Friedrich von Schiller

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Friedrich von Schiller par Anton Graff (1785).

Friedrich von Schiller (1759-1805) est un poète, dramaturge et philosophe allemand.

Citations de Schiller[modifier]

Essais[modifier]

Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme (Über die ästhetische Erziehung des Menschen), 1795[modifier]

[…] l’homme ne joue que là où il est homme dans la pleine signification du mot, et il n’est homme complet que là où il joue.
  • Œuvres de Schiller, Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1873, t. VIII, partie Lettres sur l’éducation esthétique de l’homme, Lettre XV, p. 245

Histoire[modifier]

Histoire De La Guerre De Trente Ans (Geschichte des Dreißigjährigen Kriegs), 1790[modifier]
Ici le chancelier suédois [Oxenstiern] éprouva la dure vérité que trente empereurs avaient sentie avant lui : que, de toutes les entreprises difficiles, la plus difficile était de tirer de l'argent des Allemands.
  • (de) Hier erfuhr der schwedische Kanzler, was dreißig Kaiser vor ihm mit herber Wahrheit empfunden, daß unter allen mißlichen Unternehmungen die allermißlichste sei, von den Deutschen Geld zu erheben.
  • Œuvres de Schiller VI, Histoire De La Guerre De Trente Ans (1790), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1871, partie Deuxième Partie, Livre Quatrième, p. 290


Théâtre[modifier]

Les Brigands - Drame (Die Räuber - Ein Schauspiel), 1781[modifier]

Franz : [...] Je sais bien que celui qui n'a pas son compte ici-bas met son espérance dans l'éternité ; mais il est affreusement déçu.
  • (de) Ich weiß wohl, daß Derjenige auf Ewigkeit hofft, der hier zu kurz gekommen ist; aber er wird garstig betrogen.
  • Œuvres de Schiller II, Les Brigands - Drame (1781), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte V, scène 1, p. 146


La Conjuration De Fiesque A Gênes - Tragédie Républicaine (Die Verschwörung des Fiesco zu Genua - Ein Republikanisches Trauerspiel), 1782[modifier]

Fiesque : [...] Il y eut plus de lâches que de braves, plus de sots que de sages…. La majorité prévalut.
  • (de) Der Feigen waren mehr, denn der Streitbaren, der Dummen mehr, denn der Klugen – Mehrheit setzte durch.
  • Œuvres de Schiller II, La Conjuration De Fiesque A Gênes - Tragédie Républicaine (1782), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte II, scène 8, p. 251


L' Intrigue Et L'amour - Tragédie Bourgeoise (Kabale und Liebe - Ein Bürgerliches Trauerspiel), 1784[modifier]

Ferdinand : [...] Il n'y a pas un moyen humain que je n'aie tenté…. Il faut que j'en emploie un diabolique….
  • (de) Kein menschliches Mittel ließ ich unversucht – ich muß zu einem teuflischen schreiten –
  • Œuvres de Schiller II, L' Intrigue Et L'amour - Tragédie Bourgeoise (1784), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte II, scène 7, p. 413


Don Carlos - Infant D ' Espagne (Don Karlos, Infant von Spanien), 1787[modifier]

Le Marquis : [...] Un simple hasard ? Peut-être aussi est-ce davantage.... Et le hasard, qu'est-ce autre chose que la pierre brute qui s'anime sous la main du sculpteur ? C'est la Providence qui donne le hasard.… il faut que l'homme le façonne et l'accommode au but....
  • (de) Ein Zufall nur? Vielleicht auch mehr – und was Ist Zufall anders, als der rohe Stein, Der Leben annimmt unter Bildners Hand? Den Zufall gibt die Vorsehung – zum Zwecke Muß ihn der Mensch gestalten –
  • Œuvres de Schiller III, Don Carlos - Infant D ' Espagne (1787), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte III, scène 9, p. 98


Wallenstein - Poëme Dramatique - Le Camp De Wallenstein (Wallenstein - Ein dramatisches Gedicht - Wallensteins Lager), 1799[modifier]

[...] Car un grand sujet peut seul remuer les profondeurs de l'humanité ; dans un cercle étroit, l'esprit se rétrécit ; l'homme grandit, quand son but s'élève.
  • (de) Denn nur der große Gegenstand vermag Den tiefen Grund der Menschheit aufzuregen; Im engen Kreis verengert sich der Sinn, Es wächst der Mensch mit seinen größern Zwecken.
  • Œuvres de Schiller III, Wallenstein - Poëme Dramatique - Le Camp De Wallenstein (1799), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, partie Prologue, p. 286


Wallenstein - Poëme Dramatique - Les Piccolomini (Wallenstein - Ein dramatisches Gedicht - Die Piccolomini), 1799[modifier]

Octavio : [...] C'est précisément la malédiction attachée à la mauvaise action, de se propager et d'engendrer toujours le mal.
  • (de) Das eben ist der Fluch der bösen Tat, Daß sie, fortzeugend, immer Böses muß gebären.
  • Œuvres de Schiller III, Wallenstein - Poëme Dramatique - Les Piccolomini (1799), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte V, scène 1, p. 413


Wallenstein - Poëme Dramatique - La Mort De Wallenstein (Wallenstein - Ein dramatisches Gedicht - Wallensteins Tod), 1799[modifier]

Wallenstein : [...] L'homme est une créature imitatrice, et celui qui va en tête conduit le troupeau.
  • (de) Der Mensch ist ein nachahmendes Geschöpf, Und wer der Vorderste ist, führt die Herde.
  • Œuvres de Schiller III, Wallenstein - Poëme Dramatique - La Mort De Wallenstein (1799), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte III, scène 4, p. 474


Marie Stuart - Tragédie (Maria Stuart - Trauerspiel in fünf Aufzügen), 1800[modifier]

Élisabeth : [...] Inconstante multitude, qui tourne à tout vent ! Malheur à qui s'appuie sur ce roseau !
  • (de) Die wankelmüt'ge Menge, Die jeder Wind herumtreibt! Wehe dem, Der auf dies Rohr sich lehnet!
  • Œuvres de Schiller IV, Marie Stuart - Tragédie (1800), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte IV, scène 11, p. 103


La Pucelle d’Orléans (Die Jungfrau von Orleans), 1801[modifier]

Talbot : […] Les dieux mêmes combattent en vain contre la stupidité.
  • Jeanne d’Arc (1801), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1886, acte III, scène 6, p. 109


La Fiancée De Messine Ou Les Frères Ennemis - Tragédie Avec Des Churs (Die Braut von Messina oder die feindlichen Brüder - Ein Trauerspiel mit Chören ), 1803[modifier]

Isabella : Beaucoup d'efforts m'ont réussi ! La fortune aussi a beaucoup fait !
  • (de) Vieles gelang mir! Viel auch that das Glück!
  • Œuvres de Schiller IV, La Fiancée De Messine Ou Les Frères Ennemis - Tragédie Avec Des Churs (1803), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte La salle avec des colonnes. — Il fait nuit. La scène est éclairée d 'en haut par une grande lampe., scène Donna Isabella et Diégo entrent., p. 323


Guillaume Tell - Drame (Wilhelm Tell - Schauspiel), 1804[modifier]

Tell : L'homme le plus inoffensif ne peut rester en paix, si cela ne plaît pas à son méchant voisin.
  • (de) Es kann der Frömmste nicht im Frieden bleiben, Wenn es dem bösen Nachbar nicht gefällt.
  • Guillaume Tell - Drame (1804), Friedrich von Schiller (trad. Adolphe Regnier), éd. Librairie Hachette & Cie, 1859, acte IV, scène 3, p. 445


Signature de Schiller.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :