Correspondance

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Marie-Jo Bonnet[modifier]

Signe des temps, La Correspondance littéraire, philosophique et critique, rédigée notamment par Grimm, Meister et Diderot, n'est pas la dernière à prêter l'oreille aux bruits qui courent sur Lesbos et à compter au nombre des évènements dignes d'intéresser ses abonnés les petites nouvelles de ce que tout le monde appelle, avec une délectation non dissimulée, la chronique scandaleuse.
[...] Commencée en 1752 par Raynal, ce journal secret était écrit à la main et envoyé chaque mois à une quinzaine de riches abonnés européens qui avaient promis le secret absolu.
Continué par Grimm, Diderot, Meister et Mme d'Epinay, qui fournissait de nombreux articles « qu'elle permettait à Meister d'arranger à sa manière », il existera jusqu'à la révolution. Il était généralement rédigé chez Mme d'Epinay, dans son domaine de la Chevrette, situé dans la grande banlieue de Paris.

  • Les Relations amoureuses entre les femmes (1995), Marie-Jo Bonnet, éd. Odile Jacob, coll. « Poches », 1981, partie 2. Des mystères de la nature à ceux de Lesbos (XVIIIè siècle), chap. II Les mystères de Lesbos, Introduction, p. 139


Giacomo Casanova[modifier]

Quand j’ai pris congé, [Haller] m’a prié de lui écrire mon jugement sur le grand Voltaire, et ce fut le commencement de notre correspondance épistolaire en français. J’ai vingt-deux lettres de cet homme, dont la dernière est datée de six mois avant sa mort prématurée aussi. Plus je vieillis plus je regrette mes papiers. C’est le vrai trésor qui m’attache à la vie, et qui me fait haïr la mort.
  • Histoire de ma vie, Giacomo Casanova, éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1993, t. II, vol. 6, chap. IX, p. 387