Isaac Bashevis Singer

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Isaac Bashevis Singer

Isaac Bashevis Singer (né Yitskhok-Hersh Zynger, en yiddish : יצחק באַשעװיס זינגער) est un écrivain juif polonais naturalisé américain, né à Leoncin dans le Royaume du Congrès (Pologne) le 21 novembre 1902 et décédé le 24 juillet 1991 à Miami en Floride.

Le Magicien de Lublin[modifier]

Mais il était ainsi. Il fallait qu'il jouât un nouveau rôle. Il ne s'y retrouvait plus dans le labyrinthe de son caractère qui le faisait juger tour à tour religieux et hérétique, bon et mauvais, hypocrite et sincère. Il pouvait aimer plusieurs femmes en même temps. Alors qu'il était prêt à abjurer sa foi, s'il trouvait une page arrachée d'un livre saint, il la ramassait toujours et la portait à ses lèvres. Chaque être était semblable à une serrure, — munie de sa propore clé. Seul quelqu'un comme lui, Yasha, savait ouvrir toutes les âmes.
  • Le Magicien de Lublin, Isaac Bashevis Singer (trad. Gisèle Bernier), éd. Stock, coll. « la cosmopolite », 2007, p. 69


Satan à Goray[modifier]

« Emmenez-moi à Lublin. Pour l'amour de Dieu ! Je ne veux pas être enterré dans le cimetière de Goray ! »

Tôt le lendemain matin, un traineau tiré par deux chevaux attendait devant la maison. On habilla Rabbi Benish, on l'enroula dans plusieurs couvertures, on le recouvit de bottes de paille. Son épouse et Gronam l'accompagnèrent pour le suivre jusqu'au pont. Les femmes pleuraient et se tordaient les mains, comme à un enterrement. L'une d'elles se jeta à la tête des chevaux, en criant d'une voix brisée :

« Rabbi, pourquoi nous abandonnez-vous ? Rabbi ! Rabbi ! »
  • Satan à Goray, Isaac Bashevis Singer (trad. Marie-Pierre Bay), éd. Stock, coll. « la cosmopolite », 2010, p. 115


De nouveau au tribunal de mon père[modifier]

Cette nuit-là, je souhaitai devenir un rebbe que seuls des fidèles très choisis iraient consulter. Et je ne les ferai pas payer, Dieu m'en préserve ! Et j'aurai du tabac à priser dans une petite tabatière en bois, exactement comme mon père.

  • De nouveau au tribunal de mon père, Isaac Bashevis Singer, éd. Gallimard, coll. « folio », 2007  (ISBN 978-2-07-031688-5), p. 205


Ces histoires étaient à la fois excitantes et repoussantes. Il se passait tant de choses dans le monde. Il y avait d'incroyables secrets du ciel, certes, mais aussi sur cette terre. Je brûlais du désir de grandir vite, vite, de façon à pouvoir apprendre tous ces secrets que les petits garçons n'ont pas le droit de connaître…

  • De nouveau au tribunal de mon père, Isaac Bashevis Singer, éd. Gallimard, coll. « folio », 2007  (ISBN 978-2-07-031688-5), p. 245


Le petit monde de la rue Krochmalna[modifier]

Dans cette maison régnait une atmosphère de tranquillité comme il n'en avait éprouvé nulle part ailleurs, même dans les musées de Paris, de Londres ou de Berlin. Le monde entier était marqué au sceau de la hâte, de la compétition, de l'aliénation. Ici, tout était tranquille, intime, agréable. Une bonté venue d'un autre monde rayonnait dans les yeux bleus de cet homme. Des taches de soleil dansaient sur les murs, la table, la bibliothèque. La pièce sentait le thé, le citron et la boîte à épices du shabbat.

  • Le petit monde de la rue Krochmalna, Isaac Bashevis Singer, éd. Gallimard, coll. « folio », 2007  (ISBN 978-2-07-038733-5), p. 126


Signature

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :