Garfield

Citations « Garfield » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Garfield est le héros éponyme de la bande dessinée américaine créé en juin 1978 par Jim Davis. Il s'agit d'un chat orange à rayures noires, gras, égoïste et fainéant et dont les principales occupations sont de manger et dormir.

Garfield[modifier]

La paresse a un avantage : ça demande peu d'efforts.

  • Garfield lave plus blanc (1986), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2003, t. 14, p. 5


Je déteste jouer à cache-cache avec Odie. Je me suis peut-être trop bien caché. Et demander à Odie de compter jusqu'à trois, c'était peut-être trop.

  • Garfield lave plus blanc (1986), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2003, t. 14, p. 5


Les régimes, c'est comme les chaussettes de Jon : ça pue.

  • Garfield lave plus blanc (1986), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2003, t. 14, p. 32


Les vérités simples sont les plus profondes.

  • Garfield fait feu de tout bois (1986), Jim Davis (trad. Andrea Shackleton), éd. Dargaud, 2003, t. 16, p. 3


Il y a des avantages à la paresse. Dont un est de ne pas avoir à dire ce qu'ils sont.

  • Garfield dort sur ses deux oreilles (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 18, p. 14


L'auto-discipline est une qualité noble et rare.

  • Garfield dort sur ses deux oreilles (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 18, p. 44


Chaque fois que je crois avoir touché le fond, on me passe une pelle.

  • Garfield dort sur ses deux oreilles (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 18, p. 44


On n'échappe pas à sa vraie nature.

  • Garfield a une idée géniale (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield.33, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 33, p. 27


Odie a une personnalité unique. Faut dire que personne d'autre n'en voulait.

  • Garfield mange plus vite que son ombre (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield.34, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 34, p. 4


La léthargie ouvre des horizons.

  • Tout schuss (2003), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2003, t. 36, p. 25


La valeur d'une personne se mesure toujours au bonheur qu'elle fait aux autres.

  • C'est la fête ! (2003), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2006, t. 37, p. 8


Les abrutis m'ont toujours parus mystérieux.

  • C'est la fête ! (2003), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2006, t. 37, p. 27


Chacun devrait faire de son mieux, ce qui devrait me permettre de m'en tirer sans rien faire.

  • Chat académie (2004), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2006, t. 37, p. 27


Je ne dis rien à Jon sur sa garde-robe, mais je viens de regarder dans son placard ; deux cent mites viennent de se suicider.

  • Garfield fait son cinéma (2004), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2006, t. 39, p. 4


Je me noie dans l'ennui et Jon me tire vers le fond.

  • Devine qui vient diner ce soir ? (2006), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2006, t. 42, p. 5


L'ego est une chose incroyablement tenace.

  • The king (2006), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2006, t. 43, p. 7


Nous n'avons pas inventé la sieste, nous les chats, mais nous l'avons portée à sa perfection.

  • Au travail ! (2006), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2008, t. 48, p. 45


Jon[modifier]

Tu es unique, Garfield. Du moins, c'est que la race humaine tout entière espère.

  • Garfield dort sur ses deux oreilles. (1994), Jim Davis (trad. Andrea Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 18, p. 26


L'entraîneur n'aimait pas ma façon de jouer. Je me souviens d'un match : il est monté dans les tribunes et a giflé mes parents.

  • Garfield fait le poids. (2004), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2004, t. 40, p. 38


Les nouvelles du monde ne sont pas toutes mauvaises, Garfield. Remarque, tu ne peux pas être partout.

  • Devine qui vient diner ce soir ? (2006), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2006, t. 42, p. 18


Personne ne se risquerait à te bousculer, Garfield. On pourrait se froisser un muscle.

  • Les amis, c'est pour la vie (2013), Jim Davis (trad. Fanny Soubiran), éd. Dargaud, 2013, t. 56, p. 47


Dialogues[modifier]

Jon : J'aime quand tu te blottis contre moi, Garfield. Quelle démonstration d'amour !
Garfield : J'avais le nez qui coulait.

  • Tiens bon la rampe, Jim Davis (trad. Jeannine Daubannay et Edouard François), éd. Dargaud, 1989, t. 10, p. 16


Jon : Tu perdrais du poids si tu faisais de l'exercice, Garfield.
Garfield : En respirant un peu plus fort peut-être.

  • Ah ! Le farniente, Jim Davis (trad. Jeannine Daubannay et Edouard François), éd. Dargaud, 1990, t. 11, p. 26


Jon : Pourquoi je n'arrive pas à me faire respecter, Garfield ?
Garfield : Le respect se paie mon pote !

  • Garfield fainéant et gourmand (1991), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Les Indispensables de la BD, 2001 (ISBN 2-205-05849-5), t. 12, p. 18


Jon : Garfield, est-ce que ces couleurs jurent ?
Garfield : Non. Elles s'insultent carrément.

  • Garfield lave plus blanc (1986), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 14, p. 5


Jon : Ton problème, c'est que tu te prends pour un humain.
Garfield : Exact. D'ailleurs, faudra que je soigne ce complexe d'infériorité.

  • Garfield lave plus blanc (1986), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 14, p. 16


Jon : Je cherche l'eau de toilette qui, associée à ma personnalité, ferait tomber toutes les femmes.
Garfield : Pourquoi tu n'essaies pas l'éther ?

  • Garfield lave plus blanc (1986), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 14, p. 44


Jon : Tu ne veux pas sortir prendre un peu d'air, Garfield ?
Garfield : Franchement, non. On ne peut pas le faire livrer ?

  • Garfield dort sur ses deux oreilles (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 18, p. 9


Jon : Garfield, je crois que j'ai perdu mon identité.
Garfield : Ridicule ! Je vais t'aider à la retrouver. La voilà, à la poubelle. À côté de ta dignité et de ton intelligence.

  • Garfield travaille du chapeau (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 19, p. 8


Jon : Sympa, ce feu de bois.
Garfield : Ce serait encore mieux si on avait une cheminée.

  • Garfield travaille du chapeau (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 19, p. 17


Jon : Je sors ce soir.
Garfield : Avec la femme barbue ou la fille alligator ?

  • Garfield travaille du chapeau (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 19, p. 19


Jon : Pourquoi suis-je né, Garfield ? Quel est le but de ma vie ?
Garfield : Donner de l'espoir aux autres.

  • Garfield travaille du chapeau (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 19, p. 20


Jon : Garfield, quand il s'agit de ne rien faire, tu es imbattable !
Garfield : J'espère que tu ne t'attends pas à une réaction ?

  • La soupe est froide (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 21, p. 12


Jon : Voici un questionnaire sur les régimes : dénonceriez-vous votre meilleur ami contre un beignet ?
Garfield : Je t'apporterais des oranges.

  • La soupe est froide (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 21, p. 20


Jon : T'es sur mon pied !
Garfield : Dis-donc, on fait du nombrilisme aujourd'hui ?

  • La soupe est froide (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 21, p. 26


Jon : Allez Garfield… Abrite-toi derrière un sourire !
Garfield : C'est que disait tante Gertrude, jusqu'à ce que son dentier soit frappé par la foudre.

  • La soupe est froide (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 21, p. 34


Jon : Quelle belle soirée, Garfield : la pleine lune, une petite brise…
Garfield : Les voisins qui détruisent la pelouse à coups de marteau.

  • La soupe est froide (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 21, p. 34


Jon : Tu amasses la poussière.
Garfield : On pourrait au moins me dire merci.

  • La soupe est froide (1994), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2001, t. 21, p. 40


Jon : Cette maison est pleine de souvenirs, Garfield. Si seulement les murs pouvaient parler !
Garfield : Ils diraient : "quel plouc !"

  • N'oublie pas sa brosse à dents (1996), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 22, p. 7


Jon : Garfield, de toutes les espèces, les chats sont les plus égoïstes !
Garfield : Il existe d'autres espèces ?

  • N'oublie pas sa brosse à dents (1996), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 22, p. 15


Jon : Tu devrais faire de l'exercice, Garfield.
Garfield : La différence entre la relaxation et l'exercice chez le chat est trop subtile pour être comprise par le commun des mortels.

  • N'oublie pas sa brosse à dents (1996), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 22, p. 29


Jon : Tu pourrais donner des leçons de fainéantise.
Garfield : L'idée même me fatigue.

  • N'oublie pas sa brosse à dents (1996), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 22, p. 33


Jon : Quelle journée étrange… On s'est moqué de ma cravate toute la journée.
Garfield : T'es sûr qu'on ne se moquait pas de tes chaussons-lapins ?

  • N'oublie pas sa brosse à dents (1996), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 22, p. 42


Garfield : Jon, la vie est pleine de question : qui suis-je ? Quel est le sens de ma vie ? Pourquoi la langue d'Odie est-elle coincée dans le magnétoscope ?
Jon : Je n'ose pas regarder.

  • N'oublie pas sa brosse à dents (1996), Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 22, p. 42


Jon : Au secours ! Les murs rétrécissent.
Garfield : T'es rentré dans l'armoire, Jon.

  • Garfield est sur la mauvaise pente, Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 25, p. 33


Jon : J'ai filtré avec une jolie fille aujourd'hui, Garfield. Nos yeux se sont rencontrés, elle a souri, puis son copain m'a forcé à manger mes chaussettes.
Garfield : Ça te fera un beau souvenir.

  • Ça déménage, Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 26, p. 26


Jon : J'ai été attaqué par des abeilles et mordu par un blaireau.
Garfield : Ce qui nuit à l'un profite à l'autre.

  • Garfield fait des vagues, Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 28, p. 7


Jon : Je ne savais pas quelle cravate choisir, alors je les ai toutes mises.
Garfield : C'est peut-être un détail, mais un pantalon compléterait bien l'ensemble.

  • Garfield fait des vagues, Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 28, p. 9


Jon : Quelqu'un a lancé une pierre par la fenêtre. Il y a un mot avec : « Tu as l'air ennuyeux ».
Garfield : Faut qu'on pense à lui lancer une pierre de remerciements.

  • Garfield fait des vagues, Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 28, p. 15


Jon : J'ai appelé toutes les filles que je connais, Garfield. Il n'y en a pas une qui veut passer le réveillon avec moi… Je suis désespéré.
Garfield : Je l'ai compris quand je t'ai entendu appeler l'horloge parlante.

  • Garfield fait des vagues, Jim Davis (trad. Anthéa Shackleton), éd. Dargaud, 2000, t. 28, p. 41


Jon : Je déprime, Garfield. Personne ne s'intéressera à moi après ma mort.
Garfield : T'en fais pas, Jon. On s'en fout déjà.

  • Garfield dur de la feuille, Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2000, t. 30, p. 12


Jon : Tu as vu cette fille, Garfield ? Elle et mignonne, et elle m'a souri.
Garfield : Avant ou après t'avoir montré du doigt en riant ?

  • Garfield dur de la feuille, Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2000, t. 30, p. 34


Jon : Quel est le but de mon existence ?
Garfield : Permettre aux autres de se sentir supérieurs ?

  • Garfield dur de la feuille, Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2000, t. 30, p. 35


Jon : C'est un grand jour, Garfield. Nous changeons l'ampoule du frigo aujourd'hui.
Garfield : Je cache mon désintérêt sous un masque d'indifférence.

  • Le début de la faim (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 32, p. 14


Jon : Je lis pour devenir plus intelligent.
Garfield : Il nous faut plus de livres.

  • Le début de la faim (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 32, p. 18


Jon : Toutes les filles avec qui je veux sortir sont malades. Quelle coïncidence !
Garfield : Il n'y a pas de fumée sans feu.

  • Le début de la faim (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 32, p. 32


Jon : Je me demande si je devrais pas me faire tatouer pour avoir l'air plus viril.
Garfield : Un tatouage ? Tu hurles déjà de douleur en te coupant les ongles.

  • Le début de la faim (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 32, p. 41


Jon : Voilà Laura Martin, ma copine du lycée. Ses parents lui ont interdit de me fréquenter. Ils disaient que je deviendrais un imbécile en grandissant.
Garfield : Les Martin étaient des prophètes.

  • Le début de la faim (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 32, p. 42


Jon : Je me demande si on pourra un jour voyager dans le temps.
Garfield : J'espère bien. Ça me permettra de retourner dans le passé et tâcher d'éviter cette conversation.

  • Le début de la faim (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 32, p. 43


Jon : Garfield, c'est injuste que je reste à la maison ce soir alors que des milliers de femmes ne connaîtront jamais le plaisir de ma compagnie.
Garfield : Injuste et tellement plus charitable.

  • Le début de la faim (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 32, p. 44


Jon : J'ai vu une fille super mignonne à la sortie du centre commercial, et je suis allé l'embrasser. Mais c'était un mannequin en bois.
Garfield : Tu crois que vous allez vous revoir ?

  • Garfield a une idée géniale (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 33, p. 3


Jon : Ça alors ! Van Gogh s'est coupé l'oreille pour la femme qu'il aimait. Je me demande ce que je pourrais me couper.
Garfield : Le peu qu'il te reste de fierté ?

  • Garfield a une idée géniale (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 33, p. 21


Jon : J'ai mis une photo de mon héros sur ma table de nuit. Cyrillus Damian, l'inventeur de l'accordéon, juste avant son exécution.
Garfield : Y'a quand même une justice.

  • Garfield a une idée géniale (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 33, p. 22


Jon : Il parait que les chats parviennent à capter les ondes maléfiques. Alors, Garfield ?
Garfield : Mon capteur à imbéciles est en train de s'emballer.

  • Garfield a une idée géniale (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 33, p. 30


Jon : Il faut que je reste moi-même.
Garfield : Tu préfèrerais pas être quelqu'un d'autre ?

  • Garfield a une idée géniale (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 33, p. 30


Jon : Un sourire demande moins d'effort musculaire qu'une grimace.
Garfield : Toi qui dis que je ne fais jamais de sport.

  • Garfield a une idée géniale (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 33, p. 37


Jon : J'envisage de donner mon cerveau à la science.
Garfield : Ça devrait pas trop encombrer les placards de la science.

  • Garfield mange plus vite que son ombre (2001), Jim Davis (trad. Claire Vincent), éd. Dargaud, coll. Garfield, 2001 (ISBN 2-205-05198-9), t. 34, p. 20


Jon : Je sors avec une fille ce soir ! Qu'est ce que je vais bien pouvoir lui offrir ?
Garfield : Peut-être quelques secondes d'avance ?

  • Demandez le programme, Jim Davis, éd. Dargaud, 2004, t. 35, p. 5


Jon : Un autre jour se termine.
Garfield : Pas étonnant. On a rien fait pour l'en empêcher.

  • Demandez le programme, Jim Davis, éd. Dargaud, 2004, t. 35, p. 5


Jon : Lui, c'est mon grand-oncle Norbert. Il était daltonien et électricien. il avait tendance à confondre les fils rouges et noirs.
Garfield : La coiffure est intéressante.

  • Demandez le programme, Jim Davis, éd. Dargaud, 2004, t. 35, p. 12


Jon : Dis-moi, Garfield : comment va le marché de la flemme ?
Garfield : Doucement.

  • Demandez le programme, Jim Davis, éd. Dargaud, 2004, t. 35, p. 16


Jon : Allo Mamie, c'est Jon. Je suis un peu triste, je ne trouve pas de fiancée… Elle dit que c'est parce que je suis un abruti.
Garfield : Je suis sûr qu'elle disait ça sans méchanceté.

  • Tout schuss, Jim Davis, éd. Dargaud, 2004, t. 36, p. 11


Jon : Il y a beaucoup de choses que je ne comprendrai jamais, et elles concernent toutes des femmes.
Garfield : Un rare moment d'honnêteté.

  • Tout schuss, Jim Davis, éd. Dargaud, 2004, t. 36, p. 33


Jon : J'envisage d'écrire mon autobiographie. Peut-être faudrait-il que je fasse quelques chose avant ?
Garfield : Ça t'aiderait pour le titre.

  • Tout schuss, Jim Davis, éd. Dargaud, 2004, t. 36, p. 36


Jon : Debout, Garfield ! Le monde entier t'attend !
Garfield : Dis-lui de s'occuper de ses affaires.

  • C'est la fête !, Jim Davis, éd. Dargaud, 2006, t. 37, p. 19


Jon : J'apprends de mes erreurs.
Garfield : Voici le plus intelligent des hommes.

  • C'est la fête !, Jim Davis, éd. Dargaud, 2006, t. 37, p. 48


Jon : Quelque part, c'est sûr, il y a la femme de ma vie.
Garfield : Qui se cache sans doute.

  • Garfield fait son cinéma, Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2004, t. 39, p. 43


Garfield : Sondage : est-ce vrai que vous criez sur les animaux ?
Jon : DÉGAGE !
Garfield : Un aveu choquant.

  • Garfield travaille du chapeau (2004), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2004, t. 40, p. 33


Jon : Tu sais, Garfield, la vie est étrange.
Garfield : Ta chemise aussi mais je n'en fais pas un monde.

  • Garfield travaille du chapeau (2004), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2004, t. 40, p. 43


Jon : Je pensais saisir la chance, mais la malchance m'a saisi.
Garfield : Pauvre Jon. La vie est une boutique et il n'arrête pas de se cogner à la vitrine.

  • Moi, gourmand ? (2008), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2008, t. 46, p. 28


Jon : Tu es la créature la plus flemmarde du monde.
Garfield : Je fêterai bien ça, mais ça risque de me déclasser.

  • Moi, gourmand ? (2008), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2008, t. 46, p. 44


Jon : Personne ne m'invite jamais à des fêtes… Je t'en tiens responsable.
Garfield : Les autres me remercient.

  • Un peu, beaucoup, à la folie ? (2008), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2008, t. 47, p. 5


Jon : Écoute cette ancienne superstition, Garfield : si un chat éternue près d'une mariée, ça veut dire qu'elle sera heureuse toute sa vie.
Garfield : Ça ne risque pas d'arriver dans cette maison.

  • Un peu, beaucoup, à la folie ? (2008), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2008, t. 47, p. 29


Jon : Thelma Lèchebave… Je me demande si elle s'est mariée.
Garfield : Je l'espère pour elle tout cas.

  • À table (2009), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2009, t. 49, p. 11


Jon : Tu sais Garfield, je ne suis pas un cœur facile à prendre.
Garfield : Ouais bien sur. T'es peut-être pas un cœur facile à prendre, mais les filles sont pas faciles à attraper, alors ?!

  • À table (2009), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2009, t. 49, p. 22


Jon : Comme j'aimerais rencontrer une fille qui ne me taperait pas avec son sac à main.
Garfield : Là, tu deviens exigeant.

  • À table (2009), Jim Davis (trad. Thomas Deltombe), éd. Dargaud, 2009, t. 49, p. 22


Jon : J'ai eu un message d'un admirateur secret.
Garfield : Ça ne m'étonne pas. Si j'admirais Jon, moi aussi je voudrais que ça reste secret.

  • Au poil (2010), Jim Davis (trad. Fanny Soubiran), éd. Dargaud, 2010, t. 50, p. 19


Jon : Parfois, j'ai l'impression que tout le monde me déteste.
Garfield : Mais non, Jon. Tout le monde ne te connaît pas.

  • Au poil (2010), Jim Davis (trad. Fanny Soubiran), éd. Dargaud, 2010, t. 50, p. 23


Jon : Quand j'avais dix ans, le trouvais les filles bizarres. Mais maintenant, avec l'âge, je sais qu'elles sont bizarres.
Garfield : Avec la maturité vient la sagesse.

  • Les amis, c'est pour la vie (2013), Jim Davis (trad. Fanny Soubiran), éd. Dargaud, 2013, t. 56, p. 15


Jon : Je me suis coupé avec la boite de pâtée pour chats. J'espère que tu apprécies tout ce que j'endure pour toi.
Garfield : J'espère que tu n'as pas saigné dans ma pâtée.

  • Les amis, c'est pour la vie (2013), Jim Davis (trad. Fanny Soubiran), éd. Dargaud, 2013, t. 56, p. 31


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Article sur Wikipedia.