente ans; la guerre d'Algérie fut une guerre de sécession, le Sud se séparant du Nord; ce fut surtout, aspect méconnu, une guerre civile. Elle n'opposa pas seulement l'armée à l'insurrection FLN, ni les Européens aux Musulmans. elle divisa les partis et les familles. On trouvait des "pieds-noirs" libéraux, et beaucoup d'indigènes pro-français. Après plus d'un siècle de présence, les liens étaient inégaux mais nombreux : travailleurs immigrés en France, fonctionnaires métropolitains en Algérie, Algériens francisés. Car de nombreux Algériens musulmans furent d'actifs partisans de l'Algérie française. On cite les "harkis", mais ceux-ci n'étaient que des miliciens supplétifs ruraux, issus de régions archaïques (d'où les difficultés qu'ils rencontrèrent en métropole). Il y avait bien d'avantage de fonctionnaires, instituteurs, militaires et officiers indigènes "Algérie française". Cet aspect "guerre civile" explique, sans les excuser, les excès commis des deux côtés. […] La France était vraiment "chez elle" en Algérie (contrairement à l'Amérique au Vietnam, à la Russie en Afghanistan), mais le FLN aussi. La lutte ne pouvait être que sauvage !


Il y eut beaucoup de conversions au judaïsme, depuis les tribus berbères du Maghreb (le directeur du Nouvel Observateur, Jean Daniel, est un indigène maghrébin) jusqu'au castes dirigeantes du royaume turc des Khazars. […] On ne saurait déduire de leurs faciès la religion de Smaïn, de Djamel Debouzze ou d'Enrico Macias, et le Kabyle Zinedine Zidane est physiquement plus « européen » que Gérard Darmon. D'où la difficulté d'expliquer que Sharon, de type slave, est plus sémite qu'Arafat, lequel correspond trait pour trait à la caricature du juif Süss…


Cette dénatalité […] concerne aussi tragiquement l'Europe (à l'exception de la France) : l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne n'ont guère plus d'un enfant par femme. A ce niveau, l'Union européenne est menacée de disparition physique. L'immigration n'y peut suppléer qu'à la marge. Car il existe une grande différence entre l'"assimilation" des nouveaux arrivants et la "substitution" d'une population à une autre, laquelle rompt la continuité et compromet la transmission culturelle. Certaines banlieues sont des substitutions de populations. On en constate les effets. Il faut du temps pour assimiler; or la rapidité de l'implosion des Européens ne leur en laisse guère. D'autant plus que cela fait "réac" d'évoquer les problèmes de natalité, les Anglo-saxons affirmant que l'intimité des ménages ne regarde pas les États. C'est évidemment faux : faire un enfant est un acte social. Ce sont d'ailleurs les enfants indigènes qui assimilent les enfants immigrés.


De l'Islam en général et du monde moderne en particulier[modifier]

L'islam est la plus réactionnaire, la plus antidémocratique, la plus fermée aux droits de l'homme de toutes les religions.

  • De l'Islam en général et du monde moderne en particulier, Jean-Claude Barreau, éd. Le Pré aux clercs, 1991, p. 40


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :