Ernest Lavisse

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ernest Lavisse.

Ernest Lavisse, né au Nouvion-en-Thiérache le 17 décembre 1842 et mort à Paris le 18 août 1922, est un historien français.

Questions d'enseignement national, 1885[modifier]

   Le professeur d'histoire ne laissera pas les élèves quitter l'École normale sans résumer en quelques leçons les conseils pédagogiques qu'il leur aura donnés au cours des études.
   Surtout il leur dira qu'à l'enseignement historique incombe le devoir de faire aimer et de faire comprendre la patrie.

  • Questions d'enseignement national, Ernest Lavisse, éd. Librairie classique Armand Colin et Cie, 1885, chap. L'Enseignement de l'histoire à l'école primaire, p. 208


   Le patriotisme a besoin d'être cultivé, nous entendons le vrai patriotisme, trop rare, hélas ! dans notre pays. Nous avons connu jadis un faux patriotisme, celui de Français fiers de la naturelle beauté de cette France, que la nature a parée de tous ses dons, au premier rang desquels est l'intelligence. Pour l'étranger, qu'ils ignoraient, ils n'avaient que du mépris. C'était une vanité frivole et, nous l'avons bien vu, très fragile. Elle s'est effondrée dans nos désastres : chez plusieurs elle a été remplacée par le mépris de soi-même, l'admiration de l'étranger vainqueur, la résignation aux hontes subies, la renonciation même à toute idée de dignité nationale. Ne regrettons pas ce sentiment misérable, qui nous a fait tant de mal, et qui a laissé, en s'évanouissant, ce résidu impur.

  • Questions d'enseignement national, Ernest Lavisse, éd. Librairie classique Armand Colin et Cie, 1885, chap. L'Enseignement de l'histoire à l'école primaire, p. 208


   Le vrai patriotisme est à la fois un sentiment et la notion d'un devoir. Or, tous les sentiments sont susceptibles d'une culture, et toute notion, d'un enseignement. L'histoire doit cultiver le sentiment et préciser la notion. C'est pourquoi le maître rejettera les conseils de ceux qui prétendent réduire l'enseignement historique à l'étude du dernier siècle et de l'âge contemporain. Il y a dans le passé le plus lointain une poésie qu'il faut verser dans les jeunes âmes pour y fortifier le sentiment patriotique.

  • Questions d'enseignement national, Ernest Lavisse, éd. Librairie classique Armand Colin et Cie, 1885, chap. L'Enseignement de l'histoire à l'école primaire, p. 208 et 209


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :