Démon

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Таmara et le DémonKonstantin Makovsky (1889)

Le mot démon vient du grec δαιμων (daïmôn), en latin : daemon, qui signifie plus ou moins esprit, génie ou familier.

Cinéma[modifier]

Baz Luhrmann/Craig Peace, Moulin rouge, 2001[modifier]

D'abord il y a le désir, puis la passion, ensuite le soupçon, la jalousie, la colère, la trahison. Quand l'amour va au plus offrant, la confiance est impossible, et sans la confiance il n'y a pas d'amour. La jalousie, oui, la jalousie… te rendra démon !
  • Jacek Koman, Moulin rouge (2001), écrit par Baz Luhrmann, Craig Peace


Littérature[modifier]

Critique[modifier]

Annie Le Brun, Les châteaux de la subversion, 1982[modifier]

Castanier est un maudit économique comme on est aujourd'hui licencié économique. Balzac ne cherche d'ailleurs pas à nous tromper sur ce point : « Castanier n'avait pas, comme son maître, l'inextinguible puissance de haïr et de mal faire ; il se sentait démon, mais démon à venir, tandis que Satan est démon pour l'éternité. » D'où la constante maladresse de Balzac à nous raconter l'histoire de ce démon intérimaire, coincé entre l'absolu et ses colonnes de chiffres. Melmoth réconcilié, c'est Satan chez les ronds-de-cuir, pris au piège de leur manque d'envergure.
  • Les châteaux de la subversion, Annie Le Brun, éd. Garnier Frères, coll. « Folio Essais », 1982  (ISBN 2-07-032341-2), partie I, « Melmoth réconcilié » ou le prix d'une entrée dans l'histoire, p. 27


Prose poétique[modifier]

René Char, Fureur et mystère, 1948[modifier]

Feuillets d'Hypnos

Ne souriez pas. Écartez le scepticisme et la résignation, et préparez votre âme mortelle en vue d'affronter intra-muros des démons glacés analogues aux génies microbiens.
  • Fureur et mystère (1948), René Char, éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1962  (ISBN 2-07-030065-X), partie FEUILLETS D'HYPNOS (1943-1944), p. 87


Joyce Mansour, Dolman le maléfique, 1961[modifier]

Comme la spirale noire et glacée qui soupire dans certains escaliers, dans certains cercueils, les médiocres clowns aux pieds fourchus et à l'haleine sulfureuse qui gesticulent, ravis sur leur tremplin brisé au-dessus des abîmes, n'atteignent jamais l'assouvissement dans leurs ébats ; énervés par la brûlure spasmodique de la passion ils persistent allègrement dans leur grimace routinière. Ce sont des personnages de peu d'importance dans la hiérarchie diabolique ; ils n'ont le pouvoir de détraquer le cerveau de personne.
Tout autres sont les démons de haute lignée qui se nomment les Métastases, codicille d'une race disparue. Magnifiques de malédiction, incestueux et moroses, ils distribuent : fléaux aux pieds de biche, crapauds et chancres, ces fleurs libidineuses. Dédaignant le commun des mortels, ils ne s'occupent que des êtres d'élite, hommes doués de nez busqués, d'infamie à l'état pur et dont la virilité est capable de troubler la quiétude des plus chastes. Dolman était l'un d'eux.

  • « Dolman le maléfique », Joyce Mansour, La Brèche, nº 1, Octobre 1961, p. 46


Roman[modifier]

Stephen King[modifier]

La voix du démon est douce à l'oreille.
  • Bazaar, Stephen King (trad. William Olivier Desmond), éd. Albin Michel, 1992  (ISBN 2-226-05947-4), p. 629


Médias[modifier]

Presse[modifier]