Francis G. Rayer

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Francis G. Rayer est un écrivain britannique de science-fiction né en 1921 et mort en 1981.

Le Lendemain de la machine, 1951[modifier]

Une responsabilité n'est écrasante que lorsqu'il y a des doutes et que la ligne à choisir n'est pas nette.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 18


« L'humanité ne semble construire que pour pouvoir détruire davantage. »
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 26


Tout problème reçoit sa solution logique, qu'elle fournit sans crainte ni complaisance et sans la déformation que des politiques à courtes vue pourraient y introduire.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 65-66


« L'homme ne vit pas selon la logique seule, mais aussi selon tous les faux espoirs de la faiblesse humaine. »
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 91


La possibilité la plus probable n'est pas nécessairement celle qui est correcte.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 108


« L'humanité dans son ensemble a peut-être été plutôt folle. »
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 115


L'homme estime tout par rapport à lui-même.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 149


Assassin d'un homme. Assassin de beaucoup.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 174


L'homme est un animal illogique qui se créé tant de difficultés qu'il ne lui reste jamais assez de temps pour les résoudre. Son instinct de conservation est si féroce qu'il entraîne une mutuelle destruction.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 189


La langue des hommes peut mentir, mais non leurs pensées intérieures.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 227


Nous pouvons penser au futur comme à une route en construction à laquelle nous ajoutons certains détails au fur et à mesure que nous avançons. Nos actes ne sont pas prédestinés.
  • Le Lendemain de la machine, Francis G. Rayer (trad. Georges H. Gallet), éd. J'ai lu, 1972, p. 254


Le Cardinal des étoiles, 1964[modifier]

A force d'êtres contées, les légendes prennent consistance.
  • Le Cardinal des étoiles, Francis G. Rayer (trad. Paul Chirat), éd. Albin Michel, 1973, p. 42


Les hommes ne doivent pas être rivés à un endroit unique, de même qu'il ne faut pas que l'esprit s'attache uniquement au présent.
  • Le Cardinal des étoiles, Francis G. Rayer (trad. Paul Chirat), éd. Albin Michel, 1973, p. 226


On n'imposerait jamais par la terreur une paix à tout prix à l'humanité.
  • Le Cardinal des étoiles, Francis G. Rayer (trad. Paul Chirat), éd. Albin Michel, 1973, p. 239


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :