Esther Dang

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Esther Dang (2000).

Esther Dang, née le 5 mars 1945 au Cameroun, est une spécialiste de l'économie, de la finance, de la gestion stratégique des entreprises tant privées que publiques et du partenariat international. Docteur d'État ès Sciences Économiques de l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, elle a servi son pays dans des domaines essentiellement techniques tour à tour comme chef d'entreprise, administrateur, administrateur délégué, président des conseils d'administration, censeur de l'Institut d'Émission.

Citations[modifier]

Le mot d’ordre de l’économie libérale avancée est : « pas d’État » ou « peu d’État » dans les activités économiques, consacrant ainsi la marginalisation ou tout simplement l’abandon de la macro-économie. L’abandon de la macro-économie l’a donc été au profit de l’Investisseur/Entrepreneur privé, de l’Actionnaire et des détenteurs des titres divers cotés dans les principales places boursières de la Planète, devenues plus profitable que la production grâce à la spéculation. Ce nouveau visage du capitalisme privé qui consacre le couple Investisseurs/Entrepreneurs privés d’un côté, Spéculateurs boursier et Brokers de l’autre prouve ses limites avec la grave crise financière en cours.
  • L'abandon de la macro-économie, p.5


Aujourd’hui, on lutte contre la Pauvreté qui n’est qu’une conséquence du non-développement. Il faut toujours lutter contre le sous-développement, le combat permanent étant de faire sauter le préfixe « sous ».
  • Le recul de la pensée économique, p.7


Il faut en effet gérer les faillites des banques et autres grandes entreprises considérées comme stratégiques de l’intérieur, en patron et non pas seulement en pompier, sans discrimination.
  • Qui paie les peaux cassées en 2008? Et Qui paiera toutes les factures?, p.7


L’économie mondiale est en pleine restructuration financière et en réhabilitation par les États. Toutes solutions pour sa relance ne peuvent intervenir qu’après la réussite de ces deux actions fondamentales, si on admet que tout sera mis en œuvre par les pays que j’appelle «locomotives de l’économie mondiale» pour éviter une grave récession; ce qui me semble à priori difficile à envisager à court terme.

La preuve est ainsi faite que restructurer financièrement, réhabiliter, sont deux axes stratégiques majeures de politique économique pour juguler et stabiliser les disfonctionnements conjoncturels, sectoriels et macro-économiques qu’on appelle crise. Seuls les Pouvoirs Publiques en ont des pouvoirs, des pouvoirs illimités s’ils en font bon usage.

  • Conclusion, p.12


La macroéconomie refera obligatoirement jour après cette crise 2008 car rien ne sera plus comme avant sauf entêtement à cause des gains faciles, importants, rapides et sans trop d’efforts que procure la spéculation boursière. Ce sera une autre forme de capitalisme à repenser comme il faudrait souhaiter voir renaître de nouveaux penseurs de la théorie économique et de la politique économique pour un développement plus responsable, plus harmonieux, et plus partagé de l’économie mondiale. Il faudrait aussi souhaiter voir renaître les autres disciplines telles la philosophie, les sciences sociales, qui ont abondamment nourri la pensée économiques au 18e siècle.Depuis la nuit des temps, la spéculation a existé et existera toujours. Il faudrait repenser ces mécanismes dans un cadre macro-économique global, l’intégrer dans la pensée économique et les stratégies de politique économique.
  • Le recul de la pensée économique, p.6


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :