Edmond Jabès

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Edmond Jabès par Bracha L. Ettinger.

Edmond Jabès (né au Caire en 1912, mort le 2 janvier 1991) est un poète et un romancier. En 1957, il s'installe à Paris. Il a obtenu en 1982 le prix des Arts, des Lettres et des Sciences de la fondation du judaïsme français.

Le livre des questions rassemble sept recueils : Le Livre des questions (1963), le Livre de Yukel (1964), Le Retour au livre (1965), Yaël (1967), Elya (1969), Aely (1972), El ou le Dernier Livre (1973)

Le Livre des questions, 1963[modifier]

L'homme est lien et lieu écrits.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 21


Tu es l'un des épis du cri collectif que le soleil dore.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 39


Il y a eu les charniers et l'herbe dessus, le champ. Les fleurs sont dans le coup. Elles ont été nourries d'os et de pensées d'os. Leur parfum est parjure.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 56


Ceux qui s'appliquent à bien former leurs lettres, ceux dont les mots sont scrupuleusement dessinés, sont des êtres comblés.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 72


Être l'univers, les saisons des vocables bercés, réconciliés; […].
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 73


Tu crois à la raison, comme si elle était raisonnable.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 100


Tu es belle de toutes mes raisons de te trouver belle et que tu appelles ma déraison.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 113


Ce n'est pas qu'on veuille être libre, mais on y rêve.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 122


Ne confonds pas justice et vérité; car la justice est rendue au nom de la vérité et la vérité se cherche.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 122
Si la liberté a des ailes, […], elle a, aussi, des yeux, un front et un sexe. Ainsi, à chaque envol, c'est une parcelle partagée du monde et de l'homme qu'elle transfigure dans l'ivresse de son épanouissement.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 128


Aime ton lien jusqu'à son extrême lueur et tu sera libre.
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 128


Savoir, c'est questionner […].
  • « Le Livre des questions » (1963), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 129


Le Livre de Yukel, 1964[modifier]

Les livres […] sont habités de monstres que la nuit de l'encre protège. Il nous faut continuellement apaiser leur appétit.
  • « Le Livre de Yukel » (1964), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 226


Et Sarah dit : Je suis dans la brume dorée où tu m'as laissée, Yukel. Je suis l'or glacé.
  • « Le Livre de Yukel » (1964), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 230


Nous rassemblerons les images et les images des images jusqu'à la dernière qui est blanche et sur laquelle nous nous accorderons.
  • « Le Livre de Yukel » (1964), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 231


Je danse — Dieu est mon Idée.
  • « Le Livre de Yukel » (1964), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 249


L'enfant pleurait. Ses cris étaient des aiguilles, de toutes petites aiguilles d'acier et de sel autour du lit, et peut-être, autour de la maison, dans la nuit.
  • « Le Livre de Yukel » (1964), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 337


Le Retour au Livre, 1965[modifier]

Être vivant au sein de la mort. Être debout où l'air et l'eau sont un même rythme couché.
  • « Le Retour au Livre » (1965), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 365


[…] car la pensée est toujours en retard sur le regard, ce qui longtemps nous fit croire qu'une partie du monde nous était cachée.
  • « Le Retour au Livre » (1965), dans Le Livre des questions, Edmond Jabès, éd. Gallimard, coll. « L'Imaginaire », 2006, t. I, p. 394


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :