Gaston-Paul Effa

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Gaston-Paul Effa en 2015.

Gaston-Paul Effa, né en à Yaoundé (Cameroun), est un écrivain et philosophe lorrain d'origine camerounaise. Il fut lauréat du Grand prix littéraire d'Afrique noire en 1998.

La saveur de l’Ombre, 1993[modifier]

Seul est fort embarrassant le différend laissé par un père mort.
  • La saveur de l’Ombre, Gaston-Paul Effa, éd. L’Harmattan, 1993  (ISBN 2-7384-1672-1), p. 12


Nul ne peut porter la couronne de plumes de perroquet sans mérite.
  • La saveur de l’Ombre, Gaston-Paul Effa, éd. L’Harmattan, 1993  (ISBN 2-7384-1672-1), p. 12


Il n’est pas digne de regarder encore avec convoitise la part de nourriture qu’on a cédée de bon gré à autrui.
  • La saveur de l’Ombre, Gaston-Paul Effa, éd. L’Harmattan, 1993  (ISBN 2-7384-1672-1), p. 12


L’escargot en visite imprévue se fait souvent conduire avec une flèche de bambou plantée dans le dos.
  • La saveur de l’Ombre, Gaston-Paul Effa, éd. L’Harmattan, 1993  (ISBN 2-7384-1672-1), p. 25


Un visiteur trop pressé finit par manger les arachides grillées.
  • La saveur de l’Ombre, Gaston-Paul Effa, éd. L’Harmattan, 1993  (ISBN 2-7384-1672-1), p. 25


On ne casse pas les pieds à une perdrix du voisinage.
  • La saveur de l’Ombre, Gaston-Paul Effa, éd. L’Harmattan, 1993  (ISBN 2-7384-1672-1), p. 26


, 1998[modifier]

L'âme se fait au fer qui la déforme, elle en porte à jamais la marque.


Le nom est une puissance qui s'empare de l'âme et en tient les rênes.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :