Charles Seignobos

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Seignobos
Charles Seignobos

Charles Seignobos (1854-1942) est un historien français.

Citations[modifier]

L'histoire a pour but de décrire, au moyen de documents, les sociétés passées et leurs métamorphoses.
  • « L'enseignement de l'histoire dans les universités allemandes », Charles Seignobos, Revue internationale de l'enseignement, 15 juin 1881, p. 586


[...] la critique est contraire à la tournure normale de l'intelligence humaine ; la tendance spontanée de l'homme est de croire ce qu'on lui dit. Il est naturel d'accepter toute affirmation, surtout une affirmation écrite - plus facilement si elle est écrite en chiffres -, encore plus facilement si elle provient d'une autorité officielle, si elle est, comme on dit, authentique. Appliquer la critique, c'est donc adopter un mode de pensée contraire à la pensée spontanée, une attitude d'esprit contre nature. [...] On n'y parvient pas sans effort. Le mouvement spontané d'un homme qui tombe à l'eau est de faire tout ce qu'il faut pour se noyer ; apprendre à nager, c'est acquérir l'habitude de réfréner ses mouvements spontanés et de faire des mouvements contre nature.
  • La Méthode historique appliquée aux sciences sociales, Charles Seignobos, éd. F. Alcan, 1901, p. 32-35


Les Français sont un peuple de métis; il n'existe ni une race française, ni un type français.
  • Histoire sincère de la nation française (1937), Charles Seignobos, éd. Presses Universitaires de France, 1946, p. 18


Les manuels scolaires français ont donc tort d'enseigner aux élèves « Les Gaulois, nos ancêtres, étaient grands et blonds », car ces enfants ne descendent pas des guerriers nordiques, mais des paysans établis plus anciennement. Tout ce qu'on a le droit de leur dire, c'est que leurs ancêtres ont parlé la langue celtique introduite par ces guerriers.
  • Histoire sincère de la nation française (1937), Charles Seignobos, éd. Presses Universitaires de France, 1946, p. 19


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :