Jacques Roumain

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Roumain

Jacques Roumain est un écrivain et homme politique haïtien né le à Port-au-Prince et mort le à Haïti.

Gouverneurs de la rosée, 1946[modifier]

Le malheur bouleverse comme la bile, ça remonte à la bouche et alors les paroles sont amères.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 12


L’entraide, c’est l’amitié des malheureux.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 14


Si l’on est d’un pays, si l’on y est né, comme qui dirait : natif-natal, eh bien, on l’a dans les yeux, la peau, les mains, avec la chevelure de ses arbres, la chair de sa terre, les os de ses pierres, le sang de ses rivières, son ciel, sa saveur, ses hommes et ses femmes : c’est une présence, dans le cœur, ineffaçable, comme une fille qu’on aime.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 26


Ce qui se passe dans l’esprit des femmes, le diable lui-même ne le sait pas.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 31


La mort n’est qu’un autre nom pour la vie .
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 34


La vie, c’est la vie : tu as beau prendre des chemins de traverse, faire un long détour, la vie c’est un retour continuel.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 34


La terre est comme une bonne femme, à force de la maltraiter, elle se révolte.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 37


Si le travail était une bonne chose, il y a longtemps que les riches l’auraient accaparé.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 43


En vérité, nous autres le peuple, nous sommes comme la chaudière ; c’est la chaudière qui cuit tout le manger, c’est elle qui connait la douleur d’être sur le feu, mais quand le manger est prêt, on dit à la chaudière : tu ne peux venir à table, tu salirais la nappe.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 43


La Providence, c’est le propre vouloir du nègre de ne pas accepter le malheur.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 47


L’ignorance et le besoin marchent ensemble.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 52


L’expérience est le bâton des aveugles.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 84


Quand la volonté de l’homme se fait haute et dure comme les montagnes il n’y a pas de force sur terre ou en enfer pour l’ébranler et la détruire.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 87


Le silence est le sommeil du bruit.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 100


La haine, ça donne à l’âme une haleine empoisonnée, c’est comme un marigot de boue verte, de bile cuite, d’humeurs rances et macérées.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 126


Les dents pourries n’ont de force que sur les bananes mûres.
  • Gouverneurs de la rosée, Jacques Roumain, éd. Messidor, 1946  (ISBN 220101566X), p. 140



Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :