Déborah Heissler

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Déborah Heissler (France) et Jacob Bromberg (USA) au Delaville Café, Paris (printemps 2013).

Déborah Heissler (né à Mulhouse, Alsace, France, le 05 mai 1976) est une poète française, plusieurs fois primée pour son oeuvre poétique depuis ses débuts en 2005, l'année où elle se voit attribuer le Prix de la Vocation de la Fondation Bleustein-Blanchet pour son premier recueil publié chez Cheyne éditeur (Près d'eux, la nuit sous la neige).

Citations[modifier]

Sorrowful Songs (2015)[modifier]

Nuit

L’horizon comme un cheminement sans fin. Se perdre, ne pas insister. Bouches dans le silence. Trêve. Voir. Sentir. Jouir.

Tu le sais, que quelque chose peut se passer. Que tu sens. Cri. Gorge. Nuit comme lignes qui se fondent.

  • Sorrowful Songs, Déborah Heissler, éd. Æncrages & Co, 2015, p. 8


Image Fixe - Seishiga (2010)[modifier]

Montagnes. Tendres mouvements aux limites de la terre ou du tableau, où chercher la lumière entre les ramures du bois, où changent les couleurs comme si l'on tenait une lampe derrière les nuages. Ces saules et peupliers blancs, lignes fuyantes et courbes du paysage flouté, dans mon esprit.
  • Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe, Déborah Heissler, éd. Cheyne, 2010, p. 42


Entrevoir - Kaimamiru (2010)[modifier]

Le corps amoureux sur sa couche. Et si tout était d'un seul coup englouti dans la dévoration calme de ce bout du monde, et que plus jamais je n'avais besoin de partir, comme lorsqu'on sort d'une ville et qu'on atteint les premières forêts. Comme dans cet espace pareil à une maison, où quelque chose pourrait se passer peut-être bien, s'entrouvrir, s'éclairer.
  • Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe, Déborah Heissler, éd. Cheyne, 2010, p. 16


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :