Christiane Taubira

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Christiane Taubira en juin 2013.

Christiane Taubira, née le 2 février 1952 à Cayenne (Guyane), est une femme politique française, ancienne Garde des sceaux et ministre de la Justice dans les gouvernements de Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls.

Sur les familles homoparentales[modifier]

« Vous n’allez pas nous faire croire que vous vivez dans un igloo et que vous n’avez aucune connaissance de la diversité des familles dans ce pays ? Que vous ignorez complètement qu’il y a des familles homoparentales dans ce pays ? Que vous ne savez pas qu’il y a autant d’amour dans les couples homosexuels que dans les couples hétérosexuels ? Qu’il y a autant d’amour vis-à-vis de ces enfants et que tous ces enfants sont les enfants de la France ? Alors oui, Monsieur le député, le gouvernement présente un projet de loi de grand progrès, de grande générosité, de fraternité et d’égalité et nous apportons la sécurité juridique à tous les enfants de France et je peux vous dire que j’en suis particulièrement fière ! »
  • Réponse de Christiane Taubira au député Bernard Perrut à l'Assemblée nationale pendant les débats sur l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, le 19 décembre 2012.
  • « Christiane Taubira s’enflamme pour les familles homoparentales à l’Assemblée nationale », Julien Massillon, Yagg, 19 décembre 2012 (lire en ligne)


Ouverture des débats sur le « mariage pour tous »[modifier]

L'acte que nous allons accomplir est beau comme une rose dont la tour Eiffel assiégée à l'aube voit s'épanouir enfin les pétales. Il est grand comme un besoin de changer d'air, fort comme l'accent aigu d'un appel dans la nuit longue.
  • Christiane Taubira cite le poète Léon-Gontran Damas en conclusion de son discours d'ouverture du débat sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, à l'Assemblée Nationale, le 29 janvier 2013.
  • « Mariage pour tous : la leçon d'histoire de Taubira, la fronde de la droite », Nicolas Chapuis, Le Monde, 29 janvier 2013 (lire en ligne)


La « sorcière d’Amazonie »[modifier]

(...) j’ai beau être une sorcière d’Amazonie, il y a des limites à mon pouvoir.
  • Christiane Taubira conclut de manière humoristique sa réponse à une question où, dans le contexte de ses affirmations maladroites sur sa connaissance détaillée ou non des écoutes judiciaires des conversations téléphoniques entre l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog, et de l’exigence de sa démission de ses fonctions de garde des Sceaux et ministre de la Justice, formulée par divers membres de l’Union pour un mouvement populaire, les journalistes lui demandaient si « ça ne [lui rappelait] pas l’affaire Cahuzac, quand [elle disait] qu'[elle n’était] pas au courant, alors que la DACG avait transmis 54 rapports ».
  • « Christiane Taubira : “Je n’ai aucun sentiment de lâchage” », Franck Johannès et David Revault d'Allonnes (journalistes), Christiane Taubira, Le Monde, nº 21509, 14 mars 2014, p. 7


Racisme[modifier]

Je vis ! Et que les racistes le sachent, je vis et je vivrai. Et je tiendrai. Il me suffit qu’ils le sachent. Qu’ils multiplient leur violence par un million, je tiendrai encore. Par dix millions, je tiendrai encore. Le monde n’est pas à eux. Les enfants qui me ressemblent ont toute légitimité au monde. Il faudra qu’ils s’y habituent. La lucidité les conduira à voir que les gens qui me ressemblent sont plus nombreux. Et qu’il vaut mieux ne pas trop défier ce monde-là.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :