Charles-Marie-Dorimond de Féletz

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles-Marie-Dorimond de Féletz, né le 3 janvier 1767 à Gumond (Corrèze) et mort le 11 février 1850, est un homme d'Église, journaliste et critique littéraire français devenu académicien français.

Citation[modifier]

En littérature, les genres sont et doivent rester parfaitement distincts ; ils ont leurs différences réelles, leurs qualités propres, leur langage particulier ; vouloir les confondre, ou faire un nouveau genre du mélange de plusieurs, c'est un abus ; c'est du moins une innovation rarement heureuse : telle est la règle générale et fondée sur la nature même des choses. Dépourvu de talent de poète, vous avez néanmoins de l'esprit, des connaissances et l'art d'exprimer vos idées dans un style clair et élégant : écrivez en prose. Vous vous sentez animé de cet esprit presque divin qui fait les poètes : écrivez en vers. Mais, ne pouvant atteindre au langage de la poésie, dédaignant le langage commun, ou peut-être incapable de le parler avec grâce, vous vous jetez dans un genre mixte, et vous faites de la prose poétique : probablement vous m'ennuierez.
  • Mélanges de philosophie, d'histoire et de littérature, Charles-Marie-Dorimond de Féletz, éd. inexistant, 1828, vol. VI, p. 109


Citation d'autre auteur[modifier]

De tous les hommes distingués qui travaillèrent à la restauration du sens moral, du goût, de la langue, aucun ne fut plus agréable que M. de Feletz. Il n'était pourtant ni le plus profond ni le plus savant ; mais, plus mêlé à la société de son temps, il savait mieux ce qu'elle voulait, parce qu'il le savait de sa bouche : elle voulait retrouver ses traditions, réparer son jugement et sa langue, refaire ses études, pourvu que ce ne fût pas sous un pédant... La déclamation avait été la langue de la Terreur ; elle voulait qu'on l'en vengeât. M. de Feletz l'y servit à souhait.
  • Réception de M. Désiré Nisard, Désiré Nisard, éd. Académie française, le jeudi 22 mai 1851, p. aucune