Harry Crews

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Harry Crews, né le 7 juin 1935 dans le comté de Bacon, (Géorgie, États-Unis) et mort le 28 mars 2012 à Gainsville, est un romancier américain.

Le Chanteur de Gospel, 1968[modifier]

Même les croque-morts se sentent bien seuls, parfois.
  • Le Chanteur de Gospel, Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1995, p. 40


Occupe-toi du chemin de ton âme et le monde s'occupera du sien!
  • Le Chanteur de Gospel, Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1995, p. 58


C'est difficile de savoir avec les gens. Tu crois avoir tout prévu et ils font exactement le contraire.
  • Le Chanteur de Gospel, Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1995, p. 164


Chaque individu pense que s'il a assez de chance, son talent le libérera.
  • Le Chanteur de Gospel, Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1995, p. 257


Rien n'est plus monotone et répétitif que le vice humain.
  • Le Chanteur de Gospel, Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1995, p. 296


Nu dans le jardin d'Éden, 1969[modifier]

Il y a peu des gens qui font des choses, et d'autres qui écrivent sur le peu qui font des choses.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 106


Personne ne se risque dans une eau infestée de crocodile si ce n'est un autre crocodile.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 108


Or donc, j'existe ou je n'existe pas. Si je n'existe pas, je ne peux bien sûr débattre de l'existence ou de la non existence. Mais si j'existe, tout argument est hors de propos. Ergo, d'un côté indémontrable, et de l'autre non pertinent. Vous vous rendez compte du problème.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 127


Seuls comptent les actes, les mots ne font qu'affaiblir votre position. Ils indiquent à l'ennemi où planter le couteau.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 168


On n'est pas une personne tant que quelqu'un ne nous connaît pas.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 183


C'est la haine qui fait tourner le monde.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 186


La chose la plus difficile au monde était de dire quelque chose à quelqu'un, pour qu'il apprenne à économiser les mots avec sagesse. Et on n'économise pas les mots en ne les prononçant pas. La seule façon de le faire, c'est de s'en servir avec sagesse.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 194


Vous savez, les choses parfaites n'ont pas la moindre chance. Le monde tue tout ce qui est parfait.
  • Nu dans le jardin d'Éden, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2013, p. 197


Les Portes de l'enfer, 1970[modifier]

La force est vie et la vie est force. C'est aussi vrai pour ceux qui la donnent que pour ceux qui la prennent.
  • Les Portes de L'enfer, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2015, p. 75


La fleur de l'âge est comme un fusil déchargé, elle tue à peu près aussi régulièrement que quoi que ce soit d'autres.
  • Les Portes de l'enfer, Harry Crews (trad. Patrick Raynal), éd. Sonatine, 2015, p. 160


Le faucon va mourir, 1973[modifier]

C'est mieux quand les choses sont ce qu'elles disent. Quand elles sont exactement ce qu'elles disent qu'elles sont.
  • Le faucon va mourir, Harry Crews (trad. Francis Kerline), éd. Gallimard, 2000, p. 24


Ce qui compte, c'est la coïncidence.
  • Le faucon va mourir, Harry Crews (trad. Francis Kerline), éd. Gallimard, 2000, p. 114


Identifier le réel et le toucher, voilà le devoir de l'homme.
  • Le faucon va mourir, Harry Crews (trad. Francis Kerline), éd. Gallimard, 2000, p. 124


Le cœur de l'homme renferme en puissance tous les crimes imaginables.
  • Le faucon va mourir, Harry Crews (trad. Francis Kerline), éd. Gallimard, 2000, p. 168


Si tu veux être quelqu'un, si tu veux apprendre quelque chose, faire quelque chose, il faut être hors norme.
  • Le faucon va mourir, Harry Crews (trad. Francis Kerline), éd. Gallimard, 2000, p. 200


L'homme n'a pas été fait pour garder toujours la tête froide.
  • Le faucon va mourir, Harry Crews (trad. Francis Kerline), éd. Gallimard, 2000, p. 217


Ce qui compte, c'est ce qu'on veut croire.
  • Le faucon va mourir, Harry Crews (trad. Francis Kerline), éd. Gallimard, 200, p. 226


La Malédiction du Gitan, 1974[modifier]

Trouve-toi un con à ta taille et tu seras plus jamais le même.
  • La Malédiction du Gitan, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1993, p. 110


Tout le monde à sa croix.
  • La Malédiction du Gitan, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1993, p. 159


Dans toute vie un peu de pluie doit tomber.
  • La Malédiction du Gitan, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1993, p. 204


La Foire aux serpents, 1976[modifier]

Dans ce monde à la con, il arrive parfois que les choses se mettent à tourner rond.
  • La Foire aux serpents, Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1994, p. 66


On est seul quand on court. On est seul quand on sue.
  • La Foire aux serpents, Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1994, p. 176


Des mules et des hommes, 1978[modifier]

J'ai toujours eu l'impression de n'avoir pas tant été mis au monde que de m'être réveillé dedans.
  • Des mules et des hommes, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1997, p. 89


Les fantasmes c'est peut-être pas la vérité telle que le monde la voit, mais qu'est-ce que c'était que la vérité quand les fantasmes étaient une question de survie.
  • Des mules et des hommes, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1997, p. 162


Au milieu de tout ça, l'idée m'est venue pour la première fois que d'être vivant c'était comme d'être éveillé dans un cauchemar.
  • Des mules et des hommes, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1997, p. 190


Jamais je n'ai une seule fois pensé que ma vie était différente de celle des autres, que mes peurs et mes incertitudes n'étaient pas universelles. Chose pour laquelle je peux remercier le ciel. Un tel raisonnement n'a pu que me rendre tout ça plus supportable.
  • Des mules et des hommes, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1997, p. 190


Les choses deviennent faciles quand y a rien a faire d'autre.
  • Des mules et des hommes, Harry Crews (trad. Philippe Garnier), éd. Gallimard, 1997, p. 268


Le Roi du K.O., 1988[modifier]

À chaque marmite son couvercle.
  • Le Roi du K.O., Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1999, p. 76


Rien n'a déjà eu lieu avant et tout ce qui s'est passé ne se reproduira plus jamais. L'expérience discrète n'est rien ; l'essentiel est la théorie qui fait tenir l'ensemble.
  • Le Roi du K.O., Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1999, p. 95


Les faits discrets, individuels, isolés ne signifie rien.
  • Le Roi du K.O., Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1999, p. 105


Un livre c'est toujours une vie. Parfois la vie de celui qui l'a écrit, parfois la vie de quelqu'un d'autre. Parfois les deux.
  • Le Roi du K.O., Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1999, p. 134


Hélas, vouloir quelque chose et en avoir besoin sont deux choses différentes.
  • Le Roi du K.O., Harry Crews (trad. Nicolas Richard), éd. Gallimard, 1999, p. 276


Body, 1990[modifier]

Baiser est un exercice comme un autre.
  • Body, Harry Crews (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 2007, p. 19


Les gens sont bien plus bizarre qu'on croit.
  • Body, Hary Crews (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 2007, p. 56


Quand on se bat pour vaincre le monde, faut bien que le monde soit là.
  • Body, Harry Crews (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 2007, p. 167


Quoi qu'il arrive, reste dans le calme et l'ordre qu'il y a au centre de toi-même. Et n'en sort plus que pour vaincre.
  • Body, Harry Crews (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 2007, p. 232


Un homme a besoin d'une famille autant qu'il a besoin d'air.
  • Body, Harry Crews (trad. Philippe Rouard), éd. Gallimard, 2007, p. 276


Des savons pour la vie, 1995[modifier]

Rien ne détend mieux l'atmosphère que la vérité.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 29


Rien n'est a priori vrai ou faux, c'est le fait d'y penser qui en décide.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 31


Un palindrome s'achève où il commence, et vit en lui-même une folie contenue qui se justifie elle-même.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 36


Il y a des mensonges partout et en toutes choses.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 50


On attrape plus de mouches avec de la merde qu'avec du miel.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 72


Quiconque dit la vérité sans fioritures est jamais loin de la poésie.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 109


La difficulté en matière de principes, c'est pas d'en avoir, c'est de les garder.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 116


Tout le monde échoue, tôt ou tard.
  • Des savons pour la vie, Harry Crews (trad. Nicolas Richard et Béatrice Durupt), éd. Gallimard, 2004, p. 294


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :