Insécurité

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'insécurité désigne dans leur vie quotidienne le sentiment fait d'anxiété ou de peur que peut ressentir un individu ou une collectivité devant ce qui peut advenir. Il s'oppose au sentiment de sécurité ou de sérénité.

Éric Werner[modifier]

On croit volontiers que l'insécurité est toujours et nécessairement en elle-même une calamité. Mais c'est là une vue par trop étroite du problème. En réalité elle joue un rôle important dans le mantien de la stabilité du système. Elle concourt utilement par exemple à démoraliser les populations, et par là même aussi à les convaincre de la vanité qu'il y aurait à vouloir s'opposer au "sens de l'histoire" (tel que le définissent les autorités). On pourrait dire aussi qu'elle a une fonction rééducative. Elle achève de réduire les individus à l'impuissance et de les mettre dans l'incapacité de ne rien entreprendre contre la nomenklatura en place. Bref, c'est un instrument efficace de contrôle social. On lui est redevable de soustraire les autorités aux désagréments liés à une hypothétique et toujours aléatoire contestation venue de la base. On comprend dès lors le soin tout particulier qu'elles mettent à la laisser se développer comme elle le fait. Elles ne disent naturellement pas qu'elles sont pour l'insécurité, mais elles ne s'emploient pas moins à la favoriser discrètement (...).
  • Article traitant de son livre: De l'extermination, Thaël, Lausanne, 1993, 124 p.


Uli Windisch[modifier]

(...) ceux qui subissent l'insécurité, la violence et les incivilités, ce sont les habitants des quartiers défavorisés.
Une volonté des élites d'aller à la guerre c'est-à-dire ce que l'on appelle gérer par le chaos, c'est-à-dire d'aggraver encore la situation pour continuer à dominer. Parce qu'il faut bien comprendre que la petite délinquance (...) est autorisée par la grande parce que cela dévie vos colères et permet aux prédateurs du haut de continuer à le faire. C'est pourquoi il ne faut jamais opposer les deux. La petite délinquance est voulue par la haute et en réalité on a les moyens avec une France telle qu'elle est organisée au niveau policier d'éradiquer la délinquance très facilement en quelques mois, c'est une volonté de pourrissement généralisé, il faut bien le comprendre, tous les initiés le savent, les policiers le savent, les gradés le savent, etc (...) on a donc dévié les colères en ethnicisant le conflit de classe en parlant de religion, de race, les noirs, les blancs, etc alors qu'en fait il y a en France je crois dans une société bien organisée à manger pour tout le monde et du travail pour tout le monde, il n'y a pas de fatalité, donc on a dévié les colère sur la religions et la race, alors évitez ce genre de piège pour ammener de la violence horizontale.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :