Dans l'océan de la nuit

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Books-aj.svg aj ashton 01.svg
Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
Dans l'océan de la nuit.
Books-aj.svg aj ashton 01.svg
Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
À travers la mer des soleils.

Dans l'océan de la nuit (titre original : In the Ocean of Night) est un roman de science-fiction de l'écrivain américain Gregory Benford paru en 1977.

Citations[modifier]

Être astronaute, c'est être Chevalier de la Table Ronde et comédien en même temps.
  • Dans l'océan de la nuit, Gregory Benford (trad. William Desmond), éd. Denoël, 1985, t. 1, partie Première, chap. 1, p. 17


Le passé n'avait vraiment rien d'un parchemin ou d'un ornement de l'esprit avec lequel on pouvait jouer comme on l'entendait, non. C'était un brouillard, un nuage blanc fait de cellules cérébrales mortes ayant autrefois contenu des souvenirs d'où les détails tombaient comme une vieille peau, jusqu'à ce que certains moments, lumières tièdes et jaunes allumées au hasard, continuent à briller seuls dans la brume.
  • Dans l'océan de la nuit, Gregory Benford (trad. William Desmond), éd. Denoël, 1985, t. 1, partie 2, chap. 7, p. 101 et 102


L'action, c'est le drame ; et le drame... c'est la gloire.
  • Dans l'océan de la nuit, Gregory Benford (trad. William Desmond), éd. Denoël, 1985, t. 1, partie 4, chap. 1, p. 181


Ce n'est pas l'amour qui fait tourner l'univers, mais l'inertie.
  • Dans l'océan de la nuit, Gregory Benford (trad. William Desmond), éd. Denoël, 1985, t. 2, partie 5, chap. 5, p. 72


Les époques difficiles secrètent les mauvaises religions - c'est une loi historique.
  • Dans l'océan de la nuit, Gregory Benford (trad. William Desmond), éd. Denoël, 1985, t. 2, partie 5, chap. 5, p. 73


Cynique, moi ? Le mot a été inventé par les optimistes pour critiquer les réalistes.
  • Dans l'océan de la nuit, Gregory Benford (trad. William Desmond), éd. Denoël, 1985, t. 2, partie 5, chap. 5, p. 73


La vie était un phénomène discontinu, non linéaire, un jeu où l'addition n'arrivait jamais à zéro ; quelque chose de non commutatif, d'absolument irréversible. Les évènements se multipliaient et se bousculaient plus qu'ils ne s'additionnaient.
  • Dans l'océan de la nuit, Gregory Benford (trad. William Desmond), éd. Denoël, 1985, t. 2, partie 5, chap. 5, p. 75


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :