Cigéo

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Cigéo (acronyme de centre industriel de stockage géologique) est un projet français de stockage géologique profond des déchets nucléaires à haute activité ou à vie longue, qui pourrait être implanté à la limite des départements de la Meuse et de la Haute-Marne, sur le territoire des communes de Bure, Ribeaucourt, Mandres-en-Barrois et Bonnet.

Prises de position[modifier]

Bertrand Thuillier, 2016[modifier]

Le projet Cigéo n’est pas viable. Le pragmatisme et le bon sens obligent par conséquent à revenir vers les conclusions du débat public de 2005 qui préconisaient une solution d’entreposage pérenne de quelques centaines d’années pour refroidissement, dégazage, études et recherches complémentaires. Cette voie permettait surtout de se laisser le temps nécessaire pour trouver des solutions alternatives face à cet impossible enfouissement.
  • « Les risques d’exploitation du centre industriel de stockage géologique », Bertrand Thuillier, Encyclopédie de l’énergie, 20 juillet 2016 (lire en ligne)


Pierre-Franck Chevet, 2018[modifier]

C’est le seul choix responsable, sauf à reporter sur les générations futures la charge de gérer ces déchets sur le long terme.
  • « Stockage radioactif de Bure : « Une copie à revoir », selon l’ASN », Pierre-Franck Chevet, président de l’Autorité de sûreté nucléaire, Le Monde, 15 janvier 2018 (lire en ligne)


Bernard Laponche, 2018[modifier]

Certains prétendent alors que le projet Cigéo d’enfouissement en profondeur serait la solution la moins mauvaise. En réalité, parce qu’elle est périlleuse, définitive et irréversible, c’est la pire des solutions.
  • « Enfouir les déchets nucléaires est la pire des solutions », Bernard Laponche, membre de l'association Global Chance, Le Monde, 28 mars 2018 (lire en ligne)


Delphine Batho, 2018[modifier]

Même quand on est pour l’abandon du nucléaire, il y a des déchets qui existent. […] C’est un constat, les déchets existent déjà et il n’y a pas à ce jour de solution meilleure que le stockage en couche profonde.
  • « Ce n’est pas que je suis pour [le stockage géologique des déchets], c’est qu’il n’y a pas le choix », Delphine Batho, ancienne ministre socialiste de l’Écologie, Reporterre, 3 mai 2018 (lire en ligne)