Fraternelle

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans la franc-maçonnerie française, une fraternelle est une association indépendante des obédiences maçonniques qui regroupe des francs-maçons de même profession ou de mêmes affinités, sans tenir aucun compte des éventuels conflits qui peuvent opposer les obédiences dont ils sont membres.

Citations[modifier]

Pour faciliter les choses et ne pas fournir d'arguments à qui voudrait y voir un travail de fractionnement au sein de la maçonnerie, nous créâmes le "groupe fraternel d'études et d'action socialistes". Animateurs: uniquement des maçons de toutes obédiences qui, pour être admis au "groupe", devaient recueillir l'unanimité des suffrages. Activité: essentiellement profane quant aux contacts et aux réflexions qui, rapidement, s'élargirent à de nouveaux amis et militants de différents partis devenus maçons à leur tour.
  • (fr) Trois points c'est tout, Fred Zeller, éd. Éditions Robert Laffont, 1976, p. 297


Il est certain, (...) que les radicaux ont essayé par l'intermédiaire des "fraternelles" et des "amicales", de détourner la maçonnerie de son but, de sa constitution, de son idéal et qu'ils l'ont la plupart du temps transformée en de vagues comités électoraux.
  • (fr) Trois points c'est tout, Jules Uhry cité par Fred Zeller, éd. Éditions Robert Laffont, 1976, p. 287


Toute entreprise maçonnique qui tourne au réseautage, au « Rotary local » - et je n’ai rien contre le Rotary, dont j’ai été membre longtemps ! - est un échec conceptuel. C’est contraire à nos idées. Dans les années 50 et 80, il y avait des « fraternelles », qui existent toujours. Mais ce ne sont pas des loges. Le réseautage pour s’entraider et arriver professionnellement remonte au XVIIIe siècle, dans le reste de l’Europe, lorsque les francs-maçons étaient en lutte contre le catholicisme ; ils se serraient les coudes, dans la police, dans la magistrature. Mais en Suisse, cela n’a jamais existé.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :