Isocrate

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Isocrate (Athènes, 436–338 av. J.-C.) est l'un des orateurs attiques de la Grèce classique.

Sur l'attelage[modifier]

Je crois qu'il est évident pour tous que celui-là doit être le plus dévoué au bonheur de l'État, qui partage le plus sa prospérité et son malheur.
  • (grc) Discours, tome I, Isocrate (trad. Georges Mathieu), éd. Les Belles Lettres, coll. « Collection des universités de France », 1929, 39, p. 61


Éloge d'Hélène[modifier]

Qu'ils cherchent la vérité, qu'ils forment leurs disciples à la pratique de notre vie politique, qu'ils les entraînent pour leur donner l'expérience de cette vie, avec la conviction dans l'âme qu'il vaut mieux apporter sur des sujets utiles une opinion raisonnable, que sur des inutilités des connaissances exactes ; qu'il vaut beaucoup mieux marquer un avantage discret sur un grand sujet, plutôt qu'une écrasante supériorité à l'occasion de médiocres, sans utilité pour la vie humaine. Mais leur seule préoccupation est de tirer de l'argent des jeunes gens ; or l'étude méthodique de la discussion permet d'y réussir, car ceux que ne préoccupent encore ni leur intérêt privé, ni l'intérêt public, prennent plaisir de préférence aux développements oratoires qui n'offrent aucune espèce d'utilité pratique.
  • À propos des sophistes de l'école d'Antisthène et de celle de Protagoras.
  • (grc) Discours, tome I, Isocrate (trad. Émile Brémond), éd. Les Belles Lettres, coll. « Collection des universités de France », 1929, 5-6, p. 164-165


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :