Columbo

Citations « Columbo » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Columbo est une série policière télévisée qui a commencé dans les années 1970. Elle met en scène un personnage atypique, le lieutenant Columbo, d'origine italienne.

Les citations de Columbo[modifier]

Voyez-vous Madame Williams, vous n'avez pas de conscience : c'est votre point faible. Il ne vous est pas venu à l'esprit qu'il y avait que très peu de personnes qui pouvaient prendre l'argent et faire une croix sur le meurtre. Non, hein, j'en étais sûr. De ne pas avoir de conscience cela limite votre imagination. Vous n'arrivez pas à concevoir que quelqu'un puisse être différent de ce que vous êtes : une femme cupide. Et c'est pourquoi qu'aussi brillante que vous soyez, et Dieu sait que vous l'êtes, vous avez cru pouvoir acheter votre belle-fille.

  • Columbo piège la meurtrière en l'obligeant à utiliser l'argent de la rançon.
  • Peter Falk, Rançon pour un homme mort (1971), écrit par Richard Levinson et William Link


Vous avez voulu créer le parfait alibi, et c'est votre parfait alibi qui vous a trahi.

  • Peter Falk, Exercice fatal (1975), écrit par Richard Levinson et William Link


Affaire toute simple, je vous le répète. Je ne suis pas plus intelligent qu'un autre, monsieur. Mais je peux dire que vous, en revanche, vous m'avez déçu, par votre amateurisme, en laissant derrière vous des indices de toutes sortes, à la pelle : le mobile, l'opportunité. Et pour un homme de votre intelligence, monsieur, vous vous êtes empêtré jusqu'au cou dans vos mensonges. Une vraie désolation !

  • Peter Falk, Jeu de mots (1978), écrit par Richard Levinson et William Link


Ce que pensent ses victimes de lui[modifier]

Flemming : Sans qu'il n'y ait rien de pathologique, vous êtes un parfait exemple de compensation (...), d'adaptabilité. Vous êtes un homme intelligent, mais vous le cachez. Vous jouez les lourdeaux, et à cause de quoi ? Peut-être votre physique. Vous ne vous pouvez guère impressionner les gens par manque de prestance, alors vous tirez avantage de cette déficience. Vous attaquez l'ennemi par surprise. Il vous sous-estime et, résultat, ils tombent dans le piège à pieds joints.

  • Portrait de Columbo par le Docteur Flemming
  • Gene Barry, Inculpé de meurtre (1968), écrit par Richard Levinson et William Link


Mason : Vous êtes un personnage assez fascinant, lieutenant.
Columbo : Hein, vous voulez dire pour un psychologue ?
Mason : Vous vous faites passer pour un petit policier sans envergure, qui va deci delà dans la maison, qui creuse des trous dans le jardin... et qui tend ses petits pièges sans avoir l'air d'y toucher.
Columbo : Je ne fais que mon métier, M'sieur ! Et mes collègues sont sur le même modèle.

  • William Nicolson et Peter Falk, Jeu de mots (1978), écrit par Richard Levinson et William Link


Mason : J'en conclurai que votre enfance a dû être difficile mais que vous en avez très vite évité les pièges.

  • Après une séance de mots, le Docteur Mason décrit la personnalité du lieutenant Columbo.
  • William Nicolson, Jeu de mots (1978), écrit par Richard Levinson et William Link


Mason : Vous êtes unique en votre genre, absolument remarquable ! Votre contrôle vital est vraiment extraordinaire ! À croire que vous avez suivi mes cours !
Columbo : Oh non, M'sieur ! Oh non, vous n'y êtes pas du tout ! C'est beaucoup plus simple : j'ai un faible pour les jeux de société.

  • William Nicolson et Peter Falk, Jeu de mots (1978), écrit par Richard Levinson et William Link


Kepple : Vous procédez par petites touches, petites réflexions insidieuses et successives. Et si je ne vous considérais pas comme quelqu'un de sympathique et amusant, je m'en offenserais.

  • Robert Culp, Subconscient (1974), écrit par Richard Levinson et William Link


Kepple : Vous êtes, ce qu'on peut appeler, quelqu'un d'obstiné.

  • Robert Culp, Subconscient (1974), écrit par Richard Levinson et William Link


Galesko : Oh ne le niez pas lieutenant ! Vous êtes comme un de ces roquets, un de ces fox hargneux qui s'aggripent à votre pantalon et qui ne vous lachent plus. Je ne peux plus faire un pas sans vous voir apparaître à un coin de porte avec cette expression de fausse candeur sur le visage.

  • Dick van Dyke, Réaction négative (1975), écrit par Richard Levinson et William Link


Dialogues remarquables[modifier]

Leslie Williams : Lieutenant Columbo !
Columbo : Oui ?
Leslie Williams : Merci d'avoir rappelé Margareth à l'ordre ! J'ai apprécié.
Columbo : Mais c'était la moindre des choses. Je pouvais pas vous laisser accuser de meurtre sur la base de fausses preuves.

  • Lee Grant et Peter Falk, Rançon pour un homme mort (1971), écrit par Richard Levinson et William Link


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Article sur Wikipedia.