Donna Leon

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Donna Leon (2010).

Donna Leon, née en 1942 dans le New Jersey, est une auteure de romans policiers construits autour de la personnalité du commissaire Brunetti et de la ville où il exerce, Venise.

Son premier roman, Mort à la Fenice, a été couronné par le prestigieux prix japonais Suntory, qui récompense les meilleurs suspenses.

Le Cantique des innocents[modifier]

Du fait de sa profession, Brunetti était devenu un maître dans l'art des silences et il était capable d'en discerner la qualité comme un chef d'orchestre distingue les timbres des diverses cordes. Il y avait des silences absolus, de vraies déclarations de guerre, après lesquels rien ne viendrait en réaction aux questions ou aux menaces. Il y avait les silences attentifs, après lesquels celui qui avait parlé mesurait l'impact de ses propos sur son auditeur. Et il y avait les silences épuisés, qu'il fallait respecter jusqu'à ce que celui qui parlait ait repris le contrôle de ses émotions.
  • Le Cantique des innocents, Donna Leon (trad. W.O. Desmond), éd. Calmann-Lévy, 2010, p. 94-95


Avec Internet, il se sentait tellement ignorant du contexte que toutes les sources lui paraissaient se valoir. Il se sentait en perdition au milieu d'un océan de mensonges et de déformations en ligne, dépourvu des boussoles qu'il avait appris à manier dans la mer plus familière des mensonges journalistiques
  • Le Cantique des innocents, Donna Leon (trad. W.O. Desmond), éd. Calmann-Lévy, 2010, p. 145


Il n'avait […] aucun moyen de savoir si les Italiens étaient plus crédules que d'autres peuples, ou s'ils étaient simplement moins bien informés. Des rumeurs lui étaient parvenues sur des pays où existerait une presse indépendante rapportant des informations justes et où la télévision n'était pas contrôlée par une seul homme ; sa propre femme avait même exprimé sa croyance en l'existence d'une telle merveille.
  • Le Cantique des innocents, Donna Leon (trad. W.O. Desmond), éd. Calmann-Lévy, 2010, p. 193


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :