Gabriel Terrail

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gabriel Terrail en 1880.

Gabriel Terrail dit « Mermeix » (27 juillet 1859 à Basse-Terre (Guadeloupe) - 18 octobre 1930 à Paris) est un journaliste, écrivain, penseur et homme politique.

La France socialiste: notes d'histoire contemporaine[modifier]

Mermeix (Gabriel Terrail).- La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, 1886.

[…] La nature est l’ensemble des choses qui existent par elles-mêmes sans avoir été produites par personne. C’est la terre et toutes les forces naturelles (sol, sous-sol, forêts, plantes, animaux, fleuves, océans, atmosphère, toute la matière).
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. V


[…] Le travail est l'effort de l'homme pour faire servir à son usage la matière et les forces naturelles.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. V


[…] Le capital est l'ensemble des moyens de production naturels et artificiels : matières premières, outils et machines, usines, moyens de transport et de circulation. Tout ce qui, peut être mis en œuvre par le travail de l’homme pour servir à ses besoins est capital. Le capital, dans la terminologie socialiste, comprend aussi l’ensemble des découvertes, des inventions, des applications à l’industrie des forces naturelles faites par l’humanité dans tous les âges.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. V & VI


[…] La richesse est constituée par l'accumulation des produits du travail. Ainsi une machine à fabriquer des boîtes de sardines est un capital. Cent mille boîtes de sardines sont une richesse.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. VI


[…] Le capitaliste est donc l’homme qui détient des moyens de travail : terre, outils ou machines.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. VI


[…] Le travailleur, ou prolétaire ou ouvrier est celui qui met en œuvre, moyennant un salaire le capital d'autrui, celui qui emploie sa force de travail à faire produire, avec les moyens de production mis dans sa main par le capitaliste, une richesse qu’il ne gardera pas intégralement, sur laquelle il n’aura qu'une part, le capitaliste gardant l’autre.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. VI & VII & VII


[…] Est capitaliste quiconque retire un profit du travail d’autrui.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. VII


[…] Bourgeois est synonyme de capitaliste comme prolétaire est synonyme de travailleur.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. VII


[…] Quiconque travaille moyennant un salaire payé par autrui est travailleur. L’ingénieur qui touche cinquante mille francs de salaire à la caisse d’une Société de mines n’est pas capitaliste. Il est un travailleur salarié, au même titre que le mineur à cinq francs par jour.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. VII


[…] Est exploité quiconque est salarié, car le patron qui salarie retient pour lui une part du produit du travail du salarié.
  • La France socialiste: notes d'histoire contemporaine, Mermeix, (Gabriel Terrail), éd. F. Fetscherin et Chuit, 1886, t. 1, Définitions préliminaires, p. VII