Aller au contenu

Jérôme Carlos

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.

Jérôme Carlos, né le 30 septembre 1944 à Porto-Novo (colonie du Dahomey, Afrique-Occidentale française) et mort le 15 janvier 2024 à Cotonou (Bénin), est un écrivain, historien et journaliste béninois.

Fleur du désert, 1990[modifier]

Il n'y a pas de peuple-esclave, il n'y a que des chaines brisées, épaves inutiles sur le chemin sans fin de la lutte des peuples pour la liberté.
  • Fleur du désert (1990), Jérôme Carlos, éd. éditions CEDA, 1990  (ISBN 2-86394-180-1), p. 67


L'indépendance nationale, nous la chantons sur tous les tons. Face à certaines réalités, nous devons commencer à déchanter. Drapeaux, devise, hymnes ne sont que des colifichets dont nous nous parons sur la scène du monde. Nous ne sommes que des comédiens commis pour amuser la galerie.
  • Fleur du désert (1990), Jérôme Carlos, éd. éditions CEDA, 1990  (ISBN 2-86394-180-1), p. 85


L'idéal qui anime une vie, c'est comme la lumière. On ne peut l'embastiller. On ne peut l'assassiner. C'est un feu de vie qui irradie toute la vie. Il triomphe des ténèbres. Quand on s'avise de le mettre sous le boisseau, il continue à couver sous les cendres, telle la vérité sous les décombres du mensonge.
  • Fleur du désert (1990), Jérôme Carlos, éd. éditions CEDA, 1990  (ISBN 2-86394-180-1), p. 62


La parole n'est jamais un exercice, un épanchement incontrôlé et injustifié… La parole est vie et malheur a celui qui gaspille la vie.
  • Fleur du désert (1990), Jérôme Carlos, éd. éditions CEDA, 1990  (ISBN 2-86394-180-1), p. 105


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :