Dikkenek

Une Citation de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dikkenek est un film belge réalisé par Olivier Van Hoofstadt et produit par Luc Besson sorti en 2006.

Claudy Focan[modifier]

Annule-moi un peu ce rendez-vous avec ces deux imbéciles de l'école de TV. J'ai pas le temps, j'ai matériellement pas le temps de faire ça. Des trous de cul pareil ça m'intéresse pas.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Vous dites pas action ? Voila je me présente en deux mots je suis Claudy Focan. je suis photographe semi-prof.. oui je vais .. on va couper,couper cut.On va pas je.. en fait je dis ça parce que je regardais ton objectif. C'est du digital hein du 35 millimètre? En fait je suis photographe de.. Je fais des photos de charme en somme mais c'est un peu hors contexte. On va recommencer directement ? Voila bien je me présente en deux mots, je suis Claudy Focan, monsieur Focan plus exactement, je suis directeur and sales marketing manager des abattoirs d'Anderlecht. Vous êtes ici dans la salle des marchés. Quand les bêtes arrivent, elles sont 150 dans un camion. Pourquoi 150? de façon à ne pas trébucher durant le transport. Une fois qu'elles arrivent ici, c'est pas compliqué, elles suivent la ligne blanche et on les dirige inéluctablement, elles sont deux par deux, vers la zone d'abattage. C'est peut-être la partie la moins marrante quoique. Elles arrivent et on leur place un pistolet juste ici, dans la cave craniène ici. Et là, le, euh, la déflagration fait en sorte qu'on a jamais du tirer deux fois si vous voulez, si voyez ce que je veux dire. Ça vaudrait même la peine qu'on aille peut-être le voir si ils abattent des bêtes pour le moment... Enfin moi c'est mon petit péché mignon. Une fois que la bête est décédée, elle se dirige enfin on la dirige étant donné qu'elle ne marche plus... Ecoute fieu tu commences à faire chier avec ta torche, ça fait depuis le début que tu m'emmerdes, tu m'as déjà fourré la gueule là bas ! Ça va suffire maintenant ! Tu n'as que ça à faire toi ! Excusez je suis arrivé énervé. Je sais bien tout n'est pas de votre faute mais j'ai l'impression qu'on m'a donné les deux kluuts de l'IAD là hein, le fond du panier !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Chaque chose arrive en son temps, tu vas pas me dire toi ce que je dois raconter. Bon la fricadelle ! Comment ça se passe une fricadelle ? Concrètement, il faut savoir deux choses. Il faut savoir que sur une bête de 700 kilos, y'a 350 kilos qui sont considérés comme matière ou restes impropres à la consommation. J'veux dire par là qu'vous verrez jamais dans une boucherie des narines, un scrotum, un anus ou, euh, des intestins par exemple. Qu'est ce que vous pensez qu'on fait des intestins ? Les intestins ce n'est jamais que d'l'herbe digérée, hein ! On appelle ça plus communément d'la merde pour votre information. Et qu'est ce qu'on fait ? On racle tout ça, on tape tout dans des grandes bassines. Nous autre on appelle ça des piscines. Puis on rajoute des produits. Les produits, c'est quoi ? C'est des anxiolytiques, des antibiotiques, des colorants, des… Enfin tout ça c'est notre petite popote, le pot belge comme on dit. Une fois que cette matière a de nouveau l'aspect de la viande on l'enfile dans des boyaux et puis ça part, ben… heu… Dans les friteries, dans le commerce entre guillemets. Et ça devient des fricadelles, des merguez.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


En parlant de vieille truie, toi comment ca va?

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Chef, ou tu sors ou j'te sors mais faudra prendre une décision.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Tiens, mets tes lunettes va couillon. Tu verras peut-être plus clair la prochaine fois !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Nom de Dieu, qu'est ce que c'est qu'ce boordel làààààààààààà !! De Dieeeu !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Allo M'man ? Claudy à l'appareil, je viens de me faire carjacker, je dis je viens de me faire carjacker, on a volé l'auto ! Non je n'ai rien su faire. j'ai tâché de courir derrière, qu'est-ce tu veux faire.. non.. non avec ma veste en cuir dedans avec les septante mille balles dedans.. non je suis écœuré ! Tes lunettes ? Ben tes lunettes elles sont dans la boîte à gants.. la boîte à gants elle est restée dans la voiture, hein, non ... Si tu sais venir où quand j'étais petit où on allait jouer au snooker avec papa, au café où ce qu'il y a Duvel en grand là. Oui à tout de suite, fais vite parce que je veux quitter cette ville, je deviens fou moi ici, quelle violence !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Je n'en peux plus, je suis au bout du rouleau, j'ai envie de rentrer, me foutre mes savates et terminer mon soir!

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Dis, on t'a jamais appris à manger avec la bouche fermée toi ? C'est à toi qu'je cause hein ! J'ai l'impression d'être à côté d'un camion poubelle qui travaille moi, ici ! Connasse va ! C'est excessivement énervant d'entendre quelqu'un qui mange des chips [prononcé "tchip"] pour celui qui n'en mange pas ! COMPRIS ? Éducation minimum ! J'vais taper ça à l'abattoir, ça va être vite fait t'sais.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Est-ce que t'es épilée, t'es pas épilée, t'as des copines, t'as pas de copines ? Y a pas de plan tarifaire avec les prix…

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


En tout cas, toi, ils t'ont pas loupée, hein ! Je sais pas si c'est un cheval ou une truie mais… On peut aussi faire un bouquin sur halloween si tu veux ! Vas te faire refaire hein, alien !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Faut pas commencer à jouer avec mes couilles !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Ne la juge pas maman tu ne la connais pas que t'es déjà occupée à la juger.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Minute papillon, je termine.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Mieux vaut un bon arrangement qu'un mauvais procès comme on dit (rires) De là à se faire plumer par un poulet, ça devient autre chose ! (rires)

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Tu es en supplément, tu es en supplément ! Une sécurité, c'est tout... Par professionnalisme. On est des gros professionnels c'est tout. Allez viens ! Allez, lève toi ! on n'a aucune allure allez, ça n'a aucune allure. Y a pas de tut tut tut c'est comme ça ! C'est comme ça ! T'es comme un chien c'est tout, ça s'arrête là, reste avec moi. Reste près de moi je ne sais pas moi même où je dois aller !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


C'est toi qui va décharger l'cochon ? T'es épais comme un câble de frein à main.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


On voit où est le pognon hein. C'est pas une baraque ici, c'est un centre de vacances.

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


T'es tendue comme une crampe...Si t'es tendue...Si je te dis t'es tendue, t'es tendue !! C'est pas à toi de dire je ne suis pas tendue !! Je te dis t'es tendue Natacha c'est tout ! Alors tu me dis oui Claudy, c'est vrai je suis tendue, je ne suis pas à mon aise. Il faut que tu te laisses venir vers moi, et je viendrais te chercher t'inquiète pas....

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Oh un cochon ! c'est un vrai ? Non s't'un electrique !

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


On me dit une maison blanche avec un toit rouge... La maison est grise avec un toit noir ! On l'a repeint cette nuit peut-être ?

  • François Damiens, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Jean-Claude[modifier]

Je vais te dire une chose Stef, on va peut-être pas mettre la barre trop haut. Quoique se taper une moche c'est pas ce qu'il y a de plus simple… Elle sont terriblement méfiantes, elles, les laides… on va attaquer la middle class.

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Ben alors, t'es pas en classe verte toi ? M'semblais bien que c'était toi avec ton accent de chanteur de rap là, hip-hop ! Et cette manie que tu as de cracher partout comme un lama ! C'est excessivement énervant !

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Hé ben, ça roucoule ici, c'est un cinéma porno ou quoi ? [...] Ça parle de quoi ce navet ? [...] Identité sexuelle, ça ne veut strictement rien dire, ou alors faut qu'on m'explique. Ç'est fort lent quand même, non ? Chaque fois que je vais au cinéma j'm'endors, moi. Ma main à couper qu'ça va encore tourner autour du trou d'balle c't'histoire ! Identité sexuelle !

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Hé, achète des cotons-tiges, il te demande pour la deuxième et la dernière fois si tu peux pas sortir pour téléphoner à ta poufiasse !!

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Il est tout à fait fou ce type. Au cinéma tu restes debout, toi, assieds-toi ! Et regarde seulement devant-toi ! Non mais t'as vu ça, madame ? T'as vu comment il me parle ? Est-ce que je téléphone, moi, au cinéma ? [...] Non mais ce type le fait exprès, t'sais. il court après Greg et le plaque à terre avant de le frapper La première c'est pour te faire la leçon, petit con ! La deuxième c'est pour le principe, et la troisième c'est parce que jamais deux sans trois ! il prend le téléphone de Greg Allô ? Ouais, c'est JC.

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Elle a aussi été bercée trop près du mur celle-là !

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


En tout cas, celle là, elle sait dire merci !

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Je sais que j'plais pas à tout le monde ! Mais quand je vois à qui j'plais pas, j'me demande si ça me dérange vraiment.

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Allez, lève toi. Debout. Debout ! Il faut se réveiller, vieux, avec ton air de chien battu, là. Il faut que t'arrêtes de subir la vie, d'être une victime en permanence. Nom de Dieu, le soleil se lève avec ou sans toi, et tu te lèves pas il en a rien à foutre ! Et personne en a rien à foutre !

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


C'est excessivement énervant.

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Je vous préviens je veux bien éplucher le lapin, mais j'épluche pas les carottes !

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Lorsqu'il doit tuer le lapin. Attention, hein. Le plus important, c'est de lui donner un grand coup sur la tête, dans la nuque, là, tu vois ? Faut pas hésiter. Comme ça, TAC ! Après, t'as plus qu'à lui enlever son petit pyjama, et je peux même te faire une cagoule pour ta gamine. Que les âmes sensibles ferment les yeux. Adieu, petit lapin. Fin du film

  • Jean-Luc Couchard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Natacha[modifier]

Moi ? J'ai envie de faire exactement comme toi. [...] Bah rien foutre, comme toi. Finalement c'est un peu ça le but dans la vie nan? Réussir à rien foutre...

  • Mélanie Laurent, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Ah nan, ça j'avale pas !

  • Mélanie Laurent, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Je vais aller retrouver mon homme, qui sympathise avec une PUTE !

  • Mélanie Laurent, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Pourquoi tu photographies que des adolescentes nues ?

  • Mélanie Laurent, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Nadine[modifier]

Un petit clic vaut mieux qu'une grande claque ![1]

  • Marion Cotillard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Tu vois Charlotte, si aujourd'hui tu ressembles plus à Albator qu'à Candy, c'est parce que ta maman... Elle flûte !

  • Marion Cotillard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Elle est morte la maîtresse !

  • Marion Cotillard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


La schnouf, c'est un fléau !

  • Marion Cotillard, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Commissaire Laurence[modifier]

J'dessine pas comme Tintin

  • Florence Foresti, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Pistolet tchèque semi-automatique. Ça t arrête un bus scolaire en pleine course. P't'être même un avion, je sais pas j'ai jamais essayé.

  • Florence Foresti, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Le Viking[modifier]

Dis tu es au courant qu'il y a une gamine avec des yeux de cocker dans ton coffre ?

  • Le Viking, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Ouais d'accord mais, tu remballes ta roue de secours hein

  • Le Viking, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


J'savais pas que tu roulais dans un kinder

  • Le Viking, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Dialogues[modifier]

J-C : Dis bonjour, Sabine.
Sabine : Bonjour Sabine.

  • Jean-Luc Couchard, Aurore Breining, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


J-C : Mais ce type le fais exprès ! La première c'est pour te faire la leçon, la deuxième c'est pour le principe et la troisième c'est parc'que jamais deux sans trois !"

  • Jean-Luc Couchard, Aurore Breining, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Mich' : Hé ! Y a pas assez d'chaises ici ? Tu prends juste la mienne hein ! Oui, allez fais du vent. Prends-en une autre : y en a une là-bas, y en a une ici hein ! Tu rends la mienne, ok ? Faut éviter le…
J-C : Faut surtout éviter les sales racistes dans ton genre, ok ?
Mich' : Attends! Tu peux m'le redire ça?
Femme à Mich' : Allez t'emmerdes tout le monde avec ta chaise là !
Mich' : Attends ! J'ai pas bien compris ! Qu'est-ce que t'as dit connasse ? Le coup d'boule du nouvel an t'a pas suffi, ou quoi? Je t'en remets directement un deuxième, c'est l'même tarif hein !
J-C : Met moi un peu une Duvel, s'te plaît !
Mich' : Hé ! Le p'tit comique là ! Tu veux une bière ? Tu veux une bière ?
J-C : Dis, il est toujours comme ça ton imbécile de mari à aboyer comme un teckel ?
Mich' : Tiens ! Prends déjà ça dans la gueule ! [Mich' lance une bière au visage de J-C] Dikkenek !

  • Jean-Luc Couchard, Catherine Hosmalin, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Baudouin : Ça va ? c'est pas trop dur comme boulot ? Eh, si tu veux ramasser des balles, tu peux toujours aller à Roland Garros, j'connais bien le big boss là bas !
Stef : J'suis obligé de renvoyer les balles… sinon j'peux pas tondre !
Baudouin : Ouais. Je suis en train de lire un livre sur le licenciement. Je suis au chapitre 2 et j'ai déjà tout compris ! C'est signé un certain « Jean Marie Messier ».
Stef : ...
Baudouin : Il est con celui-là… Tiens arrête hein… T'sais quoi ? T'es vraiment trop nul. T'es archi-nul ! Tu es viré de chez viré ! Tu es né idiot et tu vas mourir idiot !
Stef : Hé ça va !
Baudouin : Tu me casses les couilles, tu fous rien ! Allez dégage, casse-toi ! Attends, tes merdes ici ! Oublie rien, allez dégage ! Connard ! Casse-toi ! Allez ! J'veux plus jamais te voir, dégage… Quel klette ce peï, trou de cul de merde !

  • Dominique Pinon, Guy Staumont, Dikkenek (2006), écrit par Olivier Van Hoofstadt, Olivier Legrain


Notes et références[modifier]

  1. Cette phrase est empruntée aux Frères Jacques, qui la chantent dans La ceinture.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :