Emmanuel-Joseph Sieyès

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emmanuel-Joseph Sieyès par Jacques-Louis David (1817).

Emmanuel-Joseph Sieyès (1748 - 1836), est un homme d'Église, homme politique et essayiste français.

Citation sur le Tiers-État[modifier]

Qu'est-ce que le Tiers-État ? — TOUT
Qu'a-t-il été jusqu'à présent dans l'ordre politique ? — RIEN
Que demande-t-il ? — A ÊTRE QUELQUE CHOSE.

En vérité, si l’on tient à vouloir distinguer naissance et naissance, ne pourroit-on pas révéler à nos pauvres Concitoyens que celle qu’on tire des Gaulois et des Romains, vaut au moins autant que celle qui viendroit des Sicambres, des Welches, et autres Sauvages sortis des bois et des marais de l’ancienne Germanie ? Oui, dira-t-on ; mais la conquête a dérangé tous les rapports, et la Noblesse de naissance a passé du côté des Conquérans. Eh bien ! il faut la faire repasser de l’autre côté ; le Tiers redeviendra Noble en devenant Conquérant à son tour.

  • (fr1835) Qu'est-ce que le Tiers-État a été jusqu’à présent ? Rien, Emmanuel-Joseph Sieyès, éd. à compte d'auteur, 1789, chap. II. Qu’est-ce que le Tiers-État ?, p. 17-18 (texte intégral sur Wikisource)


Citation sur le régime représentatif[modifier]

Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; donc ils n'ont pas de volonté particulière à imposer. Toute influence, tout pouvoir leur appartient sur la personne de leur mandataire, mais c'est tout. S'ils dictaient des volontés ce ne serait plus un État représentatif, ce serait un État démocratique.

  • Emmanuel-Joseph Sieyès, 7 septembre 1789, Discours sur le veto royal à la tribune de l'Assemblée constituante, dans Discours du Citoyen Sieyès, Archives parlementaires - série 1 - vol. 8.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :