David Brin

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
David Brin à un événement organisé par l'Association of Computing Machinery (ACM) en 2005.

David Brin, né le 6 octobre 1950 à Glendale en Californie, est un auteur américain de science-fiction classé parmi les auteurs de hard science fiction ou d'anticipation scientifique.

Jusqu'au coeur du Soleil (2017)[modifier]

Prise entre la controverse Chemise-Peau et le Contact avec les extraterrestres, la religion organisée avait été démantelée. [...] Et la seule existence de milliers de races voyageant dans l'espace, dont bien peu professaient quoi que ce fût de similaire aux dogmes des anciennes croyances terrestres, avait causé un tort considérable au concept d'un Dieu anthropomorphe tout-puissant.
  • Jusqu'au coeur du Soleil, David Brin (trad. François Rose), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-1974-1), p. 89


Marée stellaire (2017)[modifier]

Toutefois, accidentelle ou pas, cette chose merveilleuse qui existait entre eux deux remplissait Tom d'un sentiment de gratitude. Ses missions pour le Conseil de la Terragens lui avaient appris que l'univers fourmillait de périls et de désillusions. Trop peu de sophontes – même ceux qui étaient équipés pour cela – voyaient jamais étanchée leur soif d'amour.
  • Marée stellaire, David Brin (trad. Gérard Lebec), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-3727-1), p. 149


En compensation, les Karrank% furent libérés de leur contrat de clientèle et on leur accorda un monde adapté à leurs besoins, une planète dont le potentiel d'évolution de la présapience était particulièrement bas. Les mondes aquatiques font souvent d'excellentes maisons de retraite pour cette raison. Il est fort rare qu'ils voient naître des races de présophontes.
  • Marée stellaire, David Brin (trad. Gérard Lebec), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-3727-1), p. 543


La Guerre de l'Élévation (2017)[modifier]

Les médias populaires de la Terre tendaient à encourager une certaine attitude de mépris envers les ET [...]
Une telle attitude avait ses raisons. À en croire les psychologues de la Terragens, tout autre comportement eût engendré l'apparition d'un complexe d'infériorité raciale écrasant. La fierté était un élément capital pour le clan le plus "primitif" de tout l'univers. Elle formait un rempart entre l'humanité et le désespoir.
  • La Guerre de l'Élévation, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-2855-2), p. 47


Son aura parut s'estomper, et ses yeux se révulsèrent comme il sombrait dans l'inconscience. Qu'un système nerveux saturé par la souffrance pu abandonner son propriétaire, le laissant sans défense, choquait Athaclena.
  • La Guerre de l'Élévation, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-2855-2), p. 118


Quelqu'un avait autrefois déclaré que le degré d'intelligence pouvait se mesurer à la quantité d'énergie consacrée à la résolution de problèmes autres que ceux que posait la simple survie.
  • La Guerre de l'Élévation, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-2855-2), p. 129


Toutes les races patronnes galactiques s'engageaient à protéger l'environnement. Il s'agissait de la loi la plus ancienne et la plus importante. Une espèce astronavigatrice qui eût refusé de respecter le Code de gestion écologique eût été exterminée par les autres, afin de protéger les générations futures.
  • La Guerre de l'Élévation, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-2855-2), p. 364


Les hypothèses fantastiques avaient foisonné. Ceux qui le souhaitaient pouvaient même croire en leur propre sainteté. Il n'y avait personne pour démontrer par des preuves expérimentales irréfutables qu'il n'existait aucune réponse surnaturelle, aucune pierre philosophale, seulement un bon sens manquant singulièrement d'attrait.
  • La Guerre de l'Élévation, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-2855-2), p. 438


Pour un Tymbrimi, les meilleures farces étaient celles qui surprenaient autant leur auteur que les autres personnes. [...] Cela relevait de l'expérience mystique. Ses semblablent croyaient en effet que l'univers n'était pas un simple mécanisme physique, un flux capricieux de hasard et de chance.
Selon les sages tymbrimis, le fait que de telles choses puissent se produire démontrait que Dieu n'était pas mort.
  • La Guerre de l'Élévation, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions Bragelonne, 2017  (ISBN 978-2-8112-2855-2), p. 731


Le Monde de l'exil (1997)[modifier]

Ces rares espèces qui apparaissaient parfois sur des mondes en jachère en ayant en eux cette étincelle qu'on appelait le Potentiel. Un don que développerait l'élévation si une race patronne décidait de les adopter et de leur donner le coup de pouce - par l'éducation et des manipulations génétiques - indispensable pour franchir le gouffre séparant les animaux intelligent des citoyens spatiopérégrins. Indispensable, hormis pour ceux qui croyaient en la légende voulant que les Terriens avaient suivi cette voie sans aide. Mais qui prêtait attention à de pareilles absurdités, dans les Cinq Galaxies ?
  • Le Monde de l'exil, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1997  (ISBN 2-290-04457-1), p. 263


On dit que le génie consiste à voir ce qui est évident.
  • Le Monde de l'exil, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1997  (ISBN 2-290-04457-1), p. 317


Le Livre de la mer

Les êtres qui ont accédé à la sapience sont tentés de croire qu'un but leur a été fixé.
Qu'ils sont apparus dans l'univers pour une raison précise.

Ils veulent servir une grande cause...
- une race ou un clan,
-des patrons ou des dieux,
- ou la beauté.

S'ils ne se trouvent pas un objectif plus personnel...
- la richesse et la puissance,
- la perpétuation du soi,
- ou l'élévation de l'âme.

Les grands philosophes qualifient de telles quêtes de pures vanités,
de besoin frénétique de justifier
la pulsion héréditaire d'exister.


  • Le Monde de l'exil, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1997  (ISBN 2-290-04457-1), p. 331


Le Monde de l'oubli (1997)[modifier]

Des arguments qu'il est possible d'illustrer par le jeu du téléphone.
Réunissions en cercle une douzaine de participants. L'un d'eux murmure une phrase relativement compliquée au suivant qui répète à son tour le message, et ainsi de suite.
Question : après combien de relais le sens est-il dénaturé ?
Réponse : en anglique, des altérations apparaissent aussitôt et le déforment au point de le rendre grotesque.
Menée avec des langues terriennes comme le rosique et le nihanique, l'expérience fournit des résultats différents. Leurs règles grammaticales imposent encore aux verbes, aux noms et aux adjectifs des terminaisons qui dépendent du genre, des rapports de possession et d'autres éléments. Si une erreur s'infiltre, elle est immédiatement détectée et tout auditeur un tant soit peu attentif la corrige automatiquement.
En utilisant les langages galactiques, il serait possible de se livrer au jeu du téléphone pendant une journée entière sans qu'il ne se produise la moindre modification du sens. Ce qui explique que ce passe-temps ait été inconnu ailleurs que sur Terre avant l'arrivée des humains.
  • Le Monde de l'exil, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1997  (ISBN 2-290-04458-X), p. 14


- Il est évident que l'autoélévation est une impossibilité, souffla-t-il.
- Absolument. C'est un fait avéré depuis l'époque légendaire des Progéniteurs. L'évolution peut conduire une espèce jusqu'à la présapience. Cependant, nul être n'a franchi le dernier cap sans l'assistance d'une race qui a déjà accédé au stade supérieur. Ce principe s'applique à tous les peuples qui respirent de l'oxygène dans les Cinq Galaxies.
  • Le Monde de l'exil, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1997  (ISBN 2-290-04458-X), p. 43


Les animaux vivent dans un monde où tout n'est qu'affrontements.
un univers où seul le résultat compte...
la perpétuation du soi et de la lignée génétique.

Les êtres supérieurs vivent dans des nids d'obligations, envers leur collègues, leurs patrons, leurs clients et leurs idéaux.
Ils peuvent décider d'être fidèles à une cause, une divinité, une philosophie ou à la civilisation qui leur a permis de ne pas vivre comme des bêtes
.
  • Le Monde de l'exil, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1997  (ISBN 2-290-04458-X), p. 343


Le Chemin des bannis (1998)[modifier]

La plupart des êtres ayant reçu la sapience croient à des degrés divers en leur suprématie. Un individu perçoit les autres par la vue, le toucher et l'empathie. Il les considère comme des fictions. De simples figurants.
Analysé de façon objective, ce concept paraît marqué du sceau de la folie. Surtout pour un traeki dont aucun anneau ne peut agir ou penser sans les autres. Toutefois, l'égotisme est essentiel aux ambitieux qui se fixent pour but la réussite individuelle.
La folie est un ingrédient indispensable de la « grandeur ».
  • Le Chemin des bannis, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1998  (ISBN 2-290-04857-7), p. 121


Quand tu ignores de quoi il retourne, imite ceux qui le savent, lui avait souvent dit Fallon le pisteur. Si le drone jugeait utile de se cacher, Dwer jugeait plus sage d'en faire autant.
  • Le Chemin des bannis, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1998  (ISBN 2-290-04857-7), p. 170


La nudité n'était pas tabou sur la Pente mais les Illias semblaient ignorer - ou n'avoir cure - d'un fait que toutes les autres humaines apprenaient dès leur plus jeune âge. L'homo sapiens mâle avait des réactions physiologiques étroitement liées à ses nerfs optiques.
  • Le Chemin des bannis, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1998  (ISBN 2-290-04857-7), p. 230-231


Les Rives de l'infini (1998)[modifier]

Gillian soupira.
- Les plus grands esprits de la terre ont tenté d'expliquer nos mathématiques aux Galactiques. Ils ont maintes fois démontré qu'elles étaient valables.
- Une calculatrice dans mon genre arriverait aux mêmes résultats en une fraction de seconde. Les experts des Instituts ont rejeté toutes vos équations en les qualifiant de tours de passe-passe, de raccourcis ou de divagations abstraites de sauvages.
  • Le Chemin des bannis, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1998  (ISBN 2-290-04858-5), p. 142
Il existe huit ordres de sapience ou de quasi-sapience. Les inhalateurs d'oxygène sont les plus actifs. Pour citer Tom, "Ils se pavanent comme s'ils étaient les maîtres de l'univers". En fait, j'ai été surprise d'apprendre que les hydro-sapiens sont bien plus nombreux que nous. Cependant, les Zangs et assimilés passent la majeure partie de leur temps dans l'atmosphère agitée de mondes de type jovien.
Selon certains, ils se comportent ainsi parce qu'ils redoutent un contact avec nous.
D'autres affirment qu'ils pourraient nous annihiler sans peine mais qu'ils ne s'y sont pas encore décidé. Ce qu'ils feront peut-être au cours du prochain milliard d'années.
Les autres ordres sont ceux des Machines, des Mémétiques, des Quantiques, des Hypothétiques, des Retirés et des Transcendants.
[...]
Nous avons cherché justice auprès des oxy-sapiens - la Civilisation des Cinq Galaxies - et les Instituts ne sont pas dignes de confiance. Nous nous sommes adressés aux Anciens, et ces représentants de l'ordre des Retirés ont été moins impartiaux que nous ne l'avions espéré.
Dans un univers où les possibilités sont innombrables, il subsiste une demi-douzaine de catégories d'êtres répondant aux critères de la sapience, différent de nous tant par leur mentalité que leur substance. Ils sont considérés comme dangereux.
Mais que nous reste-t-il à perdre ?
  • Le Chemin des bannis, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1998  (ISBN 2-290-04858-5), p. 189-190
Le principal effet d'une nasse est l'inhibition des systèmes numériques.
Sara était désorientée et Gillian se chargea de lui fournir des explications.
- Il est possible d'arrêter ainsi les ordinateurs. C'est pour cela que les Cinq Galaxies sont dominées par les formes de vie organiques et non par les machines.
  • Le Chemin des bannis, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1998  (ISBN 2-290-04858-5), p. 313


Le Grand défi (1999)[modifier]

Quels symboles des liens qui nous unissent trouve-t-on sur la proue et la poupe de nos nefs ?
Quels sont les points communs des composantes disparates de notre civilisation ?
La première spirale représente les mondes en jachère, ces creusets où la vie infuse et entame sa pénible ascension...
Là où de nouvelles espèces émergent d'un milieu fécond, prêtes pour l'Élévation.
La deuxième évoque les peuples spatiopérégrins qui, au titre de clients puis de patrons, parcourent l'univers et servent avec diligence leurs intérêts commerciaux, militaires et idéologiques...
S'élevant sans cesse, jusqu'au jour où ils cèdent à l'appel des marées.
La troisième nous rappelle les Anciens, ces êtres sereins qui ont renoncé aux voyages intergalactiques pour embrasser une existence contemplative. Rebutés par une vie trépidante, ils se sont isolés afin de laisser décanter ce qu'il y a en eux de meilleur...
Car ils s'apprêtent à affronter la Grande Faucheuse.
La quatrième désigne les Transcendants, ces entités trop majestueuses pour que nous puissions percevoir leur présence par ailleurs indubitable...
Des démiurges qui échafaudent des projets à tous les niveaux de l'espace et du temps.
La cinquième matérialise les galaxies, ces tourbillons lumineux démesurés qui nous offrent des refuges dans un cosmos stérile et silencieux. En mouvement constant, elles autorisent l'épanouissement des nombreux Ordres de la Vie, liées et éternelles...
A ce qu'on nous a assuré.
  • Le Grand défi, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1999  (ISBN 2-290-05368-6), p. 7-8


Lorsque croît le chaos, le seul refuge des faibles est la légalité.
  • Le Grand défi, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1999  (ISBN 2-290-05368-6), p. 155


L'équilibre était à l'occasion faussé par des modifications de l'environnement ou quand une espèce s'affranchissait des limitations que lui imposait la nature. Comme un cancer, elle détruisait alors l'écosystème qui avait favorisé son ascension.
  • Le Grand défi, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1999  (ISBN 2-290-05368-6), p. 209


- Les photons sont les vecteurs des vérités lentes, alors que les hyperondes nous montrent des probabilités.
  • Le Grand défi, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1999  (ISBN 2-290-05368-6), p. 229


Si nous ne disparaissons pas au cours de la période de confusion qui s'annonce, bien entendu. C'était ce qui s'était produit chaque fois que des jeunes-loups avaient affirmé avoir atteint la sapience sans aide extérieure. Ce qui était surprenant, c'était que le clan des Terriens n'eût pas été exterminé plus tôt.
  • Le Grand défi, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1999  (ISBN 2-290-05368-6), p. 248-249


Il n'y aurait aucune justice pour les faibles, sans lois pour brider les pulsions des puissants. [...] Récemment, un scientifique du clan spatiopérégrin des Terriens - un dauphin - a suggéré d'aborder la question en termes de respect pour la chaîne alimentaire.
Un autre sage Terrien - un humain, cette fois - l'a exprimé encore plus simplement en parlant de "Règle d'or".
"Conduisez-vous envers vos inférieurs comme vous souhaiteriez que vos supérieurs se conduisent envers vous".
  • Le Grand défi, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1999  (ISBN 2-290-05368-6), p. 323


Peu d'humains ont une aussi forte personnalité. Les rares que j'ai rencontrés étaient de grands voyageurs...pour le meilleur ou pour le pire.
Mais ils avaient presque tous possédé une caractéristique qui lui faisait défaut. Ils étaient assez pragmatiques pour ménager leur entourage. Il fallait attribuer cette lacune au fait qu'elle avait été élevée par des sauvages. Dans un milieu civilisé elle aurait appris comment se comporter en société, réaliser ses aspirations et - qui sait ? - se faire apprécier.
  • Le Grand défi, David Brin (trad. Jean-Pierre Pugi), éd. Éditions J'ai lu, 1999  (ISBN 2-290-05368-6), p. 505


Existence (2016)[modifier]

Au XXe siècle, les États avaient construit les grandes universités, les bibliothèques, les centres de recherche, les musées, les stades, les observatoires, les Internets. Mais à présent, perclus de dettes, ils laissaient cette tâche aux superriches, comme au bon vieux temps. Une tradition qui remontait aux Médicis. À Hadrien et Domitien. Aux pyramides.


*« En Amérique du Nord, les coopératives des États agricoles font planer le spectre d'un embargo sur leurs produits depuis que la Ligue métropolitaine a annoncé vouloir former un "cartel du caca" pour vendre les déchets urbains à prix fixe. [*ciller* pour en savoir plus] ».


Ce qui sous-entendait une nouvelle propagande anti-intellectuels, portée par les politiciens populistes et les grands médias contrôlés par deux mille familles richissimes. Une manipulation vieille comme le monde : réunir les masses dans la peur de « l'étranger ». Or quoi de plus étranger que d'authentiques extraterrestres ? Effrayez les gens, et ils se jetteront avec joie dans les bras de l'élite, jurant loyauté aux hommes et aux femmes voyageant à dos de cheval. Ou à dos de yacht.


— Il parle sans doute de limites imposées par la relativité, intervint Ben Flannery. Les étoiles sont si loin les unes des autres que les êtres avancés n'essaient même pas de voyager dans l'espace sauf par l'intermédiaire de ces cristaux véloces et bon marché. Dommage pour ceux qui ont cru aux délires du XXe siècle sur des sociétés explosant l'échelle de Kardashev, explorant et colonisant l'univers à l'aide de vaisseaux-générations, de robots autoréplicants, ou même par propulsion supraluminique. Sans oublier les administrations gérant des galaxies entières! Autant de rêves chéris par nos parents sur la route mythique de la Singularité.


Il y a quelques années, quand la communauté médicale a annoncé que l'indignation vertueuse pouvait entraîner une addiction aussi sévère que n'importe quelle drogue, j'ai pensé que l'opinion publique en prendrait bonne note. [...] À mon grand regret, les médias n'ont presque pas évoqué cette révélation. [...]
Il fallait un exemple. Je m'en suis chargé. [...]
des millions de gens vont enfin se pencher sérieusement sur la question. Ils verront d'un autre oeil tous les drogués de la vertu qui s'ébattent parmi eux, même s'ils partagent leurs opinions! Ils comprendront comment ces gens, poussés par la force de leur addiction, font leur trou dans les groupes de pression d'un bout à l'autre du spectre social et politique, pour transformer le débat en guerre sainte et la négociation en combat du bien contre le mal... ou du mal contre le bien. [...] Peut-être alors trouverez-vous la force de lutter contre ces indignés professionnels. Peut-être rejoindrez-vous un groupe de gens sensés, rationnels, avides de redécouvrir l'un des plus beaux cadeaux de nos ancêtres : la capacité de raisonner ensemble dans le calme..
  • Existence, David Brin (trad. Claude Mamier), éd. Bragelonne, 2016  (ISBN 979-10-281-0112-1), p. 466-468


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :