Charles Willeford

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles Willeford est un écrivain américain, né le 2 janvier 1919 à Little Rock dans l'Arkansas aux États-Unis et mort le 27 mars 1988 à Miami en Floride aux États-Unis. Romancier, poète, critique littéraire, il est surtout connu pour sa série de romans ayant pour personnage central Hoke Moseley.

Une fille facile, 1955[modifier]

L'amour est dans ce qu'on fait, pas dans ce qu'on dit.

  • Une fille facile, Charles Willeford (trad. Freddy Michalski), éd. Rivages/noir, 1990, p. 27


Si vous n'êtes pas capable de le faire vous-même, vous dites à quelqu'un d'autre comment le faire.

  • Une fille facile, Charles Willeford (trad. Freddy Michalski), éd. Rivages/noir, 1990, p. 56


Les écoles n'auraient que très peu d'étudiants si l'on autorisait les professeurs à être honnêtes.

  • Une fille facile, Charles Willeford (trad. Freddy Michalski), éd. Rivages/noir, 1990, p. 57


Tout est problème. Il suffit de dire.

  • Une fille facile, Charles Willeford (trad. Freddy Michalski), éd. Rivages/noir, 1990, p. 69


Un homme sait peindre ou il ne sait pas.

  • Une fille facile, Charles Willeford (trad. Freddy Michalski), éd. rivages/noir, 1990, p. 180


La Messe noire du frère Springer, 1958[modifier]

En réalité, moins un prédicateur croit, plus son efficacité est grande quand il parle de religion.

  • La Messe noire du frère Springer, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 1986, p. 52


C'est des gens que les lecteurs veulent entendre parler, pas des choses.

  • La Messe noire du frère Springer, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 1986, p. 130


Un homme n'est rien d'autre qu'un mécanisme de défense complexe.

  • La Messe noire du frère Springer, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 1986, p. 260


Dès que l'on est capable de plaindre quelqu'un d'autre que soi, on découvre l'amour.

  • La Messe noire du frère Springer, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 1986, p. 263


Un homme seul, qui n'a personne pour l'aimer, n'a aucune chance !

  • La Messe noire du frère Springer, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. rivages/noir, 1986, p. 305


Hérésie, 1971[modifier]

Le mal, comme tout le reste, devrait marcher de pair avec son temps.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 12


La pensée, le processus de la pensée et l'individu qui pense ne font qu'un.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 13


Le travail est essentiel pour un individu.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 17


Mais le talent ne fait pas l'artiste.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 25


L'éventail est large, mais le point de vue est étroit.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 53


La personnalité d'une femme amoureuse est terriblement trompeuse.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 71


Toute relation entre un homme et une femme basée uniquement sur le corps et la personnalité ne peut conduire qu'au désastre.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 74


Tout artiste véritablement révolutionnaire porteur d'idées originales qui vit suffisamment longtemps ne sera pas seulement reconnu dans le monde entier, il sera également admiré, sinon vénéré, pour son obstination tenace, même par ceux qui détestent tout ce qu'il défend.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 100


C'est le sort de l'artiste d'être seul.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 106


Un individu peint ou écrit à la fois d'une manière consciente et inconsciente, avec au départ, le plus souvent, très peu de pensées pertinentes.

  • Hérésie, Charles Willeford (trad. Jean Esch), éd. Rivages/noir, 1990, p. 151


Combats de coqs, 1972[modifier]

Les mauvaises nouvelles ont tendance à se répandre plus vite que les bonnes.

  • Combats de coqs, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2003, p. 47


C'est étonnant le nombre d'heures que l'on passe tous les jours à parler de choses et d'autres pour tuer le temps.

  • Combats de coqs, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages noir, 2003, p. 98


Si on accepte la vie logiquement, l'imprévisible est en réalité prévisible.

  • Combats de coqs, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2003, p. 111


Pour mesurer la nuit, il faut avoir remplie sa journée.

  • Combats de coqs, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2003, p. 161-162


Si l'on veut survivre à ce monde, il faut faire ce qu'on a à faire.

  • Combats de coqs, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2003, p. 162


L'Île flottante infestée de requin, 1993[modifier]

Quand on y regarde de très près, rien de ce qui touche l'argent n'est drôle.

  • L'Île flottante infestée de requin, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2001, p. 11


Tout le monde a sa maison à protéger.

  • L'Île flottant infestée de requin, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2001, p. 180


Tout le monde a besoin de plus de bon sens qu'il n'en a.

  • L'Île flottante infestée de requin, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2001, p. 189


Un meurtre peut toujours être justifié ou rationalisé.

  • L'Île flottante infestée de requin, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2001, p. 229


La psychologie fonctionne mieux avec les rats qu'avec les gens.

  • L'Île flottante infestée de requin, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2001, p. 260


Les gens trouveront toujours un moyen pour faire ce qu'ils ont envie de faire

  • L'Île flottante infestée de requin, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2001, p. 278


Tout homme qui accepte de prendre des responsabilités en supporte le poids toujours croissant parce qu'il n'y en a pas tant que ça à accepter de le faire.

  • L'Île flottante infestée de requin, Charles Willeford (trad. Danièle Bondil et Pierre Bondil), éd. Rivages/noir, 2001, p. 338


La Différence, 1999[modifier]

Chacun peut trouver une excuse valable et raisonnable pour justifier à peu près n'importe lequel de ses actes. Ce qui est vraiment important, c'est la façon dont on se sent après, une fois qu'on se retrouve seul avec soi-même et qu'on doit regarder la vérité en face.

  • La Différence, Charles Willeford (trad. Marlène Bondil), éd. Rivages/noir, 2006, p. 52


Les seuls vainqueurs d'une guerre sont ceux qui sont encore vivants quand elle se termine.

  • La Différence, Charles Willeford (trad. Marlène Bondil), éd. Rivages/noir, 2006, p. 53


En temps de guerre et même dans la vie de tous les jours, le plus important c'est de gagner, pas la façon dont on gagne.

  • La Différence, Charles Willeford (trad. Marlène Bondil), éd. Rivages/noir, 2006, p. 56


Une simple démonstration vaut bien plus qu'un million de mots.

  • La Différence, Charles Willeford (trad. Marlène Bondil), éd. Rivages/noir, 2006, p. 74


Le sens de l'honneur n'est pas une donnée fluctuante : on l'a ou on ne l'a pas.

  • La Différence, Charles Willeford (trad. Marlène Bondil), éd. Rivages/noir, 2006, p. 145