Hubertine Auclert

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Agence Rol - 1910 - Madame Hubertine Auclert.jpg

Hubertine Auclert, née le 10 avril 1848 à Saint-Priest-en-Murat et morte le 4 août 1914 à Paris, est une militante féministe française.

Citations[modifier]

Il y a trop longtemps qu’on fait espérer aux femmes une condition sociale égale à celle de l’homme. Quand en 1789 Olympe de Gouges présenta aux États-généraux au nom des femmes, son cahier de doléances et de réclamations, il lui fut répondu qu’il était inutile d’examiner la condition de la femme, attendu qu’un changement complet devant se faire dans la société, les femmes seraient affranchies comme l’homme. La Révolution éclate : On proclame les droits de l’homme ; les femmes restent serves. Ces femmes qui avaient travaillé à la Révolution croyaient naïvement avoir conquis leur part de liberté.
  • Égalité sociale et politique de la femme et de l’homme, Hubertine Auclert, éd. impr. de A. Thomas, 1879, chap. Égalité sociale et politique de la femme et de l’homme, p. 1-16 (texte intégral sur Wikisource)


C’est que je crois qu’un homme estimera sa femme, qu’une femme cessera de se croire l’obligée de son mari, quand, au point de vue économique, tous deux seront réciproquement indépendants. C’est qu’enfin, au rebours de ce qui est socialement admis, je fais passer avant l’indépendance économique de l’homme, l’indépendance économique de la femme, parce que c’est à la femme qu’incombe naturellement la charge de l’enfant.
  • Égalité sociale et politique de la femme et de l’homme, Hubertine Auclert, éd. impr. de A. Thomas, 1879, chap. Égalité sociale et politique de la femme et de l’homme, p. 1-16 (texte intégral sur Wikisource)


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :