Camille Lemonnier

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Camille Lemonnier par Émile Claus (détail, 1867).

Camille Lemonnier (1844-1913) est un écrivain belge d’expression française.

Citations de Camille Lemonnier[modifier]

Nos Flamands, 1869[modifier]

La pire annexion n’est pas celle d’un coin de terre :
C’est celle des esprits.
Nous-mêmes ou périr.

  • Épigraphe.
  • Nos Flamands, Camille Lemonnier, éd. Dentu-Rozez, 1869, p. n. p.


Les luttes qui divisent nos partis, le ridicule qui s’attache aux vieux préjugés, les trois ordres encore si nettement établis avec des caractères si tranchés et parfois des accomodements, l’aristocratie rauque et haineuse, la bourgeoisie insolente et ambitieuse, le peuple rude et bon ; les corruptions politiques si fréquentes dans ce petit coin de terre bureaucratique ; les intrigues ministérielles ; les cabales parlementaires ; le travers qui nous porte à calquer nos voisins et à nous masquer de leurs bigarrures, que manque-t-il donc pour constituer les éléments de la vraie comédie, puisque les passions, les ridicules et les vices s’offrent à l’observation de l’écrivain ? Il ne manque rien sans doute si ce n’est l’écrivain pour les recueillir.
  • À propos du théâtre en Belgique.
  • Nos Flamands, Camille Lemonnier, éd. Dentu-Rozez, 1869, partie Littérature welche, Le théâtre, p. 188


Citations sur Camille Lemonnier[modifier]

Octave Mirbeau[modifier]

   Pourtant, Bruxelles est comique. Il n’y a pas à dire, il est extrêmement comique, n’est-ce pas, cher monsieur Camille Lemonnier, qui fûtes, tour à tour, avec une ardeur égale et avec un égal bonheur, Alfred de Musset, Byron, Victor Hugo, Émile Zola, Chateaubriand, Edgard Poë, Ruskin, tous les préraphaëlites, tous les romantiques, tous les naturalistes, tous les symbolistes, tous les impressionnistes, et qui aujourd’hui, après tant de gloires différentes et tant d’universels succès, mettez vos vieux jours et vos toujours jeunes œuvres sous la protection du naturisme, et de son jeune chef, M. Saint-Georges de Bouhélier ?


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :