Charlotte Delbo

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charlotte Delbo, née le 10 août 1913 à Vigneux-sur-Seine et morte le 1er mars 1985 à Paris, est une femme de lettres française, rescapée des camp de concentration nazis.

Aucun de nous ne reviendra[modifier]

Vous qui avez pleuré deux mille ans
un qui a agonisé trois jours et trois nuits
quelles larmes aurez-vous
pour ceux qui ont agonisé
beaucoup plus de trois cents nuits et beaucoup
plus de trois cents journées
combien
pleurerez-vous
ceux-là qui ont agonisé tant d'agonies
et ils étaient innombrables
Ils ne croyaient pas à la résurrection dans l'éternité
Et ils savaient que vous ne pleureriez pas.

  • Auschwitz et après, 1 : Aucun de nous ne reviendra, Charlotte Delbo, éd. éditions de Minuit, 2014, p. 20


Le silence est solidifié en froid. La lumière est immobile. Nous sommes dans un milieu où le temps est aboli. Nous ne savons pas si nous sommes, seulement la glace, la lumière, la neige aveuglante, et nous, dans cette glace, dans cette lumière, dans ce silence.
  • Auschwitz et après, 1 : Aucun de nous ne reviendra, Charlotte Delbo, éd. éditions de Minuit, 2014, p. 53


Pourquoi ai-je gardé la mémoire ? Pourquoi cette injustice ?
Et de ma mémoire ne s'éveillent que des images si pauvres que les larmes me viennent de désespoir.

  • Auschwitz et après, 1 : Aucun de nous ne reviendra, Charlotte Delbo, éd. éditions de Minuit, 2014, p. 177


Ma mémoire est plus exsangue qu'une feuille d'automne. Ma mémoire a oublié la rosée. Ma mémoire a perdu sa sève. Ma mémoire a perdu tout son sang.
  • Auschwitz et après, 1 : Aucun de nous ne reviendra, Charlotte Delbo, éd. éditions de Minuit, 2014, p. 179


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :