Cesare Beccaria

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de Cesare Beccaria.

Cesare Beccaria, ou encore César Bonesana, marquis de Beccaria, (15 mars 1738 à Milan - 28 novembre 1794 à Milan), est un intellectuel italien de premier plan de la fin du XVIIIe siècle.

Des délits et des peines[modifier]

Il n'est personne qui ait fait don spontanément d'une partie de sa propre liberté en vue du bien public ; cette chimère n'existe que dans les romans ; si elle était possible, chacun de nous voudrait que les pactes qui lient les autres ne le lient pas lui-même ; tout homme se regarde comme le centre de toutes les combinaisons du globe.
  • Des délits et des peines, Cesare Beccaria (trad. Maurice Chevallier), éd. Flammarion, 1991, §II, p. 63


Il est de l’intérêt général qu’il ne se commette pas de délits, ou du moins qu’ils soient d’autant plus rares qu’ils causent plus de mal à la société.
  • Des délits et des peines, Cesare Beccaria (trad. Maurice Chevallier), éd. Flammarion, 1991, §VI, p. 72


En arithmétique politique, il faut substituer à l’exactitude rigoureuse le calcul des probabilités.
  • Des délits et des peines, Cesare Beccaria (trad. Maurice Chevallier), éd. Flammarion, 1991, §VI, p. 72


La force qui, semblable à la gravitation, nous incite à rechercher notre bien-être ne peut être contenue que par les obstacles qui lui sont opposés.
  • Des délits et des peines, Cesare Beccaria (trad. Maurice Chevallier), éd. Flammarion, 1991, §VI, p. 73


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :