Christophe Guilluy

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Christophe Guilluy, né le 14 octobre 1964, est un géographe français, consultant pour les collectivités territoriales et gérant de Maps Productions (Paris), une société de marketing.

Citations de Christophe Guilluy[modifier]

Mais la bourgeoisie d'aujourd'hui est plus intelligente que celle d'hier car elle a compris qu'il fallait rester dans le brouillage de classes, et officiellement le concept de classes n'existe pas. La nouvelle bourgeoisie n'assume pas sa position de classe. Elle est excellente dans la promotion de la société ou de la ville ouverte, alors que ce sont les gens qui sont le plus dans les stratégies d'évitement, de renforcement de position de classe, mais avec un discours d'ouverture. Et quand le peuple conteste ce modèle, on l'ostracise. C'est pour cela que je dis que l'antifascisme est devenu une arme de classe, car cette arme n'est utilisée que par la bourgeoisie. Ce n'est pas un hasard si les antifascistes dans les manifestations sont des enfants de la bourgeoisie. Et tout cela dit un mépris de classe. Parce que personne ne va être pour le racisme et pour le fascisme. En réalité, derrière tout cela, il s'agit d'ostraciser le peuple lui-même, les classes populaires. C'est aussi une façon de délégitimer leur diagnostic, parce qu'en réalité, le "populisme", c'est le diagnostic des gens d'en bas, et la bourgeoisie s'en démarque en se voyant en défenseur de la démocratie.
  • « Christophe Guilluy : "La France d'en haut s'est structurée autour d'Emmanuel Macron pour protéger ses intérêts, le monde d'en bas, lui, est complètement dispersé" », Christophe Guilluy, Atlantico, 23 Septembre 2017 (lire en ligne)


Le clivage sépare ceux qui bénéficient de la mondialisation de ceux qui en pâtissent. Il est à la fois géographique et social. Que ce soit aux États-Unis, en Suède, au Danemark, aux Pays-Bas ou en Autriche, les territoires s'adaptent toujours de la même façon au modèle économique mondialisé : les métropoles deviennent de nouvelles citadelles, un monde fermé auquel on ne peut accéder sans ticket d'entrée. Impossible pour les classes populaires d'y acheter leur logement, compliqué d'y louer, à moins d'habiter dans des quartiers de logements sociaux. On nous explique que la révolution numérique efface les différences entre New York et le Cantal, ce n'est pas vrai. Les catégories supérieures se replient de plus en plus dans les territoires gagnants de la mondialisation, alors que la classe moyenne disparaît.

  • « “Il n'existe aucune connexion entre le monde d'en haut et celui d'en bas” », Clément Pétreault, Le Point, 2 mai 2017 (lire en ligne)


Il serait tout à fait sain que les députés s'affrontent autour de thèmes qui parlent à l'opinion. Le pire moment est celui que nous vivons : il n'existe aucune connexion entre le monde d'en haut et celui d'en bas. Cela conduit à l'assèchement de la pensée. Malheureusement, pour l'heure, la France « d'en haut » est encore dans ce mode de fonctionnement, très pratique pour ne jamais mettre les vraies questions sur la table.

  • « “Il n'existe aucune connexion entre le monde d'en haut et celui d'en bas” », Clément Pétreault, Le Point, 2 mai 2017 (lire en ligne)


Il n'y a pas de complot, mais il y a des comportements qui sont économiques. Les bobos entendent préserver une position sociale, jouir de leur patrimoine immobilier, conserver leurs revenus et en faire profiter leurs enfants. S'ils peuvent ne pas scolariser leur progéniture dans le collège du coin fréquenté par des immigrés, ils le feront, sans le dire, en contournant la carte scolaire. C'est pour cette raison que je les qualifie de « Rougon-Macquart déguisés en hipster ». Ils adoptent les schémas classiques de la bourgeoisie avec en plus le discours « cool » sur l'ouverture à l'altérité.

  • « Christophe Guilluy : “Nous allons vers une période de tensions et de paranoïa identitaire” », Propos recueillis par Saïd Mahrane, Le Point, 23 septembre 2016 (lire en ligne)


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :